Faites la grève, pas des bagnoles !

A l’heure où Carlos Ghosn, le PDG de Renault, vient d’annoncer son plan de milliers de suppressions d’emplois, dont 4.000 emplois supprimés en France, je n’ai pas résisté à l’envie de ressortir cette très vieille couverture de Charlie Hebdo réalisée par Wolinski (17 mai 1971), d’autant plus dans le contexte actuel de la polémique polémico-chiante entre Charlie et Siné-Hebdo…

Car Charlie-Hebdo, c’est quand même quelques dizaines d’années d’irrévérence de salubrité publique. Sans connaître le contexte de cette couverture (je n’étais même pas né), je trouve qu’elle s’applique particulièrement bien à la situation actuelle.

En effet, Renault licencierait car il y aurait moins de travail du fait de la crise actuelle de l’automobile? Que non ! S’il en est un exemple, c’est bien celui des sites Renault qui ont récemment défrayé la chronique avec une série de suicides, dus en grande partie à la surcharge de travail et aux pressions constantes exercés sur les ouvriers et techniciens. C’est sympa de travailler dans l’automobile…

En supprimant massivement des emplois en France, le groupe Renault compte en fait atteindre une « marge opérationnelle de 6 % ». Selon Ghosn, il faut arriver à un dividende de 4,5 euros par action à l’horizon 2009, alors qu’il n’était que d’un euro en 2001. Bref, il faut protéger la bourse des actionnaires, et tant pis pour les travailleurs qui se retrouveront à la porte… ou au cimetière!

Alors, Renault = SS? C’est Charlie qui le dit et on n’est pas très loin de le penser quand on sait que, selon Carlos Ghosn lui-même, « Renault a 7 milliards d’euros en caisse ».  Sur les six premiers mois de 2008, ses bénéfices, en hausse de 21 %, se montent à 1,5 milliard d’euros. La crise de l’automobile ne concerne pas tous les constructeurs… et les actionnaires pourront remercier chaudement les quelques suicidés qui se sont tués à la tâche pour augmenter les profits.

En attendant, il faut dire dès à présent aux salariés du secteur automobile ce qui les attend à plus ou moins brève échéance: le licenciement! Car les constructeurs d’automobiles ferment des usines en Europe pour en ouvrir d’autres dans les pays du Sud où les salaires ne valent pas grand chose. Aujourd’hui, nous ne produisons déjà plus en France une grande partie des produits manufacturés que nous consommons. L’automobile restait encore une exception, mais il n’y aura bientôt plus une seule voiture produite en France. L’automobile du futur sera essentiellement une voiture « made in China » ou « made in India ».

Alors, salariés de l’automobile, faites la grève illimitée dès à présent, et arrêtez de produire des bagnoles afin d’engraisser les profits d’actionnaires qui ne pensent qu’à vous virer!

Crédit Image: Retrouvez toutes les couvertures de Charlie-Hebdo ici

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".