Une situation d’urgence

Le 16ème congrès de la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) s’est tenu au Mans les 25 et 26 octobre derniers. Voici la motion générale de ce congrès qui rassemble les demandes que la FNAUT adresse au gouvernement.

L’organisation du secteur des transports doit permettre de relever plusieurs défis : la dégradation du cadre de vie, le risque pétrolier que la récente baisse conjoncturelle du prix du baril ne doit pas occulter, le réchauffement climatique qui s’accélère et dont l’origine humaine n’est plus contestée.

Des mesures allant au-delà des incantations sur la mobilité durable sont indispensables : il faut réorienter, d’urgence et profondément, la politique des transports. Le développement des transports publics urbains, ferroviaires, routiers et des modes non motorisés, et du transport des marchandises par le rail et la voie d’eau doit constituer une priorité nationale.

Il s’agit en particulier de conforter les nouveaux comportements du public apparus avec la hausse du prix des carburants routiers en répondant à l’explosion actuelle de la demande de transport collectif de proximité, et de dégager rapidement les moyens nécessaires à la régénération et à l’entretien du réseau ferroviaire existant.

1. Le choix et le financement des nouvelles infrastructures

Compte tenu des risques pétrolier et climatique et de la nécessité de mettre en place un système de transports moins dépendant des sources d’énergie fossile, la FNAUT demande que le programme d’autoroutes urbaines et interurbaines adopté lors du CIADT de décembre 2003 soit complètement réexaminé, et que la construction de nouveaux aéroports cesse.

Les interventions financières de l’Etat et des collectivités territoriales doivent être concentrées sur les modes de transport les moins énergivores. De nouvelles ressources doivent être dégagées pour les transports publics urbains et le rail en créant des écotaxes sur le trafic automobile, le trafic routier de fret et le trafic aérien intérieur.

2. La régénération et l’entretien du réseau ferré existant

La FNAUT demande que des moyens financiers exceptionnels soient rapidement dégagés pour éviter la fermeture de lignes indispensables à l’aménagement du territoire, et pour que les infrastructures soient entretenues et modernisées afin de garantir la fiabilité du transport ferroviaire.

3. Les transports de proximité

La FNAUT demande que des moyens financiers nouveaux soient mis à la disposition des autorités organisatrices de transports afin qu’elles puissent étendre leurs réseaux (relations entre banlieues, desserte des zones périurbaines) et renforcer les fréquences : extension du versement transport des entreprises, produit des amendes de stationnement, taxe sur les plusvalues foncières engendrées par la création de nouveaux transports collectifs, péage urbain.

4. Les déplacements domicile-travail

La FNAUT demande la généralisation à la province du dispositif francilien de participation obligatoire des entreprises aux frais de déplacements domicile-travail par transport collectif de leurs salariés, la prise en compte des déplacements à bicyclette et l’abandon du projet démagogique et anti-pédagogique de « chèque essence ».

5. Urbanisme et transports

Afin de contenir l’étalement urbain et la circulation automobile qu’il engendre, la FNAUT demande que l’habitat soit densifié le long des axes lourds de transport collectif et que les friches urbaines soient urbanisées en y créant des éco-quartiers.

6. Gouvernance

La FNAUT demande la mise à l’étude d’une redistribution rationnelle des compétences transport entre les agglomérations, les départements et les régions. Les autorités d’agglomérations doivent être élargies aux bassins de vie, et gérer à la fois le transport collectif, la voirie et la politique d’urbanisme. Les régions doivent gérer les transports ferroviaires et routiers interurbains.

Source: www.fnaut.asso.fr

Fnaut

A propos de Fnaut

Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports.