Initiative mondiale pour sauvegarder la civilisation de l’automobile

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) lance une « Initiative mondiale pour les économies de carburant » à l’occasion du Salon de l’auto de Genève. Selon Adéquations, ce plan dont l’objectif affiché est de réduire de 50% la consommation des voitures d’ici 2050 (« 50 by 50 »), semble caractéristique des nouvelles conceptions et aussi des paradoxes liés au thème de la « croissance verte » : surmonter la crise économique tout en préservant la planète par une réorientation écologique des investissements et de la recherche. Mais il s’agit bel et bien en même temps de poursuivre dans la même voie qu’auparavant : « la quantité de carburant brûlée par les voitures à l’échelle mondiale est appelée à tripler d’ici 2050 », affirme le PNUE dans son communiqué, qui n’évoque pas la question de la raréfaction du pétrole ni les problèmes posés par les agrocarburants, et pas non plus l’idée d’une possible remise en cause de la civilisation de l’automobile… Parmi les partenaires de cette initiative, on note la présence de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de la Fédération Internationale du Sport Automobile (FIA). En matière de développement durable, là aussi cela incite à réfléchir sur la portée et les conséquences des partenariats entre institutions publiques et intérêts industriels.

Ci-dessous, le communiqué publié par le PNUE.

Des organisation internationales lancent un plan global d’économie de carburant à Genève

PNUE, New York, 04/03/2009

Un plan global d’économie de carburant, qui réduirait les émissions de gaz à effet de serre des voitures, doit être immédiatement mis en place, et intégré au support financier de l’industrie de l’automobile, a plaidé le Programme des Nations Unies pour l’environnement à l’occasion du 79ème salon de l’auto de Genève.

Le rapport « 50 by 50 » de la « Global Fuel Economy Initiative » (GFEI) [Initiative mondiale pour les économies de carburant] indique comment une économie de 6 milliards de barrils de pétrole et de 2 gigatonnes de CO2, équivalent a la moitié des émissions de l’Union européenne, peut être réalisée grâce à un programme mondial ambitieux.

« L’automobile est un secteur crucial dans la transformation en une économie dite ’verte’, à faibles émissions de gaz à effet de serre. La quantité de carburant brûlée par les voitures à l’échelle mondiale est appelée à tripler d’ici 2050, avec près de 80% de cette augmentation dans les pays en développement. Une initiative comme la GFEI a donc un rôle important à jouer, » à annoncé Achim Steiner, le directeur exécutif de la PNUE.

Il s’agit d’un plan qualifié de « 50 by 50 », dans l’objectif de diminuer de 50% la consommation de leurs modèles d’ici 2050. Cette initiative émane du PNUE, de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’ITF (Le Forum International du Transport) et de la FIA (Fédération Internationale du Sport Automobile).

Les objectifs pour 2009 incluent :
– La mise en place d’évaluations régionales et l’organisation de lancements en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Asie, vers des engagements politiques avec les régions et les pays.
– Le lancement de quatre projets pilotes dans des régions différentes du monde pour aider les pays avec le développement des nouvelles politiques nationale d’économie de carburant.
– Le développement d’une base de données d’information sur l’économie de carburants différents moyens d’information et un site internet.
– L’engagement avec le G8 et les politiques des Nations Unies.

« Nous réclamons que l’industrie de l’automobile se joigne à nous pour prouver qu’ils font eux aussi partie de la solution » a ajouté le directeur exécutif du PNUE.

Source: www.adequations.org droits réservés

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement