Le cœur de l’automobile américaine a cessé de battre

detroit-en-ruine1

Partout, l’industrie automobile réduit les productions, licencie et reçoit des deniers publics. En Europe, les ventes de voitures neuves ont régressé de 7,8 %, avec un plongeon spectaculaire en Espagne, au Royaume-Uni et en Italie. Au Japon, elles ont diminué de 6,5 %, se retrouvant au niveau de 1974. Pour le numéro un mondial, Toyota, la baisse atteint 4 % au niveau international. Aux Etats-Unis, la chute est brutale, et l’existence même des trois grands constructeurs est menacée. Lire la suite>>

Steve

A propos de Steve

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste du pic pétrolier et des questions d'étalement urbain et de consommation d'espace.

5 commentaires sur “Le cœur de l’automobile américaine a cessé de battre

  1. Pimousse3000

    Sans vouloir la jouer trop rabat joie, quelqu’un (qui s’y connaît un peu en économie) pourrait il m’expliquer en quoi une baisse de 3 à 8% du volume de ventes est il un drame et annonce la fin de l’automobile?
    Ce que je constate, c’est que vu son prix – plusieurs mois de salaire pour des occidentaux – et vu le taux de pénétration du marché – 1 véhicule pour 50 en Europe c’est ça ? -, l’Occident, principal acheteur, est déjà gavé et ne ressent pas/plus le besoin de se munir d’un véhicule qu’il possède déjà, qui l’étouffe financièrement, qui le rend esclave etc…!
    Mais demain, quand Tata Motors et/ou d’autres auront créé (c’est déjà fait) une voiture/un deux roues etc… adaptés à la consommation de l’Asie (Chine+Inde > 2.5 milliards d’habitants), ca risque de repartir, et d’être un bonheur de consommation pour l’Asie, et un drame écologique pour le monde, non?

  2. Marcel RobertMarcel Robert

    Je ne suis pas économiste (pour répondre à ta question), mais je pense aussi qu’on en fait beaucoup trop (y compris sur ce site!) sur la « crise automobile ». Je pense de plus en plus que la véritable crise est climatique et environnementale, et non pas une pseudo-crise de l’automobile. Car il y a 2 choses dans la crise actuelle (de l’automobile), une crise financière du crédit (qui fait reculer l’achat de voitures qui seront de toute manière achetées un jour ou l’autre…) et une crise de « valeurs » (qui fait que la voiture a « un peu » moins le vent en poupe qu’autrefois). Mais cela concerne essentiellement les pays occidentaux, et pas ou très peu les marchés émergents gigantesques que sont la chine, l’inde, l’indonésie, etc. Donc, le « trou d’air » actuel de l’industrie automobile est salutaire mais ne résout rien à moyen et long terme, car il y aura de plus en plus de voitures à l’échelle mondiale et donc de plus en plus de problèmes…

  3. Sil

    C’est un effet d’échelle: quelques pour-cents et c’est déjà des centaines de milliers d’emplois en jeu. Les chinois et autres asiatiques vont également ressentir – ressentent déjà – les effets de la crise. Ils ne vont pas pouvoir acheter leurs véhicules flambant neufs si les occidentaux ne leur achètent plus leurs joux-joux technologiques et autres machins en plastique.

  4. boddah

    de toute façon, hummer c’est de la m… américaine, déjà s’il tout le monde avait une twingo qui consomme la moitié de la voiture moyenne il y aurai du progrès… Même si l’idéal restera toujours le vélo…

  5. David C.

    Pour sauver notre industrie, nous devons réorganiser l’industrie automobile!

    D’abord, nous devons exiger une enquête parlementaire autour des responsables des bulles financière depuis 30 ans, qui ont détruit l’industrie en général et qui ont conduit le monde dans la situation que nous connaissons aujourd’hui!

    Néanmoins, nous ne pourrons pas construire des voiture indéfiniment, nous pouvons certes amélioré la conception (voiture électrique, hydrogène)

    Nous devons repenser le transport de villes en villes avec des transports de masses à très grand vitesse, avec par exemple des TGV ou des trains à lévitation magnétique.

    Mais nous pouvons aussi produire des machines outils qui serviront au développement des pays en voie de développement, des tracteurs par exemple ou beaucoup d’autres outils.

    Face à l’effondrement de l’industrie automobile, nous devons réfléchir à sa réorganisation rapide! Le refus de cette réflexion conduira le secteur automobile européen dans la même situation que celle aux USA ou encore comme l’industrie du Charbon!

    En parallèle, nous devons mettre en banqueroute le système financier libéral au main de la finance, afin de proposer une nouvelle architecture monétaire et financière, un nouveau Bretton Woods, contrôlée par les pouvoirs publics au service du peuple et des nations.

    Le citoyens doivent se battre pour ce genre de projet!

    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

Les commentaires sont clos.