Le vélo va changer de braquet

Deux fois plus de cyclistes à Lyon d’ici à 2014, trois fois plus en 2020. Les objectifs du nouveau plan « modes doux 2009-2014 » ont été dévoilés hier par le président du Grand Lyon, Gérard Collomb (PS).

Ce programme d’investissements de 90 millions d’euros, qui sera soumis le 28 septembre au vote des élus de la communauté urbaine, est essentiellement consacré au développement du réseau cyclable. Le Grand Lyon a décidé de construire 200 km de pistes dans ce mandat, soit 30 km par an au lieu de 10 auparavant. Le but est d’atteindre un réseau de 920 km en 2020, contre 320 actuellement. « Aujourd’hui, 2,5 % des déplacements dans l’agglomération se font à vélo. On vise 5 % en 2014 et 7,5 % en 2020. C’est réaliste, car les deux tiers des déplacements sont inférieurs à 3 km », souligne Gérard Collomb.

La circulation sur les couloirs de bus et les doubles sens cyclables devraient se généraliser. L’extension du réseau sera accompagnée par une multiplication des arceaux de stationnement (1 000 par an) et la création de garages à vélos sécurisés dans les gares et les parcs relais. Le projet de remonte-pente pour les vélos à la Croix-Rousse, promis lors de la campagne municipale de 2008, a en revanche été définitivement abandonné. « Trop cher », a tranché Gérard Collomb. W

Article de Frédéric Crouzet, publié dans 20 Minutes

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

5 commentaires sur “Le vélo va changer de braquet

  1. Steve

    L’article de 20 minutes est le résultat d’une opération de com’ de la mairie de Lyon. Que les gratuits tombent dedant, dommage pour leurs lecteurs mais que Carfree poste cet article. Je ne comprends pas.

    L’usage du vélo à Lyon stagne depuis près de 2ans http://www.grandlyon.com/Comptage-des-velos.2231.0.html

    Cela est le résulat d’une politique cyclable qui n’a reposé que sur des vélos en libre service, c’est à dire « comment mettre plus de vélos en circulation sans toucher à la voiture ». L’absence d’autres mesures favorisant le vélo (il n’y a pas de double sens cyclable à lyon), le refus de réaménager les autoroutes urbaines (Garibaldi, etc..) montre sans détour que la mairie de Lyon n’a pas à être valorisée sur ce site.

    Aussi, les 5% de part modale pour le vélo en 2014 c’était déjà l’objectif du premier PDU (Plan des Déplacements Urbains) voté en… 1997.

  2. Pim Auteur

    Merci de cette remarque constructive. Il est clair que la source 20 minutes n’est pas (souvent très) fiable et que comme tous les politiques lorsqu’il s’agit de parler d’un sujet « noble et vert qui plaît à l’électorat » en font beaucoup trop et tiennent 10% de leurs engagements. Maintenant, dans toute opération de comm’, il y a toujours une part de vrai. Et cet article concerne la « mobilité douce » : il a donc sa place sur Carfree. Après, libre à chacun d’y croire ou non…les commentaires sont là pour en débattre.
    Enfin, n’étant pas Lyonnais, je ne suis pas en mesure de le critiquer, je me suis donc contenté de citer l’article. Débat ouvert!

  3. LGV

    Lorsqu’il y aura dix fois plus de vélos, il faudra bien que les voitures cèdent la place. En revanche c’est clair que cette action reste dans une optique qui nous mène dans le mur : plus de vélo mais pas moins de voitures, plus de consommation, plus de, plus de… Pour faire marcher l’économie d’avantage que la planète !

  4. ahbon

    Je suis étonné de lire un tel article sur Carfree. Cela ne correspond pas du tout à la réalité que les cyclistes lyonnais rencontrent sur le terrain. Ce n’est, comme le dit justement Steve, qu’un coup de communication. J’aurai tendance à dire que comparativement aux autres villes de Rhône Alpes, la situation à Lyon ne stagne pas mais régresse !

  5. Isidor

    En regardant le site (lien donné dans le second commentaire), je constate que la référence est le lancement de Vélo’v…A chacun son calendrier. Personnellement je regarde l’évolution depuis 1991, année où j’ai débarqué à Lyon. et je dois dire que l’usage de la bicyclette avait fortement augmenté 3/4 ans avant Vélo’v… Chacun ses dieux ?
    La tendance « vélo » s’était marquée d’elle même.
    Vélo’v, l’art de s’approprier un phénomène plus qu’un moyen.

Les commentaires sont clos.