Les « altermobilités » : analyse sociologique d’usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?

altermobilites

Face aux grands enjeux environnementaux du 21ème siècle, les pratiques de déplacements automobiles se trouvent questionnées ; parallèlement des usages alternatifs à la voiture individuelle semblent émerger. Cette thèse cherche à évaluer la place sociale de ces « altermobilités » (covoiturage, vélo, transports en commun) et la manière dont elles sont réappropriées par les individus, principalement sur le trajet domicile-travail.

Deux perspectives sont ainsi envisagées. Tout d’abord, à une échelle méso-sociale, il s’agit de rendre compte du cadre législatif et des acteurs qui portent ces altermobilités. Puis, le cœur de ce travail a été réalisé à l’échelle micro-individuelle. La méthode qualitative choisie, qui procède d’entretiens de vie centrés sur les modes de déplacements, permet de reconstruire les parcours biographiques des altermobilistes. L’analyse de ces parcours rend compte des processus et des déterminants des choix de mobilité ainsi effectués. Les résultats mettent en lumière des leviers d’action pour favoriser des usages altermobiles et propose des pistes de réflexion pour amener à des changements d’habitude de déplacements.

Les « altermobilités » : analyse sociologique d’usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence ? Université Paris V- Descartes. Faculté des Sciences humaines et sociales – Sorbonne
Stéphanie Vincent
(17/04/2008)

Thèse en ligne sur le site halshs.archives-ouvertes

Thèse lauréate du Prix de thèse 2009 sur la ville Aperau/ Certu/ CFDU / Puca-DGALN

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

2 commentaires sur “Les « altermobilités » : analyse sociologique d’usages de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. Des pratiques en émergence?

  1. Pim

    Si vous jetez un oeil au rapport de thèse, c’est très intéressant (j’ai juste feuilleté le plan et 2-3p du pdf). Moi qui avait toujours cru que la sociologie ca sert à rien, eh bien, je change d’avis et je dis chapeau bas à Stéphanie Vincent….
    Concrètement, il s’agit vraiment de toutes les idées pro & anti-bagnoles, recues ou non, plus ou moins justifiées etc… Ca explique un peu les raisons pour laquelle les gens pensent ainsi. Toutes les idées y sont réunies, organisées et brillament analysées.

    C’était peut etre hors sujet, ou j’ai survolé trop rapidement, mais je n’ai pas vu de paragraphe sur l’influence du matraquage publicitaire automobile pour expliquer aux gens que « la voiture, c’est bien, c’est propre, c ‘est l’avenir », l’influence de la TV (starsky et hutch & cie) dans notre jeunesse et de cette culture belle voiture : « Si à 40 ans t’as pas la ferrari rouge avec laquelle tu jouais étant petit, c’est que t’as quand même raté ta vie »

    En tout cas, encore félicitations !

  2. RANDOLET Michel

    J’ai jeté mon dévolu sur la thèse;et j’avais même commencé à l’imprimer… C’est là où il y a un os:417 pages à reproduire!Et j’en ai imprimé 182…Là où j’ai interrompu le travail,c’est pile la conclusion qui explique le comporte ment des altermobilistes:question de bon sens…Pourquoi ils changeraient dans leur attitude…?Ils ont toujours fait comme ça!Comment?Quand on n’ a pas de voiture,et qu’on est beaucoup dans le même cas,on s’organise:le partage,quoi…Voilà la solution « miracle »:partager la rue,les routes,le train, l’avion,le bateau…Pourquoi donc la voiture se partage si mal,notamment à Lyon,lors des grèves de TCL?Est-ce si difficile d’aller à vélo jusqu’à une ga re SNCF ou à une station de métro automatique?D’autant que la grève d’hi er et d’aujourd’hui était prévue de puis 1 semaine!

Les commentaires sont clos.