L’automobile et l’effet « fil à la patte »

Je viens d’ajouter un méfait supplémentaire à ma « liste des nuisances automobiles » que je recense sur mon site web www.LecoLomobiLe.fr. C’est la 97ème !

Plus qu’une nuisance, il s’agit d’une contrainte qui -une fois n’est pas coutume- pourrait être reprochée aussi au vélo ! Rassurez-vous, dans le cas du vélo, ce défaut est moins grave que pour la voiture.

Je veux parler de l’effet « fil-à-la-patte », c’est-à-dire, de la contrainte de ré-utiliser son automobile pour le retour lorsqu’on a choisi de se déplacer avec.

C’est un avantage indéniable de la marche à pied, celui de pouvoir se rendre à un rendez-vous et de pouvoir revenir ensuite avec le mode de transport de son choix (tramway, autobus, taxi…) alors que pour un automobiliste lambda, ce dernier est obligé de revenir chez lui avec sa voiture… On peut voir aussi ce phénomène à l’envers: se rendre à un rendez-vous en bus et revenir à pied.

C’est une liberté dont l’automobiliste et -dans une moindre mesure- le cycliste, ne peuvent profiter. On peut enchaîner ainsi plusieurs modes de déplacements sans contrainte et selon sa fantaisie.

En 2004, quand j’ai amorcé cette liste des nuisances automobiles, je ne me doutais pas qu’elle atteindrait un tel nombre d’éléments qui approche maintenant la centaine!

GC,
Les voies vertes en 06-ouest:
www.LecoLomobiLe.fr
Labo d’idées sur l’auto du futur:
www.LACPA.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

5 commentaires sur “L’automobile et l’effet « fil à la patte »

  1. URB

    « C’est une liberté dont l’automobiliste et -dans une moindre mesure- le cycliste, ne peuvent profiter. On peut enchaîner ainsi plusieurs modes de déplacements sans contrainte et selon sa fantaisie. »

    On voit que certains n’ont vraiment rien à faire de leur journée.
    Halala c’est beau la cessation d’activité professionnelle (volontaire ou forcée 🙂 ).

    Mais bon en grande majorité quand tu pars de chez toi pour aller quelque part, à un moment ou un autre tu rentre chez toi, donc ce que tu utilise pour l’aller peut de servir pour le retour.

    Après ce que tu dis donne un intérêt aux systèmes comme Velib & co, même si il y a de la publicité derrière, pour les déplacements hors commune.
    Tu peux prendre le vélo sans la contrainte de l’attacher et de te le trimballer tout le temps, juste à le laisser à une borne et basta.

  2. lechatz

    Ce matin je suis allé chez mon dentiste:trente cinq kilomètres,j’ai utilisé un véhicule,j’étais seul à bord,il y a bien fallu que je rentre.Il est parfaitement impossible de faire cette distance à pied.Le seul bus: départ aller sept heure,arrêt à plus de deux kilomètres de chez moi,retour vers dix neuf heure.Mon seul moyen de transport c’est l’automobile.
    Je vis à la campagne dans une région défavorisée au niveau des trans-
    ports en commun et de bien d’autres chose,j’utilise un utilitaire pour la plupart de mes déplacements,il n’y a que deux places,je ne risque pas de véhiculer six personnes.
    La vie à la campagne est bien différente de celle en ville,sans moyens
    de transports individuels motorisés vous allez pas tenir longtemp,il y a peu de chance qu’ont vous vienne en aide

  3. Gilles ChomelLécoLomobile

    @lechatz:

    http://carfree.fr/index.php/2009/10/21/lenterrement-de-la-bagnole-urbaine/

    C’est l’automobile urbaine que carfree a enterrée! pas l’automobile rurale ! ah! ah! ah!

    Cette discussion est bien la preuve que l’automobile particulière est une représentation idéologique: il est très important que les constructeurs entretiennent une confusion idéologique entre l’automobile urbaine et l’automobile rurale. Réciproquement il est très utile que Carfree dénonce une telle confusion à l’aide d’articles comme l’excellent que j’ai mis, ci-dessus, en lien 😎

  4. lechatz

    J’ai habité plus de trente cinq ans à Lyon,pour me rendre chez mon dentiste rue de la Charité,je n’avais besoin d’aucun véhicule,le mode pédestre me convenait parfaitement.Les dimanches matin je faisais les marchés de la Croix rousse et du quai de saone plus les halles cours Lafayette,le tout à pied et en transports en commun,avec un sac à dos.Maintenant j’habite dans une région isolée de la Bourgogne,ou ce genre de mode de transport n’est plus possible,l’automobile est notre seul moyen de transport et de ravitaillement.
    Vous pouvez rire,vous esclaffer,donnez une solution réaliste?
    J’ai toujours été un adepte de la marche à pied,maintenant l’âge venant
    et les kilomètres de plus en plus nombreux,ce n’est plus possible dans
    la majorité des cas.
    Ne venez pas nous parler de numérique c’est de l’utopie.
    De plus je me fiche pas mal de toutes les pubs automobiles et autres,
    j’achète les produits qui me plaise.

  5. apanivore

    Lechatz tu es un cas particulier pour habiter à plus de 30km de la ville la plus proche. Quelque part il faut assumer pleinement le fait de prendre ta voiture puisque tu as choisi de t’isoler. Ce qui n’est pas normal c’est que ceux qui habitent près des commodités agissent comme toi. Je pense qu’on ne doit ni te plaindre ni te jeter la pierre.
    On peut juste se demander pourquoi habiter dans un tel « trou » si c’est pour culpabiliser sur sa dépendance à l’automobile ?

Les commentaires sont clos.