Les voitures les plus polluantes bannies des villes allemandes.

pastilles_pollution_allemagne
Depuis le 1er janvier 2008, les villes allemandes de Berlin, de Cologne et d’Hanovre interdisent aux véhicules ne disposant pas d’une pastille écologique la circulation dans certaines zones règlementées.

Ces « zones écologiques », où la végétation et la population seront particulièrement protégées des poussières fines émises par les voitures, sont appelées à se multiplier dans les mois et les années à venir outre-Rhin. Après le péage urbain de Londres – surtout destiné à désengorger la City, mais « vert » tout de même -, notre éco-pastille et son bonus-malus nés du Grenelle de l’environnement et les autres projets urbains français – comme celui de Bordeaux dont la Mairie a annoncé la création de quartiers verts comme cela existe déjà en Forêt Noire et à Paris -, l’éco-pastille allemande tendrait à prouver que l’écologie urbaine n’est plus seulement une mode, pas plus qu’un ensemble de mesures démagogiques, mais tout bonnement une réalité imposée par des exigences climatiques et humaines.
Depuis le 1er janvier, il vous faudra vous procurer une pastille si vous envisagez de circuler en voiture dans certaines zones dites « écologiques » de Berlin, de Cologne ou d’Hanovre en Allemagne. Faute de quoi, vous pourriez vous retrouver, tout conducteur étranger que vous soyez, avec une amende de 40 euros et un point en moins sur votre permis. Les voitures particulières ne sont pas les seules à être concernées par cette mesure, puisque les bus de tourisme et les poids lourds devront également arborer une pastille pour pouvoir évoluer sans crainte dans ces zones protégées.

Pour la seule ville de Berlin, 1,2 million de possesseurs de véhicules étaient concernés par la nécessité de se procurer une pastille afin de circuler dans une partie restreinte – d’une superficie de 88 km2 – du centre ville. Cette pastille pouvait notamment être acquise dans les stations services – pour un prix conseillé de 5 à 10 euros -, mais la demande a été telle que celles-ci se sont vite retrouvées en rupture de stock. Certains automobilistes prévoyants avaient commandé le précieux sésame sur Internet contre la somme de 6 euros et l’ont reçu par la poste.

Tous les automobilistes ne pourront cependant pas se procurer de pastille. Ainsi, aucune ne sera attribuée aux véhicules – voitures comme camions ou bus – les plus polluants, c’est à dire ceux dotés d’un moteur essence ne disposant pas de pot catalytique ou fonctionnant avec un bloc diesel répondant tout au plus aux exigences de la norme Euro 1. A Berlin, ces véhicules qui représentent 7 % des voitures – soit 84 000 autos – seront donc bannis des zones vertes !

Les diesel avec FAP s’inscrivant dans les normes Euro 1 ou 2 recevront, eux, une pastille rouge et ceux satisfaisant aux normes Euro 3 en obtiendront une jaune. Ces pastilles rouges et jaunes subissent quelques restrictions de circulation dans les « zones écologiques ». Les diesel les moins nocifs, tout comme les moteurs à essence respectant les normes Euro 1 à 4, recevront tout naturellement une pastille verte qui leur permet de circuler partout librement dans les villes allemandes. En 2010, seuls ces derniers véhicules seront autorisés à rouler dans les « zones écologiques », tous les autres en seront exclus.

ET LES PEAGES URBAINS

Tout au long de 2008 et au cours des années suivantes, les grandes villes allemandes depuis Mannheim jusqu’à Stuttgart en passant par Munich, Düsseldorf et Dortmund, devraient se doter de telles zones protégées. Les automobilistes étrangers souhaitant à terme se rendre dans l’une ou l’autre de ces villes ont donc tout intérêt à faire l’achat d’une pastille pour y circuler en toute légalité. Ces pastilles sont d’ailleurs valables à vie ! La ville de Berlin a toutefois annoncé qu’elle n’instaurerait pas de péage urbain comme c’est le cas à Londres depuis 2003, précisément dans le quartier d’affaires de la City.

Ressurgit à cette occasion la question du péage urbain parisien ! Le Maire de Paris, M. Bertrand Delanoë, précise sur son site qu’il y est fermement opposé pour éviter de créer une discrimination entre Parisiens et banlieusards. En revanche, son équipe municipale et lui-même proposent qu’un péage pour poids lourds circulant en Ile-de-France soit mis en place, qui tiendrait compte du kilométrage parcouru par les camions sur les axes franciliens et de leur degré de pollution.

L’avenir serait peut-être à la création de quartiers doublement « verts ». Les zones protégées où les énergies renouvelables sont privilégiées et les déperditions d’énergie minimisées – comme c’est le cas en Allemagne à Fribourg-en-Brisgau, modèle dont s’inspire l’éco-quartier des Batignolles à Paris ou ceux que la Mairie de Bordeaux veut créer sur les bords de la Garonne – pourraient également devenir des « zones écologiques » dont les voitures les plus polluantes seraient, grâce à un système de pastille équivalent à celui des Allemands, bannies. Mais, avant que nous en arrivions à un tel degré de protection, il reste d’abord aux automobilistes français à avaler la pilule du bonus-malus, ou éco-pastille à la Française. Médecins et pharmaciens le disent tous, pas trop de pastilles et de pilules à la fois…

Source : Autonews, Jean-Louis GARDEN

Article connexe (et plus récent) avec video sur le site d’Euronews.

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

9 commentaires sur “Les voitures les plus polluantes bannies des villes allemandes.

  1. apanivore

    Comme l’article a 2 ans et que je ne suis pas allé outre-Rhin récemment je me demandais ce que ça avait donné concrètement, si ces zones existent vraiment.
    Alors oui il y en a une quarantaine en Allemagne et y pénétrer sans vignette c’est 40€ d’amende et 1 point de moins sur le permis.
    Source et carte sur le site officiel :
    http://www.umwelt-plakette.de/int_frankreich.php

    ps : je viens de voir le lien vers l’article récent d’euronews en fin d’article

  2. Lapinou

    Cela devient tellement compliqué, qu’il faut mieux rouler à vélo, pour être sur de pas avoir de problème.

  3. Plum'

    Je trouve que cette méthode s’apparente à la prime à la casse : le but est d’inciter, voire obliger, les gens à acheter des voitures neuves ou récentes, pour consommer toujours plus. La pollution nécessaire à créer une voiture neuve est complètement ignoré, pour un faible gain, car je doute que ces vieilles voitures roulent beaucoup (sinon elles ne seraient pas vieilles…).

    Au contraire, je pense qu’il faudrait encourager les gens à garder leur véhicule le plus longtemps possible : une prime au consommer moins, plutôt qu’au consommer plus…

  4. Pim Auteur

    @Plum : Cette méthode n’est en aucun cas une prime à la casse, car elle ne donne pas d’argent au consommateur, elle lui interdit simplement de circuler. Elle présente aussi l’avantage d’interdire les gros 4×4 neufs ou vieux, qui, en France sont taxés de seulement 1500 euros de « malus » (soit meme pas 4 petits % du prix d’un 4×4 qui coute 40 keur minimum–> ca fait beaucoup de 4 tout ca).
    Bref, ca n’incite pas forcément à l’achat d’une voiture neuve… Enfin je n’en ai pas l’impression

    A noter qu’en France, avec le bonus écolo, on donne l’impression aux gens qu’ils bénéficient de 700 ou 1000 eur de réduc. Bizarrement, les prix avaient augmenté de 700 a 1000 eur au moment de l’instauration de ce bonus. Alors kicéti qui en profite de toute cette thune?

  5. Gari

    « Au contraire, je pense qu’il faudrait encourager les gens à garder leur véhicule le plus longtemps possible : une prime au consommer moins, plutôt qu’au consommer plus… »

    Je propose cette reformulation :

    « Au contraire, je pense qu’il faudrait encourager les gens à garder leur véhicule le moins longtemps possible et à se mettre au vélo/TEC aussi rapidement que possible »

  6. Plum'

    Pim, moi j’ai la très forte impression qu’interdire à quelqu’un de circuler avec sa voiture parce qu’elle est considérée comme trop vieille, c’est l’inciter fortement à en acheter une autre. Ca peut effectivement être une bonne chose pour les possesseurs de 4×4 urbains, mais pas pour les autres qui, au moins en France, sont bien plus nombreux et avec de faibles moyens financiers (plus faibles en moyenne que ceux qui changent de bagnole…).

    Je considère donc que c’est une idée de capitalisme vert à la Sarkozy.

    Et si on veut s’en prendre aux 4×4 urbains, qu’on choisisse d’autres critères pour s’en prendre à eux seuls.

  7. Pim Auteur

    @Plum : je le répète, cette limitation se limite au centre ville et à toutes les voitures, récentes ou anciennes. Certes les plus anciennes sont visées, mais aussi les grosses. De plus, je ne pense pas qu’une interdiction en centre ville va inciter le public à se racheter une nouvelle voiture, puisqu’il pourra toujours l’utiliser partout ailleurs (ou alors il est très riche). Ca devrait seulement convaincre une bonne majorité des gens de se stationner en périphérie pour finir en transports, une plus infime partie du public, de tout faire en transport. Bien sur, il restera une minorité de riches irréductibles cons qui ajouteront à leur deux 4×4 une petite avec pastille verte pour aller en ville…..Mais ce sera une minorité.
    Je répète aussi que même s’il y aura quelques dérives comme tu le pressens (et à juste titre), ca me semble beaucoup plus efficace et intelligent que le message capitaliste clair et net de l’état francais qui est : « achetez une nouvelle voiture! »
    J’ai juste l’impression que tu vois un démon derrière chaque porte…Je suis au contraire plus optimiste en interprétant cette mesure comme un premier pas vers une interdiction totale de la voiture en ville.

  8. Plum'

    « De plus, je ne pense pas qu’une interdiction en centre ville va inciter le public à se racheter une nouvelle voiture, puisqu’il pourra toujours l’utiliser partout ailleurs (ou alors il est très riche). » : enfin quand même, il y a des habitants des centre-ville qui ont des vieilles voitures ! Et je ne les crois pas minoritaires par rapport à celles de l’extérieur…

    Ca serait un pas pour interdire les voitures en centre ville ? Il y a d’autres façons de procéder sans commencer par les vieilles autos qui ne roulent pas beaucoup mais appartiennent à des habitants qui s’en satisfont et n’ont pas trop les moyens d’en acheter des neuves ou d’occasion. Ce n’est peut-être pas comme ça en Allemagne, peut-être aussi à Paris (faut être riche pour y habiter et les riches ne gardent pas une vieille voiture) mais je pense que que c’est ainsi dans ma ville de province (où il n’y a pratiquement pas de 4×4).

    Moins on se sert d’une voiture, plus elle vieillit. S’en prendre aux conducteurs qui ont de vieilles voitures, c’est s’en prendre à ceux qui conduisent peu. Quelle morale !

  9. Legeographe

    Assez d’accord avec Plum’, le récent débat sur les ZAPA l’a rappelé.
    Tout ceci est bien compliqué.
    Comme on n’est pas forcément loin d’une interdiction de la voiture dans certains hypercentres (Montpellier y est, je crois), pourquoi ne pas l’acter totalement dans les grandes villes et les villes moyennes (et puis même les petites villes, tiens !) ?

    La couronne peut s’élargir ensuite peu à peu, au fil des ans.

    Attention, toutefois : gros danger d’embourgeoisement selon les quartiers (gentrification). Il faut alors repenser tous les quartiers et avoir du logement social un peu partout. Dur d’avoir ce courage…

Les commentaires sont clos.