Cyclisme et ostracisme

« Bien sûr, me voyant arriver, que fait le conducteur? il fonce pour passer avant moi en me regardant lui faire un signe de dépit de la tête du genre “encore un pressé qui s’en fout » (Alain-Carfree). Ces comportements là, on les connaît tous: des voitures qui vous coincent juste avant un feu ou celles qui vous serrent sur le trottoir en arrivant à un rond-point.

Il existe un racisme anti-vélo de la part des automobilistes. De même qu’on retrouve ce type de comportement parmi des cyclistes vis à vis des piétons.

Comme s’il existait une hiérarchie d’usagers. Sur les vélos, les prolétaires de la route et dans les limousines, les aristocrates.

Cette xénophobie du moyen de transport n’est pas sans rappeler un débat récent à propos de la stigmatisation du cycliste qu’on enferme sur une portion étroite de la chaussée.

Cette parcellisation des espaces publics revient, in fine, à la ségrégation des modes de transport et d’usagers.

Disons le tout net: notre individualisme forcené nous conduit à ignorer l’autre. Quand ce n’est pas à le percevoir comme un gêneur!

Nous qui roulons aussi outre-Rhin sommes toujours surpris de constater que ces comportements ne se retrouvent pas chez nos voisins.

Trois comportements typiques de l’automobiliste allemand vis à vis du cycliste:

1/ vous montez une côte sur chaussée étroite: l’automobiliste attend derrière vous…et prend son mal en patience.

2/ vous arrivez en haut de la côte et vous vous arrêtez parce que vous êtes fatigué: l’automobiliste s’arrête pour vous demander si vous avez besoin d’aide!

3/ vous vous apprêtez à couper la route pour emprunter une piste cyclable: les voitures s’arrêtent devant et derrière vous pour vous laisser passer.

Je n’invente rien.

Ces conduites sociales différenciées ne manquent pas de susciter la curiosité.

L’automobiliste français semble conditionné par l’aversion du cycliste; il cherchera par tous les moyens à se débarrasser d’une obligation réglementaire qui placerait le cycliste en position prioritaire. C’est pourquoi, on fera subir au cycliste toutes les petites crasses capables de le dissuader de faire du vélo. Même si cela doit occasionner une chute. Pourquoi pas? pourvu que ça lui serve de leçon!

On ira rechercher les causes de cet ostracisme dans les comportements élitistes et machistes d’une société qui a voué depuis 50 ans, soit deux générations, un culte sans partage à l’automobile.

Mais alors, pourquoi les allemands, avec leurs grosses limousines, seraient-ils différents?

C’est un paradoxe historique.

Les allemands aiment la bagnole, mais ils ont tous des vélos au fond de leurs garages.

Dès le plus jeune âge, on vous apprend le vélo.

Dans le Bade-Wurtemberg, les enfants vont en classe à vélo. Pas avec des autobus.

Le transport inter-modal « train+vélo » est une réussite.

Sans parler des infrastructures cyclables!…

Il est vraisemblable que ces apprentissages du vélo comptent pour beaucoup dans les comportements observés chez l’automobiliste allemand.

Source: http://velomaxou.sportblog.fr/

Photo: http://www.villiard.com/images/velo/accident/accident-velo.jpg

Vélomaxou

A propos de Vélomaxou

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme "la tête dans le guidon", je me dirige vers le déplacement doux de l'écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire.

18 commentaires sur “Cyclisme et ostracisme

  1. URB

    Voila, ce ne sont pas les voitures les coupables, mais tout simplement les TEC.

    La faute des bus pour aller à l’école et la faute des services ferroviaire qui ne facilitent pas l’utilisation des vélos.

    🙂

  2. CarFree

    Tu te crois drôle urb? perso, ton sens de l’humour laisse à désirer… ce n’est même pas du second degré, c’est tout simplement… nul, oui c’est ça, je pense que c’est le mot exact et ce n’est pas en mettant un smiley à la fin de chacun de tes commentaires que ça changera grand chose… c’est un peu comme les applaudissements enregistrés dans les soaps américains, une sorte de ponctuation destinée à nous dire: « là vous pouvez rire! »? J’espère au moins que toi, tu te fais rire… car je doute qu’un commentaire comme celui-ci fasse rire qui que ce soit…
    Par contre, ce n’est pas un hasard à mon avis si tu postes un commentaire sur cet article qui parle d’ostracisme envers les cyclistes, un acte manqué? un aveu inconscient? un souvenir de ta petite enfance? Allez urb, dis-nous tout, on peut comprendre tes frustrations mais il faut que tu nous parles, que tu t’exprimes afin de libérer toute cette haine que tu gardes en toi et que tu vas probablement somatiser un jour ou l’autre…

  3. Vélops

    Les prolétaires à vélo et les aristocrates en voiture qui les mettaient sur le côté pour aller plus vite, ça c’était vrai il y a 50 ans. À présent, c’est un privilège presque aristocratique de vivre suffisamment près de son lieu de travail pour pouvoir y aller à vélo (cf la planche de Sempé et le dernier Télérama).

    Sur l’attitude des Allemands sur la route, ils sont effectivement très cool là où ils doivent partager la voirie avec les cyclistes mais très rigides : pas un cycliste ne doit traîner sur la chaussée si une piste cyclable permet de circuler à côté. Ils sont de même prêts à écraser un piéton qui aurait le malheur de traverser au rouge. C’est une mentalité typique de l’Europe du Nord.

    L’éducation routière en France se réduit deux moyens de transport : la marche et le transport motorisé, le vélo étant synonyme de sport ou de loisir. C’est d’ailleurs en Allemagne, dans la banlieue de Munich, que j’ai découvert que le vélo était un moyen de transport si pratique, avant de faire la même chose en France, où je passe pour un excentrique.

  4. bikefree

    ça tourne vraiment en rond sur CARFREE !
    toujours la même guerre stérile entre usagés en vélo et ceux en auto .
    si on fait abstraction de la « pollution « des véhicules à moteurs , le problème de cohabitation vient de la difference de vitesse des divers vehicules .En moyenne , un vélo environ 15kms , une auto 60 , un bus ou camion , un peu moins ; et une moto 80 .
    il y a longtemps que je n’étais pas venu sur le forum mais c’est toujours les mêmes rengaines : tout le monde à velo , plus d’autos même electriques , plus de camions ni d’avions , cela polluent !
    aucunes solutions pour l’avenir et toujours l’utopie !!!

  5. CarFree

    Tu m’en fais un bel « d’usagé »!!! Sinon, ton commentaire prouve une seule chose, c’est que tu n’y connais rien… la vitesse moyenne de la voiture, c’est 60 km/h, tu sors ça d’où? c’est ta moyenne perso? En agglomération (80% de la population française), la moyenne de la vitesse automobile oscille entre 12 et 15 km/h… et oui, c’est probablement dur à entendre mais les faits ont la dent dure et les sources aussi (certu, inrets, etc.)

  6. bikefree

    je ne parle pas de vitesse en agglomeration mais sur route , 60 etant un
    maximum sur nationale .
    je te rassure , je ne roule pas à 80 en ville en moto !

  7. Alain

    Velops:

    je suis à 25 kms de mon lieu de travail, je n’utilise pas ma voiture et j’ai des collègues de travail dans un rayon de moins de 3 kms qui viennent en bagnole. Je suis un aristo?
    Idem pour ma femme, qui n’a pas de voiture et est à 9 kms de son boulot. Ses collègues viennent en grande majorité en voiture même pour des courtes distances. Aristo, elle aussi?

    BikeFree:
    La voiture à 60 kms de moyenne? En heure de pointe, certaines ont fait quelques centaines de mètres alors que que j’ai le temps de traverser la ville.

  8. feenix

    les automobilistes sont pur beaucoup des cons, égoistes et qui se sentent derrière leur volant et dans leur petite boite en plastiques surpuissants. il y a un phénomène qui concerne les mecs : au volant ils se prennent pour des héros, ils foncent, se foutent de ceux qui marchent et font du vélo, le monde leur appartient. la vitesse leur monte à la tête, et même s’ils ne peuvent pas rouler vite, là au moins, dans cette bagnole, ils ont le sentiment de maitriser quelque chose, ils sont les maitres. c’est un reste d’arriération. on se croit évolué, et finalement c’est toujours les mêmes aneries des mecs…Ils ont trop joué à superman quand ils étaient petits… alors quand la bagnole vaut du pognon, c’est pire que tout. il faut les voir faire les coqs…
    de toutes manières, j’ai remarqué de façon plus générale que les gens ne prêtent plus attention à ceux qui les entourent : c’est moi d’abord, et uniquement moi. la voiture ne fait que renforcer cette attitude. Chacun dans sa bulle.

  9. Legeographe

    @ Bikefree :
    Si j’ai bien compris, Bikefree, le problème vient de ce que les vitesses sont différentes. Il est vrai, c’est gênant pour les usagers de la route (qu’ils soient plus lents ou plus rapides que les autres). Un problème de taille (ou de poids, plutôt), c’est les masses incommensurables. Le poids se trouve amplifié par la vitesse des différents usagers.
    Vous qui êtes motard, Bikiefree, vous devez bien savoir qu’un choc avec un poids lourd n’est pas un choc avec un piéton.

    Et, pour info (perso), je suis à Clermont-Ferrand (ville pas plate) et je roule toujours à plus de 15 km/h de moyenne, en ville comme en dehors : pour faire 7,3 km pour aller du centre-ville dans le périurbain (je sais, je fais le chemin inverse de tout le monde), je fais du 32 km/h avec un vélo de course tout pourri, et du
    du 29 km/h avec un VTT qui ne vaut pas beaucoup mieux.

    @ Alain et Vélops :
    Je suis d’accord avec Vélops dans la mesure où l’accès à la propriété pour les classes moyennes n’est pas bon pour baisser la consommation de carburant, dans la plupart des cas.
    Mais, Alain, vous démontrez par votre quotidien qu’il peut en être tout autrement. En tout cas, chapeau. Ce n’est plus de l’aristocratie, c’est du courage !

     » […] mais aux âmes bien nées,
    La valeur n’attend point le nombre des années. »
    (Corneille, Le Cid)

    Corneille ne connaissait pas encore la petite reine !

  10. stoppeur

    Le  » problème français »,c’est que la désobéissance civique est un sport na tional toléré, mal sanctionné…Il faut dire que,tant que l’infraction n’est pas sanctionnée impitoyablement,la sanction ne portera pas ses fruits;et enco re:en cas d’alcoolémie,le permis « saute »,mais rien n’est fait pour « soigner » l’alcoolémie!Alors même que la Loi proscrit l’ébriété sur la voie publique… Pourquoi donc se gêner?En Allemagne,aux Pays-Bas,en Suisse,celui qui veut se soustraire à la Loi,est considéré comme Nuisible à la Société;et traité en tant que tel…En France,seul le châtiment suprême sanctionne l’ « incivisme »,mais sans être sûr de la portée de la sanction:c’est con!Quant à imaginer prévenir les comportements à risque,ça tient du fantasme…C’ est vrai,on descend des Gaulois:rebelles,retords,irrationnels,individualistes

  11. stoppeur

    Et puis,en Allemagne,aux Pays-Bas,en Suisse,il y a une manière de créer l’Ordre en Société,à tout point de vue:une place pour chaque chose;chaque chose à sa place…Et gare à celui qui veut n’en faire qu’à sa tête:ça ne devrait pas durer bien longtemps!Je me souviens,en 1969 avoir franchi un feu clignotant à un passage à niveau de voie unique,en rase campagne, en Allemagne,alors que le train était arrêté en gare… C’était comme avoir fait un Crime!Il vaut mieux ne pas répéter la même erreur au même endroit le lendemain ou le surlendemain!En France,on va rechercher les skieurs hors pistes « avalés »par une avalanche;en Suisse,le service se paie cash; ou alors,on a une assurance et une garantie pour couvrir l’évacuation et la recherche.Sans présager des sanctions pour mise en danger d’autrui…

  12. URB

    @STOPPEUR
    Et oui tout ce que tu dis n’est pas faisable en France.

    « Et puis,en Allemagne,aux Pays-Bas,en Suisse,il y a une manière de créer l’Ordre en Société,à tout point de vue:une place pour chaque chose;chaque chose à sa place…Et gare à celui qui veut n’en faire qu’à sa tête »

    Tu vois ça, si ça ne s’appliquait qu’au automobilistes, tout le monde ici serait d’accord, mais vu que ça doit s’appliquer à tout le monde, ça ne va pas.
    Imagine les cyclistes sur les pistes cyclables, les piétons sur les trottoirs, les voitures sur les routes, les gens d’ici (le blog) n’en veulent pas, c’est que de la ségrégation.

    Donc comment veux tu que les choses s’arrange quand les gens ne pensent que les réprimandes ne peuvent valoir que pour les autres.

    Personnes n’est foutu de suivre les mêmes règles que son voisin et veux faire comme il veux, résultat : c’est le bordel.

  13. Legeographe

    URB, il y a bien des cas où l’aménagement cyclable est dans les faits une ségrégation (au sens technique, et non moral) jusqu’à ce qu’il y ait intersection. Quand il y a intersection au beau milieu d’un tel aménagement qui pourrait paraître innocent, eh bien, le cycliste n’a plus qu’à prier pour ne pas se faire voler la priorité ni se voir enlever la vie. D’un certain côté, il n’est pas normal que le cycliste trouve des cédez-le-passage à chaque fois qu’il rencontre une rue perpendiculaire à sa piste cyclable alors même que celle-ci est parallèle au grand boulevard. Et d’un autre côté, les automobilistes ne regardent même pas cette piste cyclable quand bien même il y a la priorité au vélo. Ceci fait partie de mes plus mauvais souvenirs de cycliste : il est malheureux de voir qu’une automobile peut faucher aussi facilement quelqu’un et combien on continue à la blanchir.

  14. Marc Bourgois

    Le même type lorsqu’il est piéton se comportera en piéton, cycliste se comportera en cycliste et conducteur en conducteur.

    Il n’y a pas plus d’amabilité en cyclistes qu’entre conducteurs : les Fangio des pistes te gueulent dessus quand tu tardes à leur céder « leur » passage, on te coupe la route pour virer sans crier gare, on roule de traviole, et on ne se salue pas.

    Les cyclistes quotidiens respectent en général mieux le code et roulent plus zen, évidemment, ils ne sentent pas obligés de bouffer des kilomètres en un seul jour pour conserver un bide potable…

    Au printemps, je me méfie des cyclistes hyper lookés sur des vélos pétant neufs, qui croient te snober surtout dans les descentes. Après, tu te marres dans les côtes à les laisser sur place sans t’échauffer , pendant qu’il crachent leurs poumons en tentant vainement de tenir la cadence. Alors, tu fais semblant de les laisser revenir, puis tu mets un p’tit turbo et tu les largues à nouveau…
    Et lorsqu’ils pleut, ils rentrent dans leurs garages…
    Mais le plus injuste, ce sont ceux qui on des jambes interminables qui leur donnent des leviers hyper-puissants…

    On ne s’ennuie pas à vélo, quoiqu’un jour, trèès fatigué, je me endormi en roulant; je roulais bien droit, et soudain, j’étais dans des graviers…ça a duré une ou deux secondes et je ne suis pas tombé.
    Grandiose souvenir…

  15. Moa

    Carfree ; »Tu te crois drôle urb? perso, ton sens de l’humour laisse à désirer… ce n’est même pas du second degré, c’est tout simplement… nul »

    dingue ça! Ça exprime exactement ce que je pensais, ayant lu depuis quelques jours du commentaire soit-disant marrant-smiley à 2 balles de urb.

    Toujours la même méthode pour décrédibiliser les arguments des autres : une pseudo logique orientée mauvaise foi avec smiley a la fin du style « z’avez vu comme je raisonne bien, et puis comme je suis cool! hein 🙂  »

    C’est rigolo… Sauf son faux humour.

    Allez moi aussi je viens d’écrire un commentaire qui sert à rien. Flute.

Les commentaires sont clos.