Un été d’apocalypse et les rigolos de service

L’été 2010 marque un tournant dans la conscience mondiale du réchauffement climatique et de ses effets dramatiques avec toutes les catastrophes qui s’enchaînent: marée noire, incendies cataclysmiques et inondations gigantesques.

Un effet inattendu du réchauffement climatique, ce sont ces déluges en europe centrale, au pakistan, en inde et en chine. L’explication est pourtant simple: le réchauffement accroit l’évaporation de l’eau des mers et des océans et sa quantité dans l’atmosphère sous forme de vapeur. Ajoutez à cela que la vapeur d’eau est, elle-même, un gaz à effet de serre et vous comprendrez l’emballement du phénomène que les scientifiques constatent avec l’accélération de la débacle de la banquise.

Pendant ce temps là, dans l’excellente émission C’DansL’Air sur la Cinq, les rigolos de service, je veux parler de ces hypocrites qui contestent le réchauffement climatique ou l’insécurité routière pour se faire valoir ou pour entretenir leur portefeuille de clientèle, se complaisent dans leur attitude de dénie:

Laurent Cabrol nous sert son couplet habituel: « Mais mon brave Monsieur, en 1850, on récoltait des fraises à Strasbourg et le Groenland a été ainsi nommé parce qu’il était couvert de forêts au XVème siècle ». Maître de Caumont préconise de dépénaliser la vitesse sur autoroute parce qu’à « 300 kilomètres/heure, on est moins sujet à l’assoupissement que dans le troupeau à 130km/h ».

Alors ! Messieurs Guerrier et Calvi, continuerez-vous à inviter ces irresponsables à vos débats après la rentrée ?

GC,
Programmeur du jeu vidéo www.CrypText.fr
Gestionnaire de www.LecoLomobiLe.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

28 commentaires sur “Un été d’apocalypse et les rigolos de service

  1. Joshuadu34joshuadu34

    pourquoi ne pas laisser tomber les limitations de vitesse ? Cons comme ils sont, ce ne sera qu’un très court moment à attendre, avant que tous ces crétins n’aillent s’encastrer joyeusement dans les piliers à 300 km/h…

    Bon, je plaisante, mais franchement, le coeur n’y est pas ! Continuer à entendre de pareilles aneries, devant les preuves évidentes d’un réel danger pour l’humanité devient pénible ! Et les justifications de ces andouilles sont, même si elles sont totalement déconnectées de la réalité, consternantes ! Comme le disait mon grand père, quand ça ressemble à de la merde, que ça a l’odeur de la merde, la consistance de la merde et le goût de la merde, il y a quand même de fortes chances que ce soit de la merde !

    Mais voilà, comme pour l’économie, l’écologie n’est, pour eux, qu’un pretexte ! Ça ne les dérange pas de voir 80 % de la population mondiale dans la misère, ça ne les dérange pas que des centaines de millions d’enfants crèvent de faim, ça ne les dérange pas que plus d’un milliard d’humain soient dans une situation de malnutrition, alors penser si ça va les gêner que les mêmes que ceux qu’ils laissent mourir de faim crèvent, dès demain, des conséquences des saloperies qu’ils auront fait subir au monde…

  2. Yôm

    D’accord avec le constat quant à l’origine du « réchauffement climatique et de ses effets dramatiques » et j’ajouterai que vu leurs responsabilités (que leur confère le pouvoir de s’adresser à des milliers de personnes et de leur délivrer intentionnellement un message précis), Laurent Cabrol et Maître de Caumont(cul) sont deux gros connards.
    Par contre je doute fort que « L’été 2010 marque un tournant dans la conscience mondiale ».
    Je me souviens d’un fameux été 2007, révélateur de l’isolement dans lequel se trouvaient de nombreux vieux, en dehors de tout réseau de solidarité.
    Sûr que quelques larmes ont été versées à l’heure du JT.
    Mais je vois presque chaque jour de chaque été et spécialement le week-end de quelle façon sont bennés les vieux aux urgences (hôpital).
    Qu’une famille dont les membres en âge travaillent et puissent avoir du mal à gérer un parent âgé et très dépendant en plus des enfants et désirent ainsi le « placer » en maison de retraite je peux le comprendre.
    Mais passer par les urgences avec un motif médical bidon afin de se débarrasser du vieux ou de la vieille pour partir en week-end peinard, c’est antisocial.
    Ça pénalise les personnes dont l’état nécessite une prise en charge rapide et le vieux en question a un peu l’impression d’être un boulet…
    comment peut-il avoir envie de continuer quoi que ce soit ainsi, sans pouvoir même anticiper?
    Ce n’est pas le lieu pour entrer dans les détails.
    Je sais que les « prises de conscience mondiale », c’est du bidon.
    Ce qui peut changer un humain doit se dérouler sous ses yeux, toucher une personne qu’il aime si ce n’est lui-même.
    La télévision est le meilleur instrument de mise à distance.
    Tout est spectacle, tout est ailleurs, loin, on s’en fout.
    Seule la peur prend.
    Et tout ce qui peut garder à distance dans la vie réelle comme à la TV se vend.
    Tant que fonctionneront les TV, que protègeront les autos, qu’isoleront les écouteurs ou que focaliseront les écrans, le monde des vivants pourra s’écrouler tout autour.
    Nous avons à imaginer toutes formes d’invitations à l’expérience, à l’échange, au partage, au détournement du non-réel.
    Il suffit peut-être d’exister, de vivre son expérience singulière dans la joie et ostensiblement afin de propager, de délivrer l’initiative et de briser la norme…

  3. Joshuadu34joshuadu34

    yôm, tu veux sans doute parler de la canicule de 2003 ? héhéhé… En ce qui concerne ce que tu cite, chaques vacances sont, en milieu hospitalier (dans lequel j’ai bossé quelques années, quand même), accompagnées d’une forte croissance épidémique d’ « aggravation de l’état général » chez nos vieux… et d’hospitalisations vacancières (enfin, quand même, le reste du temps, eux restent en milieu famillial, où chez eux, ce qui est, la plupart du temps, bien mieux que le sort qui leur est reservé dans les mouroirs pompeusement appelés « maison de retraite »…). J’en avais parlé, il y a quelques années, sur le site nordenstar (site qui, grâce à la présence de certains d’entre vous, m’a conduit ici)…

    Là aussi, nous avons l’image parfaite de cette société hallucinante d’inhumanité, et la confirmation que l’écologie, comme l’humanisme, ne peuvent être compatibles avec la société qu’on nous maintien… Bon, encore là, je renvois à des lectures, à Paccalet où à Kempf, quand à la nécessité d’intégrer l’ensemble de la société dans le nécessaire changement qui ne peut pas n’être que écologique, mais qui doit aussi être économique…

    Sinon, pour revenir au sujet de l’article, on pourra rajouter, à la canicule Russe, mettant en évidence les « prédictions » écolos, les pluies asiatiques, mais aussi ce qui se passe en Amérique du Sud, dans un silence général médiatique, Amérique qui, après un été aussi pluvieux que celui d’Asie (certains ont, semble-t’il, déjà oublié les glissements de terrain argentins où brésiliens), connait, depuis quelques jours, un épisode de froid tel qu’ils n’en avaient jamais vu (-21° au Pérou, 18 morts, le week end dernier, en Bolivie, des centaines de morts en une semaine, de froid, sur l’ensemble du continent)… Mais chut ! Si ça se savait, ça pourrait effrayer le quidam et lui faire prendre conscience de la connerie des discours des guignols payés par les multinationales…

    Tiens, au passage, ces guignols en question s’appuient sur certains scientifiques qui ont exprimé un doute sur le réchauffement et sur ses causes… sauf qu’ils oublient de préciser que ces doutes datent d’il y a 20 ans (1992, en fait) et que depuis, une bonne partie de ceux qui avaient signé la lettre que nos éconologisto-sceptiques citent constamment, ont, en fait, changé d’avis et sont maintenant eux aussi, devant les faits, et suite à 20 ans d’études scientifiques, persuadés que nous courons à la catastrophe… mais sans doute n’est-ce qu’un détail ?

  4. Yôm

    Bien évidemment tu as raison Joshua, c’était en 2003, durant ma dernière année d’école d’infirmier; 2007 est une autre année importante dans ma vie, celle où je me débarrassais de ma voiture.
    J’étais en stage en pneumo-onco, un service pas très grand où pourtant le taux de mortalité s’accélérait (près d’un mort par jour sur une quarantaine de lits) avec la montée du thermomètre.
    Et oui ce fameux et bâtard diagnostique: AEG.
    C’est l’état général de la société qui s’aggrave…
    Puisque nous sommes dans le sujet et du même métier, je te pose la question: connais-tu un site ou un organisme qui fédère la lutte contre le démantèlement du service public hospitalier?
    Je travaille au sein d’un service d’urgences (UPATOU) d’un petit hôpital où les conditions de travail sont à mon avis encore tout à fait correctes (excepté la nuit bien sûr, où je suis seul et croise les doigts pour ne pas avoir à réanimer dans ces conditions…).
    L’importante activité (15000 nouveaux cas et autant de CPU à l’année, sur une ville de 12000 hab et environs) « justifie le maintient du service » (en termes de rentabilité pour ces traitres d’administratifs) alors qu’a fermé la chirurgie et que la médecine mute en long séjour (EHPAD pour les techniciens (gros cons au passages)).
    Ainsi lorsque j’aborde (chaque jour que je bosse) le dilème qu’engendre l’entrée de la notion de « rentabilité » au coeur du système de santé, je ne rencontre aucun écho auprès de mes collègues… « jusqu’ici tout va bien ».
    Bref, l’ambiance n’est pas à la lutte, le constat n’étant ni ressenti ni encore moins établi,
    tandis que celles et ceux qui s’épuisent en maison de retraite et autres n’ont plus l’esprit ni la force disponibles.
    Autant il est facile de s’opposer seul à l’automobile (l’abandonner est presque déjà une fin en soi), autant seule l’action collective et solidaire peut ranimer le service public.
    Le problème ne doit pas t’être étranger…
    Enfin voilà, c’était au passage…
    A croire qu’ « on » ne réagit que lorsqu’on a pieds, mains et nez dans la merde, encore faut-il avoir la capacité d’analyse de ton grand père?

  5. Joshuadu34joshuadu34

    à te lire, on pourrait même se croire voisins, Yôm…

    En fait, pour ce qui est de la lutte (mince, j’ai oublié les guillemets), mis à part les collectifs qui sont noyautés par les syndicats (les moins pire, parmis ceux que j’ai vu, sont sans doute la CNT, quand elle est présente, et FO, m’enfin, pas partout…) et surtout sectorisés, ce qui permet de faire dans la lutte canada dry… Les plus actifs sont les autonomes qui mettent en place une lutte ciblée et centrée sur un établissement. Alors que les dégats sont partout les mêmes, alors que les soins sont laissés à l’abandon (comme tu le dis toi même, comment réagir quand on est seul ??? J’ai eu le problème deux fois en deux ans, deux arrêts respiratoires en EHPAD, et seul, bien entendu… heureusement pour les résidents de l’établissement privé où j’étais, j’avais remplacé sur le pouce l’ASH qui, habituellement, faisait les nuits mais qu’on a « fait démissioner »…), alors que le besoin d’une lutte commune est plus que d’actualité, les syndicats ont la bénédiction gouvernementale pour monter des collectifs de site…

    Au passage, à ceux qui voudraient me donner des « cours de syndicalisme », c’est pas la peine, j’ai quand même un passé de lutte assez costaud, pendant lequel, malgré l’étiquette que je m’étais mis pour la protection juridique, je suis passé pour un malade… mais aussi pendant lequel j’ai eu quelques responsabilités données par la base, au grand dam des « élites » pour qui, avant de me connaitre, l’anarcho-syndicalisme était l’apanage de doux rêveurs… Remarquez, j’ai cru pouvoir changer les choses aussi, à cette époque, par ma conviction… Comme quoi, je reconnai ne pas être parfait et être capable de me planter aussi… même si j’ai un peu plus de bouteille maintenant…

    Bref, tout ça pour dire que la lutte ponctuelle, tu trouveras, mais une lutte plus généraliste, englobant, comme pourtant, c’est nécessaire, l’ensemble de la société, idée que tu semble partager avec moi, ça va être coton !

    Pour ma part, et bien j’ai une jolie image de grande gueule, se servant de leur système pour leur rentrer dedans, même si ça pose quand même des problèmes quand tu te tape la secrétaire régionale du MEDEF… Heureusement, finalement, que je n’entre que peux dans le jeu systémal, et que le bonheur ne passe pas, pour moi, par le matérialisme !!! Mais bon sang, comme on peux se sentir seuls, des fois, quand on se met à bouger, pas pour réclamer des extras, mais juste le peu d’humanisme (d’humanitude, pour reprendre Gineste) quand juste avant, tous étaient d’accord pour dire que c’est indispensable… Question d’équilibre psychologique, je suis incapable de la fermer, quelles qu’en soient les conséquences…

  6. Joshuadu34joshuadu34

    @ Caroline : c’est bien là qu’est le problème ! ne pas y voir de rapport, ne pas voir le rapport entre l’exploitation pétrolière, ses catastrophes écologiques et la raison de cette exploitation (pour info, le pétrole, c’est dans le reservoir de la voiture, entre autres, que tu le trouveras) : la pollution majoritairement due à l’automobile dans le cas du CO2 (l’automobile tiens la corde avec 24 % de la pollution en CO2 à elle seule, devant l’énergie à 22 %)…

    De plus, entre nous, le réchauffement climatique n’est, en fait, qu’un des aspects de la destruction opérée par l’homme ! Destruction bio-climatique devrions nous dire… Bio parce que, sur à peine 40 000 espèces animales « évoluées » (hors insectes), plus de 17 000 sont en voie d’extinction par la faute directe de l’homme (et les marées noires, dues uniquement à l’homme sont quand même responsables aussi de ça), parce que d’ici 2030, 35 % des espèces vivantes (animales et végétales) auront disparu, ce qui correspond quand même à la deuxième plus grande extinction de l’histoire de notre terre, sauf que, là, une de ces espèce, l’homme en l’occurence, en est responsable ! Bio, toujours, parce que l’écosystème est le plus formidable puit à carbone, c’est à dire la meilleure façon, à condition, bien entendu de ne pas dépasser ses capacités, de recycler le CO2 et que non seulement nous dépassons les capacités de retraitement de l’écosystème, mais, en plus, nous le détruisons, réduisant encore plus ce qui nous permet d’avoir des conditions de vie déscentes…

    Au passage, un des composant de cet écosystème capable de retraité le CO2, avant même les forêts, c’est… la mer ! Tu comprendras donc que les marées noires ont des conséquences directes sur la capacité d’absorption du CO2 par la mer… et donc des conséquences directes sur le réchauffement !

    Bio, aussi, parce que la destruction de cette nature a des effets directs sur la rétention des pluies en cas d’inondation, entre autre, et parce que cette destruction de la biodiversité joue sur l’ensemble de la nature, y compris sur ce qui est indispensable à l’homme : la nourriture (tout comme le réchauffement climatique, d’ailleurs), par ces terres agraires tellement surexploitées qu’elles en deviennent stériles, par les mers que l’on vide, etc…

    Pour prendre un exemple des conséquences de tout ça sur ta vie, on va prendre le bain de mer de tes vacances… Argh ! Il y a plein de méduses !!! Ben oui, et il y a trois raisons à ça :
    – le réchauffement de la température des mers
    – le dépeuplement des eaux cotières par la pêche intensive, donc plus de prédateurs
    – le déversement en mer des rivières polluées au nitrate, qui favorise les espèces appréciées par les méduses

    Ce n’est qu’un exemple, mais il montre parfaitement les conséquences de nos actes !

    Bio, enfin, parce que l’élément le plus indispensable à la vie, c’est l’eau ! Et quand on sait que 70 % des ressources en eau potable de la terre sont polluées durablement… On retraitera l’eau de mer, nous dira notre bon Claude Allègre (qui a dit guignol ?), sauf que, bein tu vois, l’eau de mer, elle est pleine de pétrole, alors… L’homme ne la respecte pas plus qu’il respecte le reste de la nature…

    Voilà, j’espère avoir répondu à ta question (bon, j’ai un peu approfondit, si tu veux, on peut aller encore plus loin…)

  7. Yôm

    Effectivement Joshua, on pourrait être voisin…
    « je suis [aussi] incapable de la fermer »
    A tel point que je lorsque je l’ouvre à n’importe quel sujet (qui appartient à un sous ensemble de la « lutte de classe »), je repère parfaitement à quel moment précis où la collègue décroche… regard de biais au bout d’1mn30 en moyenne et une dizaine de mn pour les plus sensibles.
    La représentante FO, elle fait ça pour sa peau et pour sucer la moule de sa chienne de chef de service.
    C’est vulgaire mais elles en font une bonne paire.
    En gros elles se démènent pour que notre équipe (par ailleurs sachant généreusement bien bosser) soit à leur botte.
    Enfin bref, pas la peine de rentrer dans les détails.
    Juste de quoi me rendre compte que face à des médecins, on a beau avoir raison, l’administration te fera comprendre à coups d’avertissements ton erreur (imaginaire)… et la cadre sup’ qui se débine comme une fouine.
    Je crains seulement que les conditions necessaires à la lutte pour le bien public soient celles qui fussent à la fin de la deuxième guerre mondiale où nos ancêtres firent connaissance avec le Conseil National de la Résistance.
    De toute façon, tant que je vivrai, je l’ouvrirai, à tous sujets.
    Je crois aussi que je vais prendre contact avec une représentante de SUD santé dans la vallée d’à côté.
    Ils me semblent plus émancipés les solidaires.
    A plus Joshua!

    @Caroline:
    Nan mais laisse tomber, le rapport il est sexuel et seulement entre Cabrol et Maître Caumont(cul).

  8. MinouMinou

    « De plus, entre nous, le réchauffement climatique n’est, en fait, qu’un des aspects de la destruction opérée par l’homme ! »

    En effet Joshua ! Eh Caroline, si ça te fatigue d’ouvrir des livres ou tes yeux sur le monde en train de crever, voilà quelques documentaires qui ne fatigueront pas trop tes neurones, et qui sont susceptibles de te faire entrevoir la possibilité qu’il y a quelque relation entre réchauffement climatique et marée noire, tout simplement parce que leurs réalisateurs ont une pensée globale et pas étriquée. Voilà :

    – Darwin’s Nightmare
    – Petropolis: Aerial Perspectives on the Alberta Tar Sands
    – Manufactured Landscapes
    – Déchets : le cauchemar du nucléaire

    Tous sont disponibles sur emule avec sous-titres. De toutes façons les images sont assez claires. Faudrait penser à ouvrir des livres, et à ouvrir ses yeux aussi.

  9. Yôm

    Et j’ajouterais au commentaire de Joshua:
    Si l’homme (et la femme donc toi comprise) se respectait un peu plus, il délaisserait la voiture au profit de la marche, du velo… bénéfiques à sa santé!

  10. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    @Caroline: il y a un rapport entre réchauffement climatique et marée noire: les 2 sont l’effet de la civilisation barbarie automobile.

    @carfree: j’aurais du écrire « rigolots » au lieu de rigolos. Peux-tu corriger? je vais changer ça sur mon blog.

  11. Alain

    Des rigolos, y’en a même en local.
    Dans la presse locale aujourd’hui, le président de l’association Lig’air annonce pour une station de mesure des polluants proche de l’A10 (à Tours) un taux 2010 de 40 microgrammes pour le dioxide d’azote. Pour lui, ça s’améliore, et pour lui, on peut voir le signe que les constructeurs automobiles font des efforts qui portent….

    Sauf que moi, qui est sorti ma calculette et fait une moyenne sur les taux des mensuels des 7 premiers mois de 2010, j’ai trouvé 44. Au dessus des normes sanitaires.

    Qui est le rigolo? Qui calcule mal? Qui est le menteur? Qui est le pollué? Qui mène l’humanité à sa perte?

  12. florentb

    Bonjour,
    Je suis, à quelques nuances près, d’accord avec votre opinion sur le réchauffement climatique. Néanmoins, celui-ci est du, selon mon intime conviction, à la conjugaison de 3 phénomènes qu’il ne m’est pas possible de détailler ici. Cependant, toute personne qui voudrait nous faire réduire en france, l’usage de l’automobile ou qui souhaiterait qu’elle soit réservée aux nantis me parait suspecte, surtout s’il elle ne prend pas en compte l’augmentation des véhicules en circulation dans les autres pays du globe (c’est-à-dire tous). D’autre part, vouloir retirer les mauvaises herbes sans enlever les racines est une inespsie. Je m’explique, il est plus facile de culpabiliser les gens sur leur voiture, leur consommation d’eau ou leur emballages que de lutter (ou même seulement informer) sur la véritable pollution (24h/24 en tonnes) que représentent les antiques raffineries situées sur notre sol. Là, il n’y a plus personne (à part moi). A bon entendeur, salut.

  13. MinouMinou

    Florent, ici nous sommes contre toutes les formes de pollution, tu le constateras en regardant d’autres articles de Carfree. Si nous sommes autant « focalisés » sur la bagnole, c’est, je crois, parce que la domination du capitalisme repose sur la circulation des marchandises ET (par conséquent aussi) des hommes. La croissance économique est due, entre autre, il me semble, au fait que machin va au boulot en 10 minutes plutôt qu’en 30. Si le capitalisme n’a pas attendu la bagnole pour prendre son essor, il est évident qu’il reposait sur des engins techniques plus rapides que la force de la main. Ces engins transportaient et produisaient plus vite les marchandises. Dans les années 1920, la moissoneuse-lieuse faisait parait-il le travail de 12 hommes en une journée. Du point de vue utilitariste et du point de vue du « progrès social », c’est grandiôôôôse ! Mais les conséquences de la pollution de ces engins ? Mais les conséquences d’un tel déracinement de l’homme, qui met entre la terre et lui un engin aussi impoétique ? Les conséquences sur la poésie du monde, de toutes ces machines ? Aujourd’hui, nous ne vivons presque plus que des conditions purement techniques. Et c’est la rapidité des transports, entre autre, qui rend ces conditions aussi écrasantes. Ici, je pense que nous ne considérons pas (qu’on me dise si je me trompe) la bagnole comme étant pire ou « moins pire » que l’énergie nucléaire, par exemple. Nous la considérons comme étant simplement représentative de l’état de notre « civilisation » fatiguée de marcher, de notre volonté malade, de notre faiblesse et de notre obsession pour tout ce qui n’est qu’utile.

  14. dap

    Bonjour
    Vu qu’il n’y a pas de détracteur, je m’y colle.
    Sérieusement, avant de critiquer quelqu’un, il faut un minimum lire ce qu’il dit. Laurent Cabrol ne dit pas qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, il dit que le réchauffement climatique n’est pas forcement lié à l’homme.
    Personnellement, j’y crois pas plus que ça à ce réchauffement. Je parlerais plutôt de dérèglement. Il suffit de regarder l’hiver particulièrement rigoureux en Amérique du sud par exemple (et cet hiver chez nous).
    Par contre, je le trouve bien pour le fait que ça nous sensibilise au fait qu’il faille faire attention, économiser nos ressources, ne pas polluer, etc… mais j’ai peur qu’il soit plus utilisé pour nous faire avaler la taxe carbone qui n’était pas une mauvaise idée en soit qu’elle est gérée à la manière capitaliste (en bourse).
    Question, sur quoi vous basez-vous pour parler de débâcle de la banquise ?

  15. florentb

    Re-bonjour,
    je vous avais écris un long texte mais ayant malheureusement oublié la question chiffrée, tout est parti. Je n’ai pas le temps maintenant, surtout pas de lire des théories économiques. Je suis arrivé ici par Le Post et je ne sais pas où j’ai mis les pieds. Vous pouvez lire ma page perso sur Le Post, sinon, en dehors de toute idée politique, notez que l’enrichissement et le besoin de se déplacer font partie de la nature humaine, et qu’il me semble que les seuls qui soient un tant soi peu raisonnables économiquement sont les personnes qui partagent les idées de croissance zéro ou faible, d’Yves Cochet. Bonne journée.

  16. MinouMinou

    « Question, sur quoi vous basez-vous pour parler de débâcle de la banquise ? »

    Réponse : sur quoi te bases-tu pour parler de non-débâcle ?
    Le principe de précaution, ça te parle ou tu n’en as rien à foutre ?

    « Personnellement, j’y crois pas plus que ça à ce réchauffement. »

    Mais on s’en fout de ta vie, de ta croyance. Moi-je moi-je moi-je.

    « Il suffit de regarder l’hiver particulièrement rigoureux en Amérique du sud par exemple (et cet hiver chez nous). »

    Facile de confondre météo locale avec température globale. Trop facile. Trop lâche. Trop faible. Trop ridicule. Trop pitoyable. Trop négationniste…

    Et quand bien même le réchauffement climatique ne serait pas prouvé actuellement (or il l’est), et venait à l’être dans 10 ans, ça t’aura servi à quoi de douter ? C’est pas mieux, dans le doute justement, d’appliquer le principe de précaution ?

    Ce que cache ton doute, nous le voyons à 10 kilomètres : ton désir de ne rien remettre en cause, de ne pas changer ses habitude, de ne rien changer. C’est lâche, c’est laid, c’est puant.

    Encore une fois, le réchauffement n’est qu’un des aspects du ravage écologique, qui s’entremêlent l’un l’autre. Tu veux une liste ?

  17. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Merci a DAP, FlorentB et Alain et les autres pour vos réactions. Et bienvenue à LaurentB qui découvre Carfree via LePost

    Mon opinion sur Laurent Chabrol est un peu épidermique. Je jugeais plus son ton d’intervention qui se pose comme « dédramatiseur » de l’opinion scientifique que le fond de sa pensée. Pour celui de vous qui me demande ce qui me permet de parler de débâcle, j’évoquerais juste ce « glaçon » d’une taille de 2 villes de Paris qui vient de se détacher au Nord du Groenland: toute la presse en parle!

  18. dap

    Juste pour répondre à Minou (en restant poli et respectueux de l’autre, c’est possible):
    D’une part, tu n’as pas du bien lire mon intervention sinon, tu aurais compris que je trouve que le prétexte de réchauffement, qu’il soit réel ou pas, permet de prendre conscience des limites de notre planète
    D’autre part, je n’ai pas eu de réponse à ma question sur la banquise, je propose donc le lien suivant :
    http://www.lepost.fr/article/2009/01/27/1401476_la-surface-de-glace-en-arctique-a-fortement-augmente-en-2008.html

    PS : Les je crois et il me semble sont légions dans tes commentaires alors on va dire que pour mon histoire de moi-je c’est l’hôpital qui se fou.. mais je ne rentre pas plus dans ces commentaires sur les commentaires hors sujet.
    Merci à Léconologie pour son accueil.

  19. Joshuadu34joshuadu34

    même l’expression de ce doute, finalement, cache une autre réalité, un déni d’ensemble, le refus contradictoire de remettre en cause un système, une société qui marche sur la tête ! Car, même si on admettait la non existance d’un réchauffement climatique (ce qui, entre nous, est déjà parti prenante du déni, puisque si vous prenez les conclusions des scientifiques qui sonnent l’alarme depuis plus de trente ans, Cochet inclus, vous verriez que, dans leurs « prédictions », la rigueur hivernale découle tout naturellement du réchauffement, tout comme les inondations… Vous confondez tout simplement température et climat, mais ça, c’est déjà une habitude parmis ceux qui cherchent à décrédibiliser les conclusions scientifiques qui remettent en cause leur confort bourgeois ! Sans compter que ceux qui prennent ces positions, et je l’ai déjà signalé, s’appuie en fait sur une lettre de scientifiques vieille de vingt ans sur laquelle la plupart des signataire sont déjà revenus…), même, donc, si on ne prend pas en compte le réchauffement climatique, pouvez-vous, honnêtement, prétendre qu’il n’existe pas de problème écologique ? Où de problème économique ? Pouvez vous prétendre que le fait que 70 % des ressources en eau potable soient durablement contaminées ne soit pas un problème ? Pouvez vous prétendre que l’intensification de l’exploitation agricole, cause du ruisselement des pluies, avec le bétonnage, ne favorise pas, lors des fortes pluies, les inondations ? Pouvez vous prétendre que les rejets « accidentels » des centrales provoquant des cancers n’est pas un problème ? Pouvez vous prétendre que les produits Monsanto largement déversés pendant des dizaines d’années malgré la connaissance de leur toxicité et ayant provoqué des milliers de maladies (centaines de milliers, en fait) ne soit pas un problème ? Pouvez vous prétendre que l’amiante qu’on a continué à floquer dans nos maisons après 1950, alors qu’on savait que cette substance était cancérigène ne soit pas un problème ?

    Et mieux, le fait de savoir que votre niveau de vie (le notre, en fait) n’est permis, dans notre société, que parce que 80 % de la population mondiale s’en voit refuser l’accès ne vous pose pas de cas de conscience ?

    Si le fait de savoir que notre activité quotidienne provoque, directement dans les cas que j’ai cité et incontestablement, la mort et la misère en s’en foutant royalement fait de nous un être humain, alors je préfère, comme Guitry, me reconnaitre dans la race canine !

  20. Joshuadu34joshuadu34

    @ DAP, et dès 2009, comme en 2007 et les années précédentes, le phénomène a été totalement inversé, la fonte atteignant même un reccord (voir : http://www.eitb.com/infos/environnement-et-science/detail/210964/fonte-banquise-arctique–vers-nouveau-record/ )… sans compter les affirmations de l’institut Paul-Emile Victor sur ce phénomène, mais c’est sans doute un détail ( http://www.institut-polaire.fr/ipev/actualites/tout_public/des_nouvelles_du_terrain/damocles_confirme_les_craintes_concernant_la_fonte_de_la_banquise_arctique ) ?

    Pour 2010, on ne comptera pas ce genre d’info ( http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/08/08/01029-20100808ARTFIG00114-groenland-un-bloc-de-glace-geant-se-detache-d-un-glacier.php )

    Contester n’est pas un défaut, mais le faire exige quand même un peu plus que des informations partielles d’un média populiste tel Le Post… Surtout quand les faits contredisant ce que ce média peut dire se trouvent sur des sites bien plus scientifiques…

  21. CarFree

    La bio de laurent cabrol sur wikipédia parle d’elle-même 😉
    « En 1969, il sort diplômé de l’Institut de droit rural et d’économie agricole et en 1971, il est embauché à AGRI 7, journal agricole national, avant ses premiers pas en 1975 dans les pages agriculture puis « Faits divers » du quotidien Le Figaro.

    Il est révélé au grand public en 1987 pour avoir remplacé Brigitte Simonetta à la présentation de la météo sur Antenne 2 jusqu’en 1992. Il travaille ensuite pour RMC et Europe 1.

    Il rédige également les pages nature et animaux de l’hebdomadaire France Dimanche.

    Passionné d’aviation – il pilote -, il fréquente assidûment l’Aéroclub de Castres-Mazamet.(…)

    Son penchant pour l’animation l’incite à postuler pour des émissions populaires et grand public. Pendant 2 ans, Les Marches de la gloire et La Nuit des héros battent des records d’audience. Ce type d’émissions ne lui apportera pourtant pas que des réactions positives : on le fait chantre de la « télé poubelle », en réalité, il participe avec Jacques Pradel aux premiers pas de la télé réalité… En 1994, il remplace Bernard Montiel à la présentation d’Une famille en or jusqu’en 1997.

    En 1994, il prend la suite de Téléshopping de Pierre Bellemare, créateur de l’émission. Pendant 14 ans, chaque matin, du lundi au samedi sur TF1, il vend des centaines d’objets du quotidien, du barrage aux insectes à la cocotte à enfourner. »

    Un vrai parcours de spécialiste en climatologie!

  22. Joshuadu34joshuadu34

    Je le redis, je n’ai rien contre la contestation, quelle qu’elle soit, dès l’instant que celle-ci s’appuie sur quelque chose d’etayé, de construit et de solide ! Nous n’avons pas le savoir absolu et l’erreur, même scientifique, existe… Toutefois, dans le cas des climato-sceptiques, non seulement tout prouve l’erreur de leur position, mais leur argumentation repose sur une fumisterie hallucinante de mauvaise foi !

    Ainsi, deux points peuvent être retenus dans leur argumentaire…

    Le premier consiste à dire qu’une minorité de scientifiques considère que le réchauffement climatique n’existe pas, et ils comparent allègrement cette minorité à Galilée, prétendant que puisqu’ils sont minoritaires, ils ont forcément raison… mais, ce faisant, ils oublient juste que les choses changent et que, aujourd’hui, il existe encore une minorité de scientifiques qui sont persuadés que la terre est plate… Ainsi, si on prend en compte l’argumentaire de nos sceptiques, on pourra en déduire que, puisqu’ils sont minoritaires, ils ont raison et la terre se serait subitement dégonflée, telle un soufflet mal préparé… Au passage, nos idées sur l’écologie et l’économie sont, majoritairement, au mieux ignorées, au pire raillées… nous pourrions donc facilement leur retourner leurs propres arguments…

    Autre point démontable, surtout maintenant que la canicule Russe prouve nos dires, ils expriment l’idée que si vraiment réchauffement climatique il y a, il sera, pour certains, soi-disant bénéfique. Et ils reprennent (ou plutôt ils reprenaient) l’argument fallacieux exprimant le « bienfait » pour l’agriculture Russe d’un réchauffement climatique. Sauf que la canicule a déjà détruit, en Russie, un quart de la production de céréales, l’exemple démontant, encore une fois, l’argumentaire et prouvant le danger réel que représente le changement climatique qui s’installe indéniablement, ainsi, au passage, que l’utilisation inhumaine qui est faite par les marchés boursiers de cette crise, puisqu’ils se servent d’une situation qui sera forcément catastrophique humainement et pas que parce que le prix de notre baguette montera, mais aussi et surtout parce que la spéculation faite contre le blé va éloigner ceux qui, déjà, ne survivent que très difficilement, de toute possibilité de subvenir à un besoin aussi essentiel que celui de la nourriture, ce qui, au passage, ne manquera pas de renforcer l’insécurité dont nos climato-sceptiques sont si friands !

  23. MinouMinou

    Sur les « bienfaits » du réchauffement (dans la mesure où il est dû à la pollution), on pourrait les prendre à leur propre jeu, ces fous. Il faudrait donc polluer encore plus, en fait le terme pollution n’est pas négatif, c’est le bien de l’humanité. Le mal c’est le bien, le mensonge c’est la vérité, la liberté c’est la servitude…etc.

    L’argument de ces « bienfaits » prouve encore que les sceptiques (un motard m’a interdit de dire « négatio…… » – dites-moi au passage ce que vous en pensez) sont prêts à dire toutes les conneries imaginables pour continuer de faire joujou.

    Encore une fois, confondre VOLONTAIREMENT météo locale et température globale (surtout quand cette météo locale est liée au réchauffement global), ça mérite des baffes, c’est puant de mauvaise foi. Comment peut-on se mentir à soi-même ainsi ? Comment ne pas comprendre que sur la terre, tous les éléments sont liés, donc toutes les causes à leurs effets ? Que Tchernobyl ne s’est pas arrêté à la frontière française ou tchèque ? Qu’une marée noire dans le delta du Niger ou en Louisiane n’est pas enfermée à l’intérieur d’une boîte ?

    Encore une fois, les cons qui disent « je vais pas retourner à l’âge de pierre pour sauver les ours polaires » se foutent le doigt dans l’oeil jusqu’au cul, parce que tout est lié. Vous ne mettrez pas les océans ou les déchets nucléaires dans une boîte magique que vous ferez disparaître. Pourquoi argumenter avec des gens incurables ? Suis-je masochiste ? Et il ne faudrait pas les qualifier de colla***? de néga********** ? Qui peut s’approprier la définition unique d’un mot ?
    La destruction de la vie étant un crime conscient et organisé, le scepticisme est bel et bien un négationnisme. Je ne me censurerai plus. **** !

  24. veloce

    La courbe de JAXA publié dans le Post est juste illisible. 8 années de mesures entassées les unes sur les autres. Je vois pas bien comment on peut la déchiffrer. A l’oeil impossible d’en tirer la moindre info. Du coup on peut lui faire dire se qu’on veut.
    Et puis qu’elle intérêt de conclure que la surface de banquise augmente sur 8 ans, sachant que, entre autre, les cycles du soleil on une période de 11 ans…

  25. Joshuadu34joshuadu34

    Surtout que la plupart des courbes disponibles ailleurs que sur le post (site hautement scientifique) telle celle que l’on trouve sur celui des simples potaches du NSIDC (National Snow and Ice Data Center qui, eux, ne sont pas des journalistes responsables rachetés par des magnas russes, mais de simples scientifiques étudiant sur site depuis seulement 1976) disent l’exact contraire… mais bon, qu’importe ce que peuvent dire les scientifiques, si on a la preuve, crayonnée sur un coin de table par Sa Grandeur Notre Laulau , et reprise, preuve de sérieux, par le post ! Et puis, pour ceux qui se poserait trop de question, hop, un coup de photoshop, en cliquant sur « mirroir », et la réalité souhaitable est rétablie ! Ça, plus le fait de taire la plupart des faits qui confirment le réchauffement climatique où, si on en parle, de simplifier à l’extrème les propos, les vidant de toute substance pour ne laisser qu’une enveloppe vide et, forcément, facilement critiquable, et voilà notre quidam bien heureux de continuer à polluer joyeusement, à consommer éperdument pour aller chercher le bonheur qu’il est incapable, l’ignare, de trouver sans Auchan, et à ignorer les conséquences de ses actes !

Les commentaires sont clos.