Votre cerveau se vide à vue d’oeil…

pub-alienation-endoctrinement-acceptation

Il y a dans le langage publicitaire bien plus que le sens explicite qu’il nous donne à entendre[1]. Décapé le vernis de la spécieuse liberté d’expression, la pub nous laisse à voir l’imposition implacable d’un monde dont elle définit les codes et les règles du jeu.

Trop rarement, on se questionne sur les effets que le sens implicite de ces messages peut avoir sur nos conceptions du monde et l’acceptation de l’ordre établi. Sachant que dès la naissance l’enfant est surexposé à ses productions qui lui imposent un monde pré-construit avant qu’il ait pu se construire son monde et juger par esprit critique. Ce faisant, il fera ultérieurement sien ce qui n’est que concepts clandestins. Il voudra une moto plutôt que sa bécane « ringarde », puis une voiture… tout est à l’avenant !

Et cette nécessité créée répondra à un contexte social ad hoc, à savoir que tous autour de lui voudront aussi une voiture, ce qui perpétuera l’émulation. De sorte que le sujet sera imprégné par un manque constant, car l’objet n’aura pu combler un désir en lui-même insatiable, et que l’autre aura toujours mieux que lui. Cette comparaison fondée sur de l’endoctrinement aura donc atteint le dessein des industriels, financiers et autres magnats de la pub : pourvoir à leur enrichissement. En contrepartie, elle aura privé l’homme de sa capacité de penser qui, dans le cas qui nous occupe, ne pourra plus percevoir les avantages et le progrès que constituait son mode de déplacement « précédent »:

« Il nous arrive de désirer telle chose, non parce qu’elle est intrinsèquement précieuse ou utile, mais parce que, inconsciemment, nous y voyons un symbole d’autre chose dont nous n’osons pas nous avouer que nous le désirons. Un homme qui achète une voiture se dit probablement qu’il en a besoin pour se déplacer, alors qu’au fond de lui il préférerait peut-être ne pas s’encombrer de cet objet et sait qu’il vaut mieux marcher pour rester en bonne santé. Son envie tient vraisemblablement au fait que la voiture est aussi un symbole du statut social, une preuve de la réussite en affaires, une façon de complaire à sa femme [2] ».

… « les enfants du Pakistan n’ont pas besoin d’une bonne pub« … les autres non plus![3]

A.P

Source: www.espritcritique.be


[1] Ce qui est repris comme niveau digital dans les études sur la communication, par opposition au niveau analogique qui se rapporte plus au sens « caché » du message.

[2] Bernays, E., Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Editions La Découverte, Paris, 2007, p.63. Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, est considéré comme le père des relations publiques. Un de ses succès retentissant sera d’avoir amené les femmes américaines à fumer. Il est aussi aux commandes de la propagande dont fut l’objet le peuple américain et qui conduisit très certainement à l’invasion étasunienne du Guatemala en 1954 et au renversement de Jacobo Arbenz (1913-1971), président démocratiquement élu en 1951. Bernays travaillait alors – dans une vaste campagne de désinformation et de mensonge – au service de la United Fruit Company (Chiquita) s’opposant à la réforme agraire d’Arbenz qui risquait de réduire drastiquement les bénéfices de la compagnie. Jacobo Arbenz dira plus tard : « notre seul délit a été de nous donner nos propres lois, notre crime a été de les appliquer à l’United Fruit », voir Hernando Calvo Ospina, « l’équipe de choc de la CIA », le Monde Diplomatique, janvier 2009.

[3] Voir avec intérêt Respire, résistante à l’agression publicitaire, Cacheurs de pub, Casseurs de pubs.

Halau

A propos de Halau

Contributeur de Carfree France

2 commentaires sur “Votre cerveau se vide à vue d’oeil…

Les commentaires sont clos.