Effondrement des ventes d’autos en France

effondrement-ventes-automobiles

L’automobile particulière, ce symbole de la société de consommation, n’est pas en bonne forme en ce moment en France et je m’en réjouis en dépit des conséquences de cette désaffection sur l’industrie nationale.

L’automobile particulière constitue le socle principal de la société de consommation, aussi, c’est toute l’économie industrielle qui vacille quand les ventes d’autos déclinent et je m’en réjouis.

La fin de la prime à la casse n’est pas la seule explication au déclin des ventes d’automobiles en France. Baisse de 1,4% depuis le début de l’année et de 18,7% au mois d’octobre. Il y a la descente en gamme des modèles qui fait que les voitures se traînent grâce au bonus/malus: les gens conduisent moins vite, s’endorment au volant et ne tirent plus aucun plaisir dans la conduite. Du coup, ils s’aperçoivent qu’ils peuvent très bien s’en passer pour des modes alternatifs comme la marche qui procure beaucoup de plaisir et de satisfaction pour les petits parcours et qui est bonne pour la santé. Il y a aussi le vieillissement de la génération auto. Les baby-boomers vieillissent et le geste de conduire est, pour eux, de plus en plus fatiguant, stressant et contrariant. La relève de la clientèle jeune n’est pas à la hauteur de celle de ses aînés. Beaucoup de jeunes sont trop pauvres pour se payer une voiture ou alors, ils achètent des véhicules lents qui contribuent au ralentissement du trafic et, plus le trafic est lent, plus attractifs deviennent les modes alternatifs. Il y a aussi la politique de tous les centre-ville de dissuader les déplacements en voiture qui joue en défaveur du commerce automobile.

Certains déplorent ce déclin car des usines, surtout dans la sous-traitance, vont faire faillite et le chômage va augmenter. Personnellement, comme je n’accorde aucune valeur morale au travail humain, le chômage m’indiffère. Je déteste cette idéologie glauque qui pue la manipulation et qui, d’un côté, encense la valeur travail, et de l’autre, concentre et automatise l’industrie pour augmenter la productivité des automatismes et des robots. Je suis favorable au productivisme à condition qu’il remplace le travail humain par celui des robots et des logiciels.

Au moins, les chômeurs, eux, ils ne prennent pas leur voiture pour effectuer les X kilomètres quotidiens du trajet domicile/travail moyen qui déverse annuellement ses centaines de milliers de tonnes de carbone dans l’atmosphère.

GC,
Jouez directement en ligne à ce jeu vidéo haletant:
www.CrypText.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

10 commentaires sur “Effondrement des ventes d’autos en France

  1. écolodu30

    Bonjour ,étant un grand écolo (je participe à des manifestation écologiques), Et nous sommes constamment à le recherche d’arguments pour nos manifestions, pouvez-vous me donnez l’adresse d’un blog moins subjectif et moins violent dans ses propos?

    Amicalement votre

  2. Tassin

    « Je suis favorable au productivisme […]
    Au moins, les chômeurs, eux, ils ne prennent pas leur voiture pour effectuer les X kilomètres quotidiens du trajet domicile/travail moyen qui déverse annuellement ses centaines de milliers de tonnes de carbone dans l’atmosphère. »

    Au moins vous n’avez pas peur d’afficher vos contradictions d’une phrase sur l’autre!!
    Le productivisme, au contraire de ce que vous semblez penser, ce n’est pas la recherche de productivité mais la maximisation de la production. Les gains de productivité ne sont qu’une conséquence des innovations techniques.

    Donc dans votre texte, vous dites « je suis favorable à ce qu’on produise (donc qu’on consomme plus) toujours plus […] si ça diminue la consommation de carburant et donc les emissions de CO2 ». Ca n’a pas de sens.

  3. Nicolas

    Vous allez voir que super Borloo et Naboléon 1er vont prolonger la prime à la casse et même augmenter le maxi bonus « voiture VERTE » si la baisse des ventes continue.
    Pour eux, pas question de reconvertir les chômeurs de l’automobile vers d’autres secteurs (les transports collectifs, la fabrication de tram, train, etc.) et de changer notre mode de vie accros au pétrole. Comment pourra-t-on encore justifier la construction de nouvelles autoroutes si on vent de moins en moins de voiture ?

  4. Wombie

    @ECOLODU30 : pour trouver un blog aussi touffu avec un nombre respectable d’articles et des commentaires passionnés (voire quelques grandes engueulades, sur les motos, par exemple), vous allez ramer…

    Sinon, en creusant ce site, vous découvrirez des articles très intéressants mais centrés néanmoins sur l’objectif d’une société centrée sur l’humain plus que sur l’enclume.

    Par contre, comment vous faites pour aller à des manifs écolos ?
    Je n’ai pas le temps entre l’entretien de mes vélos, le nettoyage de mes toilettes sèches, l’arrosage de mon potager avec l’eau de pluie récupérée, la chasse aux calories perdues, la limitation de mes gaspillages d’énergie, la préparation de nos prochaines vélo-écoles, les courses à l’AMAP locale, les buches à fendre pour la cheminée, la pose des limitateurs de pression sur mes robinets, la galère à isoler en chanvre ce c… de comble perdu, la plomberie qui fuit dans mon chauffe-eau solaire, ce p… de puit canadien encore obstrué comme à chaque automne et la pose de tracts « les trottoirs sont pour les piétons, fauteuils et poussettes » sur les enclumes des goujats mal garés…

    Bref, l’étiquette écolo n’est pas à mes yeux consécutive à la participation à des manifs mais plutôt à des gestes de tous les jours

    sinon, vous avez essayé caradisiac.com ? 😉

  5. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Monsieur Tassin: J’ai du mal m’exprimer: Je suis favorable à la rationalisation de la production industrielle et son optimisation par l’effet de l’économie libérale de marché et de la libre concurrence. Par productivisme, j’entends l’optimisation de la production et, non-pas comme vous dites, le « produire plus ».

    Entendons-nous sur les mots. J’aurais du dire « optimisation de la production » au lieu de productivisme, c’est-à-dire, une relative concentration des moyens de production, l’automatisation et la robotisation à outrance de la production. Des robots « propres sur eux » c’est-à-dire non-polluants: un robot ne fait pas 60 km par jour pour aller travailler, et il est infiniment plus productif que les humains qu’ils remplace. Mais surtout, des robots qui fassent des objets intelligents, pas des voitures ou alors des voitures robotisées et donc, très lentes, qui ne dépassent pas 15 km/heures pour respecter les piétons.

  6. Goodmusik

    « la rationalisation de la production industrielle et son optimisation par l’effet de l’économie libérale de marché et de la libre concurrence »

    Mais c’est justement ça le problème !!!

  7. Tassin

    @ Lécolomobile :

    Oui donc utilisez les mots pour ce qu’ils veulent dire, sinon c’est incompréhensible! « Optimiser la production » ça veut dire augmenter la productivité. Pas la production.
    D’ailleurs Wikipédia me dit :

    « Apparu au début du XXe siècle, le productivisme se définit selon le Dictionnaire historique de la langue française comme « un système d’organisation de la vie économique dans lequel la production est donnée comme objectif premier ». Il ne doit pas être confondu avec la recherche de la productivité. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Productivisme

  8. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Oui, Tassin, je vais lire attentivement la définition de wikipédia car j’ai l’intention d’écrire un billet qui s’intitulera quelque chose comme « A la société de consommation, substituons la Société de la Connaissance ».

    « Si j’étais au Gouvernement, j’instituerais une prime à tous les salariés qui remplacent toute ou partie de leur travail par un automatisme et une autre prime inversement proportionnelle au kilométrage automobile paracouru, histoire d’accélérer la fin du salariat qui a déjà été bien entamé par l’auto-entrepreunariat de Monsieur Novelli… »

Les commentaires sont clos.