Gaz de schiste : la résistance s’organise

Les lourds investissements qui iront à la recherche et à l’extraction du gaz de schiste, c’est autant de millions, voire de milliards d’euros en moins pour l’efficacité et la sobriété énergétique, les énergies renouvelables, les modes de transports alternatifs, la relocalisation de l’économie.

Plusieurs compagnies pétrolières ont obtenu des permis de recherche pour pouvoir extraire du gaz de schiste en France. Europe écologie – Les Verts demande l’arrêt de toute prospection.

Les gaz de schiste, dont la production a fortement augmenté ces dernières années aux États-Unis, sont contenus dans des roches sédimentaires argileuses. Également appelés gaz « non conventionnels », ils ne peuvent pas être exploités avec les modes de production classiques et provoquent une pollution colossale. Pour les extraire, les compagnies pétrolières doivent fracturer la roche avec de l’eau à haute pression mélangée avec des produits chimiques cancérigènes et mutagènes. Ce procédé détruit des espaces naturels et pollue les nappes phréatiques. De plus, l’extraction provoque des échappées de gaz toxiques (ex : NOx) et peut conduire à des pollutions radioactives.

L’exploitation des gaz de schiste était encore impensable il y a une dizaine d’années. Trop coûteuse, trop dangereuse et trop destructrice de l’environnement, l’extraction des gaz de schiste est en train de devenir rentable à cause de la raréfaction et de l’augmentation des prix des énergies fossiles. Aujourd’hui Total prévoit d’investir 37,8 millions d’euros dans le Sud-Ouest de la France, une compagnie australienne souhaite exploiter des territoires dans le Nord-Pas-de-Calais et GDF-Suez a aussi montré son intérêt. Il y a aussi des permis en Ile-de France, notamment en Seine et Marne.

Avec cette usine à gaz de schiste, en plus de son caractère polluant, c’est encore une fois la transformation de notre modèle énergétique qui est remise en cause. Les lourds investissements qui iront à la recherche et à l’extraction du gaz de schiste, c’est autant de millions, voire de milliards d’euros en moins pour l’efficacité et la sobriété énergétique, les énergies renouvelables, les modes de transports alternatifs, la relocalisation de l’économie … La question de notre modèle de développement prédateur est clairement posée.
L’exploitation des gaz de schiste est polluante du berceau à la tombe et représente une fuite en avant irresponsable tout comme il est irresponsable de continuer à prospecter des fossiles.

« Essorer la terre » jusqu’à la dernière goutte, tel est l’objectif qui se cache derrière ce projet. Malgré les discours très verts à Cancun ou à Nagoya, certains ne reculent devant rien pour pouvoir satisfaire la boulimie destructrice d’une minorité sans se soucier des générations futures. Un fois de plus, on veut faire du futur la poubelle du présent. Le développement du gaz de schiste est favorisé par une réglementation extrêmement souple. Là où il met des bâtons dans les roues du photovoltaïque et de l’éolien, l’État, en totale contradiction avec les engagements du Grenelle de l’environnement, fait la promotion d’énergies polluantes.

Europe écologie – Les Verts demande le gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz de schiste sur l’ensemble du territoire français

Source: http://languedocroussillon.europe-ecologie.net/…/exploitation-gaz-de-schiste/

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

9 commentaires sur “Gaz de schiste : la résistance s’organise

  1. Yôm

    Je me réjouis de l’exploitation de ces schistes sur le territoire français.
    Tout comme j’ai hâte de voir refleurir l’industrie textile dans nos vallées et couler l’eau à nouveau polluée de leurs rivières.
    Et que l’on fore nos montagnes à la recherche de tous ces métaux précieux qui font la joie de nos concitoyens car faisant partie intégrante de tous ces gadgets jetables et tant adorés!
    Car qui s’indigne des conséquences de l’extraction du pétrole qu’évaporent nos automobiles nationales?
    Y-a-t-il un automobiliste qui sache ou qui pense jamais à la terre souillée du Nigéria ou à son peuple soumis à une dictature soutenue par la France afin d’assurer aux multinationales une exploitation sale et un approvisionnement pérennes?
    Non. Car l’automobiliste s’en fout.
    Ça se passera chez son voisin qu’il s’en foutra toujours.
    Tant qu’il peut conduire ses enfants à l’école à 200m mais en toute sécurité, dans son 4X4, tout va bien.
    Vive la relocalisation!

  2. Lynx

    Excusez mon ignorance, mais c’est quoi exactement le « gaz de schiste »?( réponse en peu de mots et pas trop technique svp).

  3. MOA

    Lynx ci-dessous le texte de la pétition qui explique brièvement
    et ci-après un lien vers le documentaire Gasland

    Gaz de schiste : non merci !

    Sans aucune information, sans aucune consultation, le gouvernement français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste.

    La technique pour ramener le gaz à la surface est nouvelle, délicate et surtout, désastreuse sur le plan environnemental. La «fracturation hydraulique horizontale», consiste à provoquer des failles à l’aide d’un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz et le pétrole pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Trois «ingrédients» sont nécessaires pour créer ces mini séismes : des quantités phénoménales d’eau (entre 15 000 et 20 000 m3), des produits chimiques (plus de 500) pour attaquer la roche et des micro-billes pour maintenir ouvertes les failles.

    Aux Etats-Unis, le bilan de l’extraction de ces énergies fossiles est catastrophique : pollution massive des nappes phréatiques et de l’air, destruction des paysages et de milieux naturels, etc. Leur exploitation, en France, conduirait inéluctablement aux mêmes dégâts ainsi qu’à des émissions accrues de gaz à effet de serre, alors même que notre pays s’est engagé à les diviser par quatre.

    Les autorisations de prospection sur plus de 10% du territoire ont été accordées sans débat sur les besoins énergétiques à moyen et long terme, sans discussion sur la nécessité de lutter contre le gaspillage, rechercher une meilleure efficacité énergétique et les alternatives renouvelables.

    Pour toutes ces raisons, nous exigeons un débat public avec la société civile, les élus locaux et nationaux, pour dresser un inventaire complet des conséquences environnementales, sanitaires, économiques et sociales de cette «nouvelle folie industrielle».

    C’est pourquoi nous demandons un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français.

    Coordination des collectifs pour un moratoire sur la prospection du gaz de schiste

  4. MOA

    Pour les ceusses à/près de Toulouse, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées organise une conférence mercredi prochain.

    Gaz de schistes :

    Toujours plus loin, toujours plus cher, toujours plus sale !

    Les impacts des pétroles et gaz non-conventionnels.

    Mercredi 19 janvier à 20h30

    Salle du Sénéchal (17 rue Rémusat – métro Capitole – TOULOUSE)

    Malgré la controverse et les dangers entourant cette technique d’extraction aux Etats-Unis (grave pollution des nappes phréatiques, grosse consommation d’eau, pollution de l’air, destruction des paysages, etc.), le 30 mai 2010, notre « Ministère de l’Ecologie » octroyait – sans consultation – à plusieurs compagnies extractives, plus de 4000 km2 pour l’exploitation de gaz de schiste autour du plateau du Larzac.
    Que sont ces gaz de schiste ? Quel modèle de développement énergétique et économique se profile derrière cette ruée. Toujours plus d’énergie fossile ?

    Pour répondre à ces questions, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées vous proposent une conférence débat à Toulouse qui sera animée par Aloys Ligault chargé de campagne Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises/Industries Extractives aux Amis de la Terre France.

    Quelques informations complémentaires ici :
    http://www.cdurable.info/ ou http://tinyurl.com/6duhrmd
    http://ownipolitics.com/2010/12/07/gaz-de-schistes-le-tresor-empoisonne-du-sous-sol-francais/
    http://www.bastamag.net/article1363.html
    http://www.ladepeche.fr/article/2010/12/30/980190-Vent-de-revolte-dans-le-Larzac.html

  5. Lynx

    La pétition est signée! Mais je m’étonne de n’avoir jamais entendu parler du gaz de schiste plutôt. Je n’ai pourtant rien d’un abruti lobotomisé qui le soir venu s’affale devant sa télé pour regarder les conneries diffusées par M6 ou TF1!
    Que notre gouvernement donne des permis de recherche sur le territoire sans en informer au préalable la population, sans le moindre débat cela n’a rien d’étonnant; on nous a déjà fait le coup avec le nucléaire me semble-t-il?
    Par contre, on nous montre à la télévision, des ministres faire l’ouverture des soldes d’un grand magasin!

Les commentaires sont clos.