Vélorution Universelle Paris 2011

Pour 2011, Paris s’offre une nouvelle bouffée d’air pur et de bonheur en accueillant la Vélorution Universelle, deuxième édition! La masse critique est une célébration de la culture cycliste dans tous ses états. Pour le temps d’un weekend nous deviendrons le trafic dans la joie et la bonne humeur! Ce sera de nouveau l’occasion de dénoncer un système entièrement basé sur l’utilisation des véhicules motorisés.

La bicyclette est une source de plaisir, mais aussi une alternative aux nombreux problèmes posés par les véhicules motorisés.

Pendant ces trois jours de fête, des cyclistes du monde entier se donneront rendez-vous pour célébrer la joie de vivre à vélo, et le plaisir de circuler sans contrainte.

Rendez vous les 1, 2 & 3 juillet 2011, pour une fête dont Paris se souviendra…

LA «VÉLORUTION UNIVERSELLE» NAÎT DANS LES RUES DE PARIS! QUE SE PASSE-T-IL?

Les vélorutionnaires de tous pays se donnent rendez-vous à Paris pour manifester leur joie de vivre et de circuler librement dans les rues de la ville. Le temps d’un week-end, à l’image des autres grandes masses critiques européennes, cet événement rassemblera plusieurs milliers de cyclistes qui paraderont dans la bonne humeur, profitant de l’air pur et des rues sans voitures.

Paris devient ainsi un nouveau lieu de rendez-vous pour les cyclistes de tout l’univers qui constatent que:
– chaque année, Budapest accueille les cyclistes du monde entier pour le Jour de la Terre (80.000 participants en 2008)
– depuis 2004, Rome reçoit les délégations véloportées venant de tout le cosmos lors de la «Masse Critique Intergalactique», avec le concours des «Ciclofficina».
– dès 2009, Madrid pèse sur la scène astrale en organisant des «Masses Critiques Interplanétaires».

POURQUOI ? …

En France, les premières «manifs à vélo» menées par l’association «Les Amis de la Terre» dans les années 1970 avaient donné des origines subversives à ces démonstrations; mais le mouvement mondial n’a véritablement démarré qu’en 1992, à San Francisco, puis s’est peu à peu développé dans des centaines de villes à travers le monde, où de nombreuses masses critiques sont organisées, la plupart du temps mensuellement, pour revendiquer un vrai partage de l’espace public.

Selon l’endroit, la masse critique peut prendre différentes formes. Depuis la simple rencontre permettant la création d’un espace public d’où les automobiles (et autres motorisés) sont exclus et montrer l’importance des alternatives possibles, elles peuvent également avoir un caractère thématique festif ou revendicatif quand elles sont organisées par une association. Elle sont parfois devenu un mode de manifestation pour certaines associations écologistes. Dans de nombreuses villes en France, on appelle ces manifestations des «Vélorution».

Elles ont lieu spontanément ou de manière plus organisées, notamment quand les préfectures exigent une déclaration. En 2009, les plus grands rassemblements ont réunit plusieurs centaines de cyclistes à Strasbourg et à Grenoble pour manifester contre les projets de contournement autoroutiers de ces agglomérations.

Le concept de masse critique repose sur le constat qu’il faut un nombre suffisant de cyclistes pour circuler en toute sécurité sur la voie publique sans subir le trafic automobile. À l’inverse, la «masse critique des voitures» est telle qu’elle empêche leur propre déplacement et nuit à la ville et à ses habitants. Ainsi ce regroupement de vélos s’affranchit de la contrainte de mobilité que représentent les automobiles, il détermine le trafic et sa vitesse. De ces constats découlent des slogans tels que «Nous ne bloquons pas la circulation, nous sommes la circulation.» ou «Automobilistes! Vous n’êtes pas dans un bouchon, vous êtes le bouchon!».

Les principes vélorutionnaires reprennent allègrement le triptyque d’antan :
– Liberté de circulation. Les déplacements à vélo n’oppriment personne ni dans les rues de nos villes, ni ailleurs. L’automobile, en créant des bouchons à répétition, empêche les citoyens de se déplacer librement. Elle rend nos villes dépendantes et réduit le recours aux modes alternatifs!
– Égalité de chacun devant ce mode de transport économique ! Tandis que la bagnole laisse les plus pauvres sur le bord de la route et entretien une société de démonstration de soi («j’en ai une plus grosse que la tienne!»), le vélo favorise l’égalité sociale.
– Fraternité avec tous les habitants de cette planète! L’automobile contribue à l’épuisement des ressources pétrolières, accapare les ressources normalement vouées à l’alimentation (agrocarburants), et stimule le dérèglement climatique.

COMMENT ON VA FAIRE ?

La masse critique est un rassemblement fortuit de cyclistes. Goûtant au plaisir de circuler ensemble, ils profiteront de l’effet de masse pour faire naître naturellement un «terrible cortège». Les cyclistes, traditionnellement si vulnérables dans la circulation, peuvent en s’agglomérant, devenir le trafic pour ne plus le subir. C’est donc aussi l’occasion, pour celles et ceux qui hésitent à faire du vélo en ville, de faire leurs premiers tours de roue en profitant d’un contexte rassurant.

Plus on est nombreux à circuler à vélo dans les rues de la ville, plus c’est agréable! C’est la principale différence entre ce mode de déplacement si efficace et l’automobile… si encombrante, bruyante et puante.

L’automobiliste rêve d’être seul dans les rues de la ville quand les cyclistes souhaitent partager l’espace urbain avec leurs concitoyens!

ALORS C’EST COMME LE TOUR DE FRANCE ?

L’esprit de compétition, les intérêts commerciaux ou l’acceptation passive des dopants sont des valeurs que la Vélorution Universelle ne véhiculera pas.

À contrario, la vélorution universelle appuiera des initiatives telles que
– l’ AlterTour, un «tour-relai solidaire, des cyclistes voyageant ensemble, partageant leurs bicyclettes et se relayant dans un esprit de solidarité. Un tour qui dénonce le dopage sous toutes ses formes: dans le sport parce qu’il y porte atteinte aux sportifs pour le bénéfice de sponsors, dans l’agriculture industrielle, parce qu’il y porte atteinte aux paysans et à la biodiversité pour le bénéfice des firmes productrices d’OGM et d’agrotoxiques, dans l’économie de marché, où il est source d’inégalités et de mises sous dépendance»…
– la CycloTransEuropéenne, qui développe le réseau de voies vertes cyclables, reliant les grandes villes d’Europe et offrant ainsi de réelles alternatives au voyage en voiture, train ou avion…
– le réseau d’ateliers mécaniques coopératifs réunis sous la bannière de l’Heureuxcyclage, ateliers à travers lesquels on peut apprendre à réparer son biclou, à monter un vélo entier ou laisser libre cours à son imagination mécanique, gagnant ainsi en autonomie.

Chacune à sa manière, ses organisations ne conçoivent le vélo qu’à travers des valeurs tantôt humaines, parfois responsables, sinon écologiques.

AU MENU

Au programme des festivités du week-end du 1er au 3 juillet 2011, on trouvera pèle-mêle: plusieurs masses critiques, des projections et débats, des pic-nic autogérés, des ateliers vélo, jeux de piste, et concerts improvisés…

La suite sur www.velorutionuniverselle.org

Vélorution

A propos de Vélorution

La Vélorution (mot-valise mêlant vélo et révolution) est un mouvement dont l'un des buts est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, planche à roulettes).

3 commentaires sur “Vélorution Universelle Paris 2011

  1. Nico

    vraiment génial cette vélorution en juillet 2011 à Paris! Mais y aura t-il assez de pub pour attirer une foule de cyclistes? Il faut vraiment lancer à fond la pub sur facebook et tous les réseaux sociaux! ! Si la manif est grandiose, des asso de Paris auront ensuite la porte ouverte pour lancer leurs petites vélorutions chaque mois pour maintenir l’action toute l’année! Imaginez la tête de Sarko et Christophe de Margerie dans un Paris envahi par cette vélorution!…

Les commentaires sont clos.