Le Bogue des horaires de trains

La SNCF va mettre en place à partir du 11/12/2011 des nouveaux horaires qui vont impacter 85% des trains circulant en France. La réorganisation des horaires est une nécessité imposée pour trois raisons distinctes dont l’objectif est sans doute louable, mais qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes pour les usagers des trains.

Cette année, 85% des horaires actuels vont être modifiés (de manière très mineure dans certains cas, plus importante dans d’autres) en raison de la conjonction de trois évènements :

  • le lancement de multiples travaux sur le réseau ferré national;
  • la mise en service de la branche est de la LGV Rhin-Rhône, qui va impacter à la fois l’itinéraire radial Paris-Mulhouse et l’itinéraire transversal Strasbourg-Lyon;
  • la mise en œuvre progressive du cadencement.

Les travaux de régénération des infrastructures sont rendus indispensables par l’incurie des pouvoirs publics de droite et de gauche qui ont négligé le réseau classique pendant 25 ans. En outre, la mise en service du TGV Rhin-Rhône va assurer des relations Paris – province mais aussi, des relations province – province ne transitant pas par la région parisienne, ce qui va impacter de nombreux horaires. Enfin et surtout, la préparation du cadencement est destinée à augmenter la capacité du réseau pour pouvoir améliorer les fréquences des dessertes. Le cadencement est un succès dans les pays voisins et aurait dû être mis en œuvre en France depuis longtemps par la SNCF.

Qu’est-ce que le cadencement ?

Le cadencement des trains consiste à organiser leur circulation selon des horaires fixes, répétitifs et à des intervalles de temps réguliers. Il doit permettre:

  • d’augmenter la capacité du réseau disponible pour tous les types de trains (TER, trains à long parcours, trains de marchandises) ;
  • de faciliter l’utilisation du train (horaires répétitifs facilement mémorisables) ;
  • d’assurer une meilleure ponctualité des trains ;
  • de synchroniser les circulations  afin d’améliorer l’organisation des correspondances ;
  • d’organiser plus efficacement les futurs travaux de maintenance du réseau.

Dans certaines régions, notamment celles dont les TER sont déjà cadencés, les modifications des horaires devraient, en principe, être moins importantes.

Cette réorganisation, très complexe, a nécessité trois ans de travail de RFF, de la SNCF et des autorités organisatrices (régions pour les TER, Etat pour les Trains d’Equilibre du Territoire), et notamment de délicats arbitrages entre les trains de fret et les trains de voyageurs. Mais la concertation avec les régions et les associations – peut être due à la précipitation – a été apparemment insuffisante. Pour la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports), il est impératif qu’elle se poursuive dans le cadre des comités de lignes ou d’étoile en régions ou grâce à la médiation.

Des difficultés graves – aux origines diverses et souvent non justifiées par RFF ou la SNCF – apparaissent en effet avec les nouveaux horaires: inadaptation aux déplacements domicile-travail, suppressions de trains et d’arrêts, allongements de temps de parcours, correspondances plus difficiles.

Car, si le cadencement est censé améliorer les fréquences de toutes les catégories de trains, il semble y avoir un réel risque de régression des services.

C’est pourquoi, une pétition sur internet, regroupant déjà un millier de signatures, demande à la SNCF de ne pas appliquer en l’état les nouveaux horaires prévus par la SNCF à partir du 11/12/2011:

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=SNCF2012

Egalement, une mission de médiation du passage aux nouveaux horaires a été mise en place depuis le 21 novembre dernier. Les clients, associations de consommateurs et élus locaux peuvent saisir directement la médiation par le biais d’un formulaire de contact:

https://www.mediateurnouveauxhoraires2012.com/

La médiation examinera les saisines pour émettre des recommandations publiques que RFF et la SNCF s’engagent à mettre en œuvre dès 2012 ou sur les futurs horaires 2013 selon la complexité des propositions ainsi que des mesures commerciales.

Karl

A propos de Karl

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions de transports collectifs

10 commentaires sur “Le Bogue des horaires de trains

  1. JiBOM

    Le cadencement est un succès dans les pays voisins et aurait dû être mis en œuvre en France depuis longtemps par la SNCF.

    C’est un succès à l’étranger, en effet, le meilleur exemple étant la Suisse. Est-ce que toute la France doit pour autant être cadencée ? Je n’en suis pas sûr. La gestion « industrielle » des sillons est en opposition avec le sur-mesure. Sur les axes à fort trafic où la fréquence de passage est déjà élevée, cela ne pose pas de problème, c’est même une quasi-nécessité.

    Pour les autres lignes, le cadencement risque de rendre les horaires trop rigides voire trop répartis sur la journée par rapport aux besoins. Pour que cela fonctionne, l’offre doit donc être étoffée de façon à rester pertinente (correspondances systématiques aux nœuds ferroviaires ET horaires à disposition des usagers et non l’inverse).

    Un autre point vient enrayer a priori l’idée de cadencement : le réseau français n’est pas à proprement parler un réseau dans le sens où, en dehors des radiales, le transport ferroviaire est très peu développé et rarement attractif. A partir de ce constat, un cadencement bien pensé doit être conçu de manière à stimuler les circulations transversales (à petite et longue distance). Ceci peut se faire par le biais de trains au long cours (développement des TET notamment) et de correspondances régionales judicieuses supprimant l’effet terminus de certaines gares (Clermont-Ferrand, Brive, Montluçon, St Etienne, etc…). Tant que la politique ferroviaire en France sera telle qu’elle est actuellement, alors le cadencement « généralisé sera, dans le fond, un échec.

  2. Alain

    Moi, je pense surtout que tout cela a un but:
    La libéralisation du train et faire de la place pour que les trains issus de cette libéralisation ait des créneaux pour rouler tranquilos.

  3. Alain

    Je connais une personne qui prenait tous les jours le train avec son vélo: depuis 3 jours, je ne voyais plus son vélo. Je me dis: « Tiens, lui aurait-on volé? »
    Il s’avère juste que son couple venait d’acheter une maison, mais depuis quelques jours, son train n’existe plus.
    voilà comment on force les gens à avoir une voiture…

    Je viens aussi de lire aujourd’hui sur une tribune NPA que tout ceci n’a qu’un but véritable: dégager de la place pour les trains étrangers.

  4. CarFree

    @Alain et Tassin,
    je pense aussi que la véritable raison, c’est l’ouverture de sillons pour de futures compagnies privées. Mais, ni la SNCF, ni RFF ni même la FNAUT ne l’avouent… Ce n’est pas ce qu’on appelle traditionnellement une « privatisation rampante »…?

  5. Alain

    Remarquez que finalement, quand on voit encore les annonces d’aujourd’hui (grève tous les WE de Décembre), j’en arrive à me dire que plus vite c’est fini, plus vite on en sera débarrassé.
    Ils voudraient tuer la poule aux oeufs d’or qu’il ne s’y prendraient pas mieux que cela. Autant on peut dire que les politiques n’ont aucune idée neuve pour changer le monde, autant on peut dire que les syndicalistes n’en ont pas non plus.

  6. Jean-Marc

    Rien à voir, Alain :

    Ne pas confondre le mode d action et les revendications :

    Les syndicats + grèvistes appliquent juste ce qu’ils ont le DROIT de faire comme action, pour faire valoir ce qu’ils défendent.

    Faire une grève du zèle* (par ex, les douaniers qui contrôlent tous les camions à la frontière) ou une grève du tiroir-caisse (les cheminots qui ne contrôlent plus les billets; les barrières ouvertes sur autoroute… voire les caissières qui laissent passer les chariots,…) sont des actes qui seraient plus populaire ou efficace, mais la loi française les interdits…

    (c est encore pire en angleterre, où toute action -même la grève hors circonstances particulieres- est interdite : résultat, les rares actions qui y ont lieu sont souvent dues à une accumulation de pbs, quand celà éclate (c.f. les voitures qui ont brûlées il y a qq mois) et sont illégales).

    On peut repprocher aux syndicats + grèvistes d’être trop légalistes…
    Suffit de voir les 7 manif records en france en fin 2010, lors de la modif des rétraites :
    malgré des records de présences, et sur une longue période, il n en a rien résulté…
    (à par le déblocage des raffineries…)
    -> seuls des modes d actions inefficaces restent légaux…

    là dessus, sarko avait raison : « désormais, quand il y a une grève, plus personne ne s en apercoit ».
    en fait, on s en apercoit, en voyant les manifs… mais celà n a -le plus souvent- aucune conséquence (positive) sur les grèvistes.
    (faut remonter au CPE pour une grève nationale qui marche.. mais çà a été une grève très très longue, mobilisant énormément…. et avec de nombreuses actions illégales (blocages)).

    Par contre, suffit de regarder les manifs qui marchent pour comprendre ce qui marcheraient :
    les routiers ou les paysans, bloquant les autoroutes, raffineries et préfectures avec des camions ou tracteurs.
    -> Plutot que de marcher à 100 000, 1 heure dans la rue, rouler à 1 000 en mode escargot sur autoroute ou bloquer des entrées/sorties d autoroutes, ou des rues de centre-ville serait plus efficace.

    En, fait, la phrase de sarko mets juste en évidence la non-écoute des dirigeants fasse à la protestation, et la pauvreté de la loi pour la défense des revendications des citoyens.
    [d ailleurs, ce n est pas surprenant, si l’action collective (class action), qui aurait amélioré les moyens de défense du citoyens et du consommateur, n a pas été votée, alors que de très nombreux citoyens la voulaient]

    Conséquence : comme les dirigeants sont +/- sourds, il est dont très important de bien les choisir lors des élections…

    * L’avantage d’une grève du zèle, faite à petite dose,
    outre que tu es payé (tu n es pas en grève…), c est qu’elle est difficile à prouver, et qu’on peut difficilement te reprocher de bien faire ton travail…

  7. Alain

    Jean-Marc: Qu’est-ce que je me marre.
    Ces pauvres petits mecs qui n’attendent que la révolution mais qui ont peur de faire des trucs interdits et qui se vengent en emmerdant tout le monde: feraient mieux de prendre de la graine des faucheurs volontaires, des désobéissants et des vélorutions qui n’ont pas peur de faire des trucs interdits pour faire bouger les lignes.

    Mais, les lignes sont supprimées, les horaires sont déplacés, y’a moins de trains et que disent ces bobos? Qu’il ont plus de boulot (avec moins de trains?) et qu’ils ont fait beaucoup de productivité et qu’ils n’ont pas eu le juste retour (comprendre « on veut donc des sous »). Qu’est-ce qu’ils en ont à battre des suppressions des trains, des horaires décalés? Crois-tu que la SNCF a attendu le 11 décembre pour supprimer les navettes à Orléans, les navettes à Tours, et des suppressions de ligne en indre et Loire? Ils sont où ces cons quand les trains sont supprimés? Ils sont au chaud à boire des cafés, comme je l’ai déjà constaté alors que j’attendais le train sur le quai et qu’il n’arrivait pas, qu’il était supprimé et que ces « sauveurs du service public » ne faisaient aucune annonce pour nous le dire.

    Il faut bien choisir son candidat? Faut choisir lequel? T »en connait un qui n’ait pas sourd? Moi, j’en connais aucun, et en plus d’être sourds, je les trouvent aveugles, sauf pour voler. Quand on voit un député qui émarge au alentour de 5000 euros, avec méga option sur le chomage et la retraite future, forfait internet, mobile, bureau, ordinateur, déplacement à tarifd plus qu’attractifs, j’appelle plus çà une démocratie bien sereine. Les députés cocos qui se gavent en disant qu’il faut prendre aux riches, parlent comme çà parce qu’ils savent bien que çà ne se fera pas: ils font parti des riches, alors ils ne se tireraient pas une balle dans le pied.

    Allez, politiques, syndicats, tout ça c’est du corporatisme malsain. Leur discours, leur grève et dès qu’ils peuvent leur gavage d’argent public pour courir s’acheter des produits chinois au supermarché du coin… Tu vois, moi, ça ne me le fais pas.

    La réalité, c’est que ces grèves répétitives, inutiles, ca finit par vous dégouter des trains: on achète des abonnements mensuels et on se retrouve à prendre sa voiture, on achète des billets trois mois à l’avance qui se trouvent caduc, on part en formation et on se retrouve emmerdé à 250 kms de chez soi entassé comme un âne avec des controleurs qui refusent de prendre ton vélo (comme si t’allais le laisser sur le quai…). Tout çà pour quoi? Pour rien. Strictement pour rien, juste quelques euros sur certaines fiches de paie (mais pas la tienne, ça serait trop facile).

    Comme le dit CarFree, le vrai enjeu du 11 décembre est ailleurs, et même la FNAUT est au courant, mais qui dirait la vérité? Personne.

    En allant faire un tour sur le site de la FNAUT, j’y lis le iatus habituel: la langue de bois.

    Quel baratin tout çà!

Les commentaires sont clos.