Projet de crash-test de casque cycliste


Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Je veux en avoir le cœur net: je vais construire un crash-test pour le casque de cycliste.

J’en ai marre d’entendre les uns se plaindre qu’ils ne veulent pas le porter parce que c’est moche et qu’on ne sait pas quoi en faire et d’autres dire qu’ils ne veulent pas être transformés en légume dans une chaise s’ils sont renversés.

J’ai un vieux casque chez moi encore en état de subir la torture.

Je vais donc le projeter contre l’épicéa du jardin après l’avoir monté à l’extrémité d’un bélier de quatre-vingt kilos pendu à une branche.

Avant de lancer l’expérience, j’ai besoin de recueillir votre avis.

  • le mannequin utilisé sous forme d’une grosse bille de bois convient-il ou ne faudrait-il pas plutôt disposer d’un vrai condamné pour rendre le test plus vraisemblable?
  • pensez-vous que mon épicéa d’un diamètre d’un mètre 20 va résister au choc?
  • la branche à laquelle sera suspendue le mannequin ne risque t-elle pas de se rompre?
  • ne devrait-on pas insérer une cervelle de porc entre le casque et la bille de bois?

Source: http://velomaxou.wordpress.com/

Vélomaxou

A propos de Vélomaxou

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme "la tête dans le guidon", je me dirige vers le déplacement doux de l'écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire.

5 commentaires sur “Projet de crash-test de casque cycliste

  1. LomoberetLomoberet

    Tu devrais essayer le casque gonflable (gonflé à l’hélium)
    Pour la résistance au choc, je ne sais pas si ça peut être positif, mais pour monter le Bannstein, c’est certainement interressant.

  2. frinux

    Si tu peux mesurer la vitesse à l’impact ce serait encore mieux.

    Et je pense que là tu es dans le cas idéal, où l’impact est perpendiculaire au haut du casque. En réalité, on tombe sûrement plus sur le côté.

  3. Jean-Marc

    « Les casques dans le commerce subissent déjà de nombreux tests. »

    ils sont homologués pour un accident SEUL à 23km/h.

    après, leur principal défaut n est pas les 23km/h (même si certains roulent à 46km/h, voire, dans les descentes, à 92km/h)
    mais bien le « accident SEUL » :

    Si tu es en ville, tu risques plus un accident par rencontre avec un automobiliste, qu’une chute seul à 23km/h (surtout si, en ville, tu roules à 15-18km/h…).

    En n’oubliant surtout pas que la gravité d’un choc dépend de l’énergie dispersée (et aussi de la décélération, de sa vitesse de dispersion).
    soit 1/2mv²
    Donc, une voiture+passager(s) de 1 200kg à 33 km/h, nous rentrant dedans alors qu’on est à l arrêt, aura le même effet, niveau énergie cinétique encaissée, que celle subit par un vélo+cycliste de 120kg roulant à… 99 km/h.

    -> le danger n est pas souvent le cycliste, mais l automobiliste :
    on se relève (avec éraflures oupas) d’une chute de son vélo… beaucoup moins souvent d’une rencontre avc une voiture…

    23km/h seul sur son vélo, celà correspond à un choc d’un piéton à l arrêt avec une voiture roulant +/- à 7 km/h :
    J ai du mal à comprendre, puisque le casque vélo a été inventé + est conseillé par certains, ici ou là, comment il soit possible que des voitures roulant à plus de 6 km/h restent autorisées en ville?

    Les autoriser à rouler au-delà de 6km/h, avec des piétons sans camisoles, et des voitures sans airbags extérieurs est un non-sens dans le monde des gens ne voulant pas de cyclistes/voulant des cyclistes casqués…


    « ne devrait-on pas insérer une cervelle de porc entre le casque et la bille de bois? »

    oui, ou au moins un melon/une pastèque,
    car sinon, celà ne sert à rien…
    car sauf Pinoccio, nous ne sommes pas en bois.
    (la bile de bois pourrait être en dessous : pour apporter l’énergie cinétique, l’inertie, mais sans écraser directement le melon)

    p.s. ce qui compte, c est l’état du melon…
    enfin, celui des 2 melons : celui casqué et celui non casqué.

    Le casque doit avoir explosé, s’il fait bien son travail (absortion d’une partie de l’énergie du choc + étalement de l arrivée de cette énergie).

    Mais le résultat est connu : dans un test où ils ont une même vitesse de départ, le melon casqué va mieux s’en sortir.

    Par contre, c est un test sans intérêt dans la vraie vie :
    roule sur ton melon, avec ou sans casque, avec ta voiture… et alors, je peux te garantir que je préfère le sans casque :

    la purée de melon sans casque est bien meilleure : au moins, on n a pas de morceaux de casque qui se coinçent entre les dents, à chaque cuillière.

Les commentaires sont clos.