Monsieur Hollande invente la subvention carbone

Le déroulement du récent psychodrame médiatico-politique qu’on nous a joué depuis 15 jours à la télévision autour de la hausse du prix de l’essence est la démonstration de l’absence la plus totale de lucidité de notre actuel Gouvernement.

Je précise ma pensée: dans cette affaire de baisse du prix de l’essence (qui n’est rien d’autre qu’une taxe carbone à l’envers), le gouvernement Hollande a montré sa faiblesse en cédant immédiatement à ceux qui crient le plus fort: (1) les journaux télévisés en mal de sujet se ruent aux stations essence pour interviewer des conducteurs se plaindre, (2) c’est la presse qui mène la danse, (3) la grande distribution flaire le bon coup, (4) M. Moscovici et la grande distribution bombent le torse, (5) après coup, on s’aperçoit qu’on a oublié le fuel domestique qui permet de chauffer les familles….

Cet enchaînement est exactement l’inverse de ce qu’il aurait fallu faire: accorder des facilités prioritairement aux professionnels et au carburant du chauffage plutôt qu’à celui de l’automobile particulière !

On cède dans l’urgence à ceux qui crient le plus fort au pire moment: celui où les scientifiques nous alertent sur la rétractation record de la banquise à cause de l’excès de concentration de CO2 dans l’atmosphère !

Les automobilistes devraient être les derniers à être subventionnés, surtout en période de crise où c’est l’appareil productif qui a besoin d’aide. Tout cela est d’autant plus déplorable que ce psychodrame trouve son origine dans le désœuvrement des journalistes en mal de sujet en période estivale. L’Histoire retiendra cette décision gouvernementale comme l’erreur politique historique inaugurant le mandat du gouvernement Hollande.

GC (www.LécoLomobiLe.fr et CrypText.fr)

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

5 commentaires sur “Monsieur Hollande invente la subvention carbone

  1. Alain

    La baisse artificielle du prix de l’essence est une belle connerie. Non, seulement c’est débile de le faire mais c’est encore plus débile de croire que ça va avoir une incidence sur le prix de l’essence qui va continuer à grimper, grimper, grimper, grimper…
    La bonne nouvelle finalement, c’est que les ventes de voitures continuent de baisser. Encore quelques mois et on verra peut-être un constructeur s’effondrer. Les sous traitants, çà commence déjà.

  2. GillesGilles

    Le Co² et l’écologie ne semblent pas être le souci premier du gouvernement.
    Pour les constructeurs auto dont les drapeaux sont en berne, Il y a fort à parier que la prime à la casse reviendra sous une forme ou sous une autre.Les banquiers sont déja à la rescousse pour faciliter l’achat sans apport. A ce train on pourrait même voir un jour comme chez les Shadocs les casses auto à la sortie des usines de fabrication, pour favoriser un cycle encore plus court des matières premières .
    On en est pas si loin puisque l’on a démoli des voitures qui auraient pu rouler encore des années. Même si elles consommaient un peu plus que des toutes neuves , je ne suis pas sûr que le bilan carbone global de ces manœuvres soit globalement positif.

    Une question , les outils de production auto, ne sont t-ils pas convertibles en usine de fabrication de Bus et Tram? Est-ce que quelqu’un s’est déja posé la question ? Les subventions de l’état de devraient -elles pas aller dans ce sens pour préparer l’avenir ?

  3. bikeman

    Très bon article.
    En effet, la surmédiatisation est pénible, c’est dans ce cas qu’on s’en rend compte de la pauvreté de l’information… des informations télévisuelles… complétements orientées pro-bagnole…
    et je ne parle pas des pubs, 1 sur 3 ou 4 pour la bagnole…

    Comment peut on attendre une prise de conscience géénrale avec des p… de médias comme ça…

    Et même si la production de voitures baisse en France ou en Europe, elle ne cesse de croître dans le reste du monde, c’est déprimant.

  4. MOAMOA

    Un article intéressant. Il connecte pertinemment, par exemple, la subvention à la pompe pour les automobilistes (dont 80% des trajets fait moins de 5 kilomètres) et les gaz de schistes :

    Prix de l’essence, gaz de schiste : à quoi joue le gouvernement Ayrault ?

    On peut y lire aussi ça :

    Il y a six mois, Jean-Marc Ayrault présentait, en tant que président du groupe socialiste à l’Assemblée, une proposition de loi « visant à interdire l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels ». (…) [il] expliquait alors que « les rendements espérés [des gaz et huiles de schiste] ne valent rien par rapport aux risques sur la santé publique. »

    Jean-Marc Ayrault fait maintenant savoir que le débat sur les gaz de schiste n’est, tout compte fait, « pas tranché ». Nathalie Kosciusko-Morizet a beau jeu d’accuser le premier ministre de « duplicité ».

    eh oui… les pitres qui nous gouvernent préparent le retour triomphant d’une droite… de + en + dure et de + en + décomplexée.

  5. MOAMOA

    En parlant de pitre (qui est un euphémisme bien sûr)… au cas où cela aurait échappé à certain-e-s, cela date du 29 aout :

    Selon le Canard Enchaîné, l’ancien chef de l’Etat pourrait bientôt recevoir un cachet de 250.000 euros de la part de la banque d’investissement américaine Morgan Stanley pour une conférence de trois quarts d’heure. (…)

    250 000 euros de la part d’une banque à destination d’un politique… douteux, non? c’est sûr quec’est pour la conférence?

    Le bonus :
    (…) Il rejoindrait ainsi le cercle des anciens leaders politiques reconvertis à l’expertise internationale, où siègent déjà Bill Clinton et Tony Blair. Un projet auquel il pensait déjà en 2008.

    http://www.leparisien.fr/politique/nicolas-sarkozy-un-conferencier-evalue-a-250-000-euros-29-08-2012-2141977.php

Les commentaires sont clos.