Pendant le barnum, les affaires continuent…

Malgré ce qu’en disent les manifestants contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, on parle en fait beaucoup de ce qui doit devenir le « nouveau Larzac ». Par contre, dans le même temps, on continue en France à construire des autoroutes dans le plus grand silence…

Un projet de 2×3 voies routières doit voir le jour dans le sud du département du Val d’Oise à une dizaine de km de Paris. Le tronçon envisagé d’une longueur de 11 km doit relier les communes de Soisy sous Montmorency à l’Ouest et de Bonneuil en France à l’Est.

De part et d’autre, existent déjà deux petits tronçons de Soisy à l’autoroute A15 et de Bonneuil à l’A1. Il s’agit donc à terme d’une nouvelle liaison routière (ou autoroutière) entre ces deux autoroutes, en plus de l’A86 et de l’A104 existantes.

Ce projet très ancien (il date de 1937 !) est d’actualité car le Conseil Général, Maître d’Ouvrage, veut absolument le boucler. A cet effet, il mène actuellement une « concertation » comme le lui a recommandé la Commission Nationale du Débat Publique avant l’enquête publique qu’il compte lancer l’an prochain.

L’infrastructure serait sous la forme d’une 2×3 voies routières dont une voie en TCSP (Transport en Commun en Site Propre). L’introduction d’un TCSP est récente et n’a, en réalité, de justification que pour permettre d’obtenir des subventions de la région IdF et de donner une image écolo-compatible au projet. En effet, le tracé, bien qu’en zone urbanisée, reste éloigné des centre villes et le TCSP n’y serait d’aucune utilité.

La majeure partie du tracé serait à l’air libre. Seule une petite portion de 500 m à Montmorency serait en tranchée couverte. Malgré cela, le coût global de l’opération est estimé à plus de 500 millions d’euros. C’est d’ailleurs pour cette raison que ce tronçon central n’a pour l’instant pas été réalisé.

Ce projet est, à notre connaissance, l’un des derniers, si ce n’est le dernier, à exister en France dans ce type de configuration : plus de 10 km de 2 x 3 voies de route express en milieu urbain quasiment sans couverture.

Pour s’opposer à cette aberration, 17 associations se sont regroupées en collectif : le collectif Vivre sans BIP (le BIP est l’ancien nom de l’avenue du Parisis).

Le collectif a pointé l’inutilité du projet, son coût exorbitant pour l’un des départements le plus endettés de France et bien sûr les nuisances associées en termes de pollution et de bruit. En effet, le tracé se situe exactement sous les trajectoires des avions de Roissy !

A l’heure où la « mobilisation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes » ne faiblit pas, certains parlant même d’un « nouveau Larzac », voici un petit projet d’autoroute qui lui ne fait pas beaucoup de bruit… Petits bouts par petits bouts, la France s’est ainsi dotée du premier réseau autoroutier au monde (en nombre de kilomètres par habitant).

Franchement, il y a quelque chose de gênant dans tout le barnum altermédiatique autour de Notre-Dame-des-Landes. Le journaliste Hervé Kempf y a fait un reportage récemment, que je vous conseille de lire, et qui montre, selon moi, les limites d’un mouvement écologiste au bord de la caricature, y compris le journaliste qui « a la larme à l’œil » à la fin de son reportage…

Ainsi, on voit des embouteillages de voitures de manifestants venant à Notre Dame des Landes pour « lutter contre l’aéroport. » Bien sûr, il y a quelques « puristes » qui traversent la France à vélo pour venir manifester, mais que dire de ces bouchons de bagnoles, comme aux heures de pointe, pour témoigner de sa présence à la « grande lutte contre l’Ayraultport ».

Par ailleurs, si on sait contre quoi les manifestants luttent, sait-on au juste pourquoi manifestent-ils? Il suffit de voir certains slogans affichés par les manifestants pour comprendre, ainsi celui-ci: « Tous unis. Occupation de la ZAD. Oui à l’aéroport actuel optimisé ».

En fait, le voilà le projet « alter »,  lutter pour l’optimisation de l’aéroport actuel, à savoir celui de Nantes? Traverser la France en bagnole pour réclamer « l’optimisation » de l’aéroport actuel me paraît quelque peu surréaliste… A ce train, les manifestants vont bientôt faire le siège du ministère des transports pour obtenir des crédits pour agrandir l’aéroport actuel! Au passage, j’ai en horreur ce mot technocratique « d’optimiser »…

Également, certains ont voulu frapper les esprits en parlant d’un « nouveau Larzac », comme pour faire appel à la mémoire collective du « grand peuple de l’écologie ». Franchement, si l’écologie en France ne peut se prévaloir que d’une lutte vieille de plus de 30 ans pour mobiliser ses troupes, c’est carrément mal barré! Et personnellement, cela ne me fait pas rêver, l’écologie en peau de mouton et les pieds qui puent…

En fait, on se fait « sa » grande mobilisation tous les 30 ans pour pouvoir dire à ses copains et ses enfants « j’y étais ». Et trente ans après, on refait le monde le vendredi soir entre copains devant une bonne bouteille, les 4×4 garés devant la villa, à se rappeler les bons souvenirs quand on mangeait du fromage de chèvre et qu’on faisait des doigts d’honneur aux CRS…

Bien sûr, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, cet aéroport est évidemment une aberration, mais comme celui de Nantes qu’il faudrait « optimiser » selon certains manifestants et comme tous les autres aussi au passage. Et comme aussi les autoroutes que la plupart des manifestants en bagnole utilisent pour venir de toute la France à Notre Dame des Landes…

Mais bon, le Larzac il y a 30 ans, Notre Dame des Landes aujourd’hui, un autre gros projet inutile dans 30 ans, on ne va quand même pas lutter tous les jours contre tous les projets d’autoroutes!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

5 commentaires sur “Pendant le barnum, les affaires continuent…

  1. lulu35

    C’est sur que ce projet c’est l’arbre qui cache la foret et qu’il faut dire non à tous les autres aussi, mais de là à mettre tout les opposants dans le meme panier (en les caricaturant en ex-bouseux et futur proprio de 4×4 et villa !!)

    Je ne pense pas que « Oui à l’aéroport actuel optimisé » soit le principal point de vue ou slogan des opposants.

  2. Tassin

    Oui pareil que Lulu35. J’invite l’auteur de l’article à discuter avec les opposants sur le terrain parce que ce sont vraiment les derniers à souhaiter l’augmentation du trafic aérien.
    A la limite si l’argument de « l’optimisation de l’aéroport actuel » est diffusé c’est surtout pour éviter l’image de « khmers verts intégristes décroissants » que les médias s’empresseraient de colporter.

  3. MOA

    Marcel Robert : « Par ailleurs, si on sait contre quoi les manifestants luttent, sait-on au juste pourquoi manifestent-ils? Il suffit de voir certains slogans affichés (…) pour comprendre, ainsi celui-ci: « Tous unis. Occupation de la ZAD. Oui à l’aéroport actuel optimisé ».
    En fait, le voilà le projet « alter », lutter pour l’optimisation de l’aéroport actuel, à savoir celui de Nantes? »

    Il « suffit » de voir certains slogans pour en tirer une généralité sur la motivation de l’ensemble des manifestants… mouais… provocateur? ou bien?

    Car non, on ne peut pas limiter ce mouvement de contestation à juste quelques pancartes telles que celle décrite dans l’article.

    Hélas dans tout mouvement contestaire qui rassemble beaucoup de monde, tous les participants ne sont pas au même niveau de « conscientisation »… et l’on peut donc voir ce genre de panneaux absurdes.
    Un peu comme on a pu voir/entendre certains participants des mouvements des Indignados ou des Occupy wall street demander juste qu’on leur donne la chance de pouvoir participer à l’orgie de la société de sur-consommation, sans poser la question du capitalisme, du travail, bref de l’ordre dominant tel qu’il est et qui provoque (par nécessité de survie) ces « crises ».

    Marcel Robert : »Mais bon, le Larzac il y a 30 ans, Notre Dame des Landes aujourd’hui, un autre gros projet inutile dans 30 ans, on ne va quand même pas lutter tous les jours contre tous les projets d’autoroutes! »

    A noter qu’avant l’ayraultport, il y avait eu aussi un tres grand rassemblement contre les gaz de schistes il y a 1 ou 2 ans… (gaz qui vont revenir bientôt sur le devant de la scène… qui ne l’ont jamais quitté soit dit en passant…).

    Donc en l’occurence, ce n’est pas tous les 30 ans que de grands rassemblements se font… 😉 la fréquence a tendance à se rapprocher… hélas…

    Marcel Robert :  » mais que dire de ces bouchons de bagnoles, comme aux heures de pointe, pour témoigner de sa présence à la « grande lutte contre l’Ayraultport ». »

    Témoigner de sa présence? pour les plus médiatiques sans doute. Quoi qu’il en soit, le nombre crée la « masse critique » il me semble.
    Avant que ce nombre ne soit présent, les occupants de la zad se faisaient expulsés manu militari… et leurs habitats détruits.

    Bref, au delà de l’alter-médiatisation, du traitement façon « société du spectacle », de la récup de certains partis politiques l’intérêt que je vois à ces grandes manifestation (autre que la simple « ballade du dimanche » derrière des syndicats sur un parcours réglementé et autorisé ) c’est qu’à travers cette capacité à se mobiliser, on (une partie du peuple) se rend compte qu’il est possible de s’organiser… c’est faisable, c’est possible… et c’est motivant pour les prochaines fois… c’est motivant car cela permet de prendre des habitudes, de mettre en place des façon de communiquer, de fédérer les différents courants, les différentes sensibilités (avec la possibilité de « conscientiser » ceux qui n’ont qu’une vision parcellaire du bordel) et ainsi peut être un jour, agir en contre-pouvoir démocratique… (contre-pouvoir qui n’existe pas/plus. La séparation des pouvoirs n’étant que formelle, le medias dominants ne jouant pas ce rôle, et la democratie représentative étant un leurre…).

    Je ne sais pas si cela aboutira à quelque chose mais ce dont je suis sûr c’est que sans ces embryons d’organisation/de motivation, on n’arrivera à rien… contre l’ « ordre économique » tel qu’il fonctionne, qui lui est parfaitement organisé.

    Bon… depuis toulouse, pas mal de bus et d’auto-partage étaient utilisés pour se rendre à la zad. Pas eu, à ma connaissance de bus cycliste en effet.

  4. apanivore

    Dans le cas de NDDL, plus que pour tous les projets autoroutiers récents, les chiffres fantaisistes de trafics prévus sont criants.

    Les gens se rendent bien plus compte des aberrations avancées par ceux qui veulent vendre le projet . Comment faire croire à quiconque que Nantes deviendra un aéroport d’envergure internationale ? Il n’y a que Nice en dehors des aéroports parisiens qui peut se targuer d’avoir une envergure internationale.

    Pour les autoroutes même si les prévisions sont toutes aussi illusoires (cf. l’A65 quasi inutilisée), le public n’a pas encore cette prise de conscience.

    Une autoroute urbaine, comme dans le Val d’Oise ne va pas paraître aberrante aux yeux de bien des gens. En ville, construire des rocades c’est encore « normal ».

Les commentaires sont clos.