La ville à 30km/h, ça marche !

La logique routière n’a aucune raison d’être en ville: la rue n’est pas la route. La rue n’est pas seulement un espace de circulation, c’est aussi et surtout un espace de vie.

C’est pour défendre cette conviction qu’aujourd’hui de nombreuses associations de protection de la nature et de l’environnement, d’usagers appellent à une autre logique pour la ville. Elles réclament la généralisation du 30km/h comme vitesse de référence.

Le 50km /h devient alors l’exception et non plus la règle. La mise en place d’une telle mesure permet tout à la fois :
– d’assurer une meilleure sécurité des usagers les plus vulnérables, en l’occurrence les piétons, en particulier les enfants, les personnes à mobilité réduite et les cyclistes,
– de réduire le bruit et la pollution de l’air dus au trafic urbain,
– d’inciter les citadins à privilégier la marche et le vélo pour les déplacements de proximité,
– plus généralement, de pacifier la ville et la rendre plus conviviale.

Ces bénéfices sont parfaitement admis et reconnus. On dispose désormais d’un recul de plus de vingt ans pour en juger, puisque c’est en 1992, à Graz, en Autriche, que pour la première fois l’ensemble d’un centre-ville est passé en zone 30. Depuis, de nombreuses autres villes européennes et françaises se sont inspirées de cette expérience réussie et ont instauré la règle du 30km/k en ville.

« La ville à 30 » est une démarche « pour la ville », une ville où tous les usagers, motorisés et non motorisés, bénéficieront de conditions globalement améliorées.

Deux parutions : l’une du collectif Ville 30
http://www.ruedelavenir.com/ville-a-30/

L’autre de Rue de l’avenir:
http://www.ruedelavenir.com/wp-content/uploads/2010/10/plaquette-ville30-vfinaleweb.pdf
.

Rue De L'Avenir

A propos de Rue De L'Avenir

Association généraliste en matière de déplacements urbains qui a pour objectif de contribuer à transmettre aux générations futures une ville plus sûre, plus solidaire et plus agréable à vivre.

9 commentaires sur “La ville à 30km/h, ça marche !

  1. Pédibuspédibus

    Il me semble que « La ville à 30 » est un très bon concept pour la première étape d’une trajectoire de transition des modes de vie, amenant vers le « car free » / « car less »:
    bien sûr tous mes encouragements malgré ma frustration après l’échec de la pétition européenne de l’an passé!

  2. Alain

    La ville à 30, personnellement, je dirais que çà ne marche pas. Car rares sont les voitures à 30 dans les zones 30 et e n’est pas les maires qui brillent pour leur efficacité à faire respecter la chose.

    Tiens, au fait, l’info du jour: Montebourg qui dit être le ministre le plus écologique du gouvernement: soutien au gaz de schiste, soutien aux bagnolos. Vive l’écologie de Montebourg!

  3. Pédibuspédibus

    Sûr que la panneautique liée au code de la route pourrait très bien dans nos villes – et ailleurs – être reconvertie en nichoirs pour les oiseaux à protéger ou réimplanter in situ, tellement la chose semble peu concerner la gent automobile…

    Quand à l’agent verbalisateur, siouplait,à inscrire tout de suite sur la liste des espèces disparues, rien que par respect pour l’écologie urbaine…

  4. BCdM

    Même si le 30 ne sera pas respecté par la plupart des conducteurs, il faut créer la limitation. Ils sauront qu’ils sont en infraction et non dans leur bon droit. Et si finalement un jour la decision est prise de sanctionner, ce sera possible.
    Techniquement la seule manière efficace de faire diminuer la vitesse des vehicules ce sont les bosses en travers de la chaussée. Comme cycliste je hais ces bosses, elles ne sont pas seuleument désagréables pour qui n’a pas de suspension, elles peuvent aussi provoquer des chutes.

  5. Vincent

    ALAIN >La ville à 30, personnellement, je dirais que çà ne marche pas

    Question de volonté politique.

    Ce qui fait l’efficacité d’une loi, c’est la probabilité de se faire choper.

  6. Struddelstruddel

    De NO BRAKES
    « avec mon fixie ou singlespeed je dépasse allégrement le 30…. »

    L’impact n’est pas le même, la petite rue à 30 qui borde mon quartier n’a pas de trottoir et il faut marcher à contre sens sur la chaussée (à sens unique), sauf que la plupart des automobilistes sont à 50 voire plus (rien pour ralentir la vitesse), je passe donc mon temps à me planquer dans l’herbe dès qu’une voiture arrive de peur qu’elle ne percute la poussette.

    Il y a un contre-sens cyclable sur cette rue également, mais il n’ets matérialisé que par un fléchage avec des petits vélos, il n’y a pas de bande pour séparer la voie, du coup les voitures sont à 50 en collant sur leur gauche, le contre-sens est donc impraticable sans se planquer toutes les 5 min entre les voitures garées derrière celui-ci.

    -> Il n’y aurait aucun problème avec des vélos tenant leur droite ou roulant au milieu de la chaussée, même à 40 km/h car ils ont très peu de risque de me percuter..

  7. Barnabé

    Bonjour,

    Je vous propose un très bon article sur les « zones 30 » par un gars du sérail (routier, mais il s’est soigné, il est cycliste prêchant et pratiquant) qui a vu comment ça se passait, et explique très bien en quoi ça a foiré.
    http://www.mdb-idf.org/spip/spip.php?article410

    On comprend aussi pourquoi si on applique la même logique aux « zones de rencontre », un nouveau panneau avec 10km/h de moins ne fera pas tout à lui seul.
    Pour la ville ça me semble pareil : il faut « mettre un pied dans la porte », mais ensuite avancer vers un univers où l’automobiliste comprendra qu’il est uniquement toléré, et sous certaines conditions, pas qu’il est chez lui. Et continuer un système de crémaillère.

    [Disclaimer : ne pas lire si vous montez vite dans les tours !]
    Et sur la réduction des vitesses en général, un très bon enfumage d’un dinausaure de l’ère post-pompidolienne :
    http://www.latribune.fr/blogs/cercle-des-ingenieurs-economistes/20140103trib000807759/reduire-les-limitations-de-vitesse-c-est-freiner-la-croissance-et-l-emploi.html
    J’ai eu le regret de retrouver son « 23,44% de champ d’action en moins » dans d’autres médias, parlant « d’experts économistes » sans citer la source (mais je l’ai reconnu !). Alors que c’est quand même son pseudo-calcul le plus foireux.
    J’ai d’ailleurs commenté l’article, de façon un peu véhémente il est vrai (je vous laisse deviner sous quel pseudo). Mais ces faux experts qui racontent n’importe quoi sous couvert d’un gros CV et de raisonnements fumeux, ça m’énerve autant que du Allègre.

    Cordialement,

  8. Zeed

    Dans le 19.45 de M6, à la question pour ou contre l’abaissement de la
    limitation de vitesse à 80 km/h sur route nationnale, 78% des votants ( donc automobilistes ça va sans dire ) sont contre.

    Ce qui signifie donc que 78% des bagnolards en France sont potentiellement
    des chauffards.

    À réfléchir sérieusement….

Les commentaires sont clos.