La pollution automobile comme arme politique

coal-rolling

T’es pas content de la politique du gouvernement? Trafique ton 4×4 pour qu’il crache une fumée noire et toxique sur les passants, cyclistes et autres voitures électriques!

Ça se passe aux USA et c’est la nouvelle mode chez les cons-ducteurs conservateurs hostiles à la politique d’Obama. Pour crier votre haine de l’écologie, de l’environnement ou du climat, il suffit d’acheter un kit à installer sur votre voiture pour lui faire cracher à volonté et au moment de votre choix une fumée bien noire et abondante qui viendra aveugler et enfumer ces idiots de piétons ou de cyclistes…

C’est un peu cher, ça consomme plus, c’est dangereux car les autres usagers de la route se retrouvent aveuglés dans les fumées, et c’est toxique et polluant à souhait! Bref, que des avantages…

Cette nouvelle mode s’appelle le « coal rolling » (« charbon roulant »). La fin d’un monde s’annonce par des signes contradictoires… La pollution augmente, le climat se dérègle, les ressources pétrolières s’épuisent: polluons encore plus pour faire chier ceux qui nous alertent sur la gravité de la situation!

Un commerçant du Wisconsin qui vend les pièces permettant de modifier son véhicule afin qu’il pollue davantage, résume la démarche de ses clients : « J’en rencontre des tas qui détestent Obama. Si le président est pour l’environnement, s’il est pour ci ou pour ça, alors, eux, ils sont contre, par principe. Ils balancent cette merde de leur camion, c’est leur façon de faire un bras d’honneur. Vous voulez de l’air pur et une empreinte carbone minimale ? Allez-vous faire foutre !« 

Amis piétons et cyclistes, si vous vous prenez une bonne dose de fumée noire dans la gueule un de ces jours, vous saurez que ce n’est pas juste de la pollution normale comme on en a tous les jours, mais c’est un « geste politique » de contestation. Nuance…

Source: http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/21/vrouuuuum-le-coal-rolling-ou-comment-polluer-plus-pour-polluer-plus-et-sopposer-a-obama/

AutoMinus

A propos de AutoMinus

Rédacteur de Carfree France, spécialiste des questions psychologiques de l'automobile, en particulier concernant le 4x4, les courses de formule bourrin, le paris-dakar, les courses de quad, la moto et toutes les conneries motorisées qui polluent la vie

10 commentaires sur “La pollution automobile comme arme politique

  1. Flipper07

    Quel beau pays tout de meme. Ca fait rever de voir comment certains de nos concitoyens se comportent.

  2. LomoberetLomoberet

    Rien de nouveau sous le soleil.
    Les chars d’assaut russes avaient déjà ce dispositif il y a 60 ans.
    Toutefois, c’était uniquement destiné à créer de la fumée pour se dérober aux regards des adversaires.
    Chez les Popofs, c’était seulement tactique, alors que chez les Caincains, c’est toc-toc

  3. Jean-Marc

    C est une des caractéristique malheureuse du système :

    Chacun ne peut (outre son influence sur les autres) diminuer que SA consommation, et donc n agit que sur une « faible » pollution individuelle

    (« faible » entre guillements : entre la pollution d’un occidental moyen et celle d’un pakistanais ou ougandais moyen, l occidental « normal » a une empreinte carbone et écologique gigantesque)

    par contre, si on veut, et si on a les moyens, on peut toujours polluer encore et encore plus.

    Ainsi, difficile de prendre moins l avion que 0 fois par décennie, en étant cycliste.
    Par contre, ceux qui prennent l avion 1 fois par décennies, peuvent passer à une fois par an, puis une fois par mois, voire encore plus…

    et ceci, en rallongeant leurs kilometrage en voiture, et en passant d’une voiture consommant dans les 3 litres d essence (une petite citadine) à un kilomètrage supérieur, fait avec un gros SUV hybride diesel-électrique style prius, consommant plus de 5l, auquel s’ajoute à sa pollution thermique, dans son cycle de vie, celle du moteur élec, et des batteries rajoutées en décorations emblématiques…

    Aucune limite supérieure à l empreinte carbone et l empreinte écologique.

    C est bien pour çà que, contrairement à ce que nous sortent fréquemment ceux qui connaissent mal le dossier, ce n est pas le nombre d habitants sur terre qui pose problème, mais bien la consommation des plus pollueurs, sur laquelle il faut donc principalement agir
    (c.f. Hervé kempf : « comment les riches détruisent la planète » et sa suite sur la capitalisme)

    (ainsi nous pourrions être 20 milliards d’équivalent pakistanais, la terre s en porterait mieux que maintenant, alors qu’à 1 milliards d etats-uniens, et rien qu’eux sur terre, la situation serait pire qu’actuellement..)

    de même, on peut réduire sa consommation de viande et des pires viandes (VEAU, boeuf, mouton, porc) pour consommer surtout de viande moins pire (volailles, kangourou, lapin), et surtout moins de viande (mais des oeufs et des légumineuses, champignons, levures voire insectes).

    Mais rien n empêche (sauf sa crise cardiaque… qui risque de ne pas trainer, ou ses reins, qui vont lâcher ^^) une personne de faire un régime hyperproteïné par de la viande de veau et viande rouge. en ne mangeant quasi que celà…

  4. Pédibuspedibus

    avec notre troupeau de bouseux-diéséleux tricolore à motorisation déglinguée pas besoin d’enfumage pour faire chier davantage l’entourage…

  5. no brake

    un peu de patience….cela va bientôt arriver en France…la beauf attitude dans toute sa splendeur…faudrait inventer un système pour boucher le pot échappement pour un retour illico dans l’habitacle et 1 crétin motorisé en moins pour combien de vies sauvées…

  6. Pschitt

    « de même, on peut réduire sa consommation de viande et des pires viandes (VEAU, boeuf, mouton, porc) pour consommer surtout de viande moins pire (volailles, kangourou, lapin), et surtout moins de viande (mais des oeufs et des légumineuses, champignons, levures voire insectes). » => Ou bien on peut réduire sa consommation à zéro, en devenant végétalien, ou presque à zéro, en devenant végétarien… Pourquoi faire dans la demi-mesure ?

  7. vesan

    Je rappelle qu’on peut récupérer les innombrables cadavres d’animaux (de toutes espèces) qui jonchent le bord des routes si on se veut carnécolo, ou si on est amateur de « viande bio » (un bel oxymore !).

  8. Jean-Marc

    « Ou bien on peut réduire sa consommation à zéro, en devenant végétalien, ou presque à zéro, en devenant végétarien… Pourquoi faire dans la demi-mesure ? »

    Certes…
    Pas sûr que tu ait bien saisi mon raisonnement parallèle, je me paraphrase donc :

    on peut tjrs réduire sa conso de transport, en prenant moins l avion ou l auto (avec un minimum : le 0 voyage avion, et le tous transports en vélo+marche) MAIS il n y a (quasi) pas de limite supérieure : qq un peut toujours prendre une fois de plus l avion par unité de temps

    de même,
    on peut tjrs réduire sa conso de viande, en prenant moins de viande la pire, et moins de viande (avec un mimimun : la non conso totale de viande) MAIS il n y a (quasi) pas de limite sup : on peut toujours manger un peu plus de viande de veau/boeuf/mouton/porc qu avant.

    Ainsi, en dessous de 0 (vélo-marche; végétarien; habitat collectif de plusieurs étages avec collocations autoconstruit avec murs mitoyens et bien isolé thermiquement par du chanvre et ouate de cellulose bios locaux; vêtements d’occase/friperie/dons/récup en poubelle en lin, chanvre et bambou bio), on ne peut pas descendre…

    (bon, on peut toujours vivre dehors et nu, si l habitat et les vêtements que je propose en limites inférieures sont considérés comme trop loin du « 0 »)

    par contre, on peut toujours faire pire….

    (du moins, si on en a les moyens, c.f. « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » d Hervé Kempf, la suite fort logique de «  comment les riches détruisent la planète »)


    D ailleurs, niveau écologique, même si le principal pb alimentaire est la viande, ce n est pas le seul :

    http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette.html

    ainsi, outre la viande de Veau, puis la rouge, puis la viande,

    dans le domaine de la souffrance animale, il n y a pas que la viande :
    ainsi les oeufs 0FR (bio de plein air) ou 1FR (plein air) sont à privilégier sur les oeufs de poules entassées en batteries ne voyant jamais le soleil (3FR.. ou 3B ou 3IT ou 3D)

    – il y a le NON bio qui pose pb, largement pire que le bio

    – le surgelé (empreinte carbone de la chaine du froid) est largement pire que le frais ou -même- que l apertisé (les bocaux/conserves)

    – choix aliment dans une catégorie :
    dans les féculents (comme dans les autres aliments) le choix de l aliment :
    le riz (absent de ce graphe, mais info trouvée ailleurs) est moins bien que le blé, lui même moins bien que les pommes de terre.

    dans les poissons, les harengs, maquereux et sardines sont les mieux.
    les saumons, truites et thon, les pires écologiquement… et les pires pour la santé des consommateurs :
    bout de chaine alimentaire = les plus pollués aux métaux lourds et PCB
    (pour ceux d élevage, celà va dépendre s’ils sont élevés en pleine mer ou étang : en pleine mer, ils ont les pb des animaux de pleine mer PLUS ceux des animaux d »élevage intensif; en étangs, uniquement les pbs des élevages intensifs : pas d’omega 3, trouvables que dans animaux sauvages, multiples maladies+parasites et antibio posent plus pb que les métaux et PCB)

    Dans les jus :
    l orange est la pire, suivi des autres agrumes (demande en eau importante + transport)
    la pomme et poire bio locales sont les mieux

    préférer les jus non filtrés non clarifiés (apport de produits intéressant pour l organisme) aux jus clairs, clarifiés, qui ne sont plus que de l eau du fruit, naturellement sucrée et colorée par les fruits….

    et.. préfèrer les fruits aux jus… l apport est encore plus intéressant…
    [la SEULE boisson indispensable étant l eau… et plus particulièrement l eau du robinet; les autres boissons sont des plaisirs, des luxes, qu’on peut limiter/réserver à certaines occasions ou banir (comme les boissons industrielles artificielles)]

    – raffinage
    Les produits inutilement raffinés qui posent pb :
    ils ont moins d extrait sec, se digèrent plus vite (donc aident à devenir diabétique et obéses, car ils créent un pic de glycémie et rassasient moins longtemps),
    autre inconvénients : ils apportent moins d oligo-éléments (variété), et en moindre quantité… si bien qu’ils favorisent les risques de carences

    résultat : le complet est mieux que le semi-complet, lui même mieux que le raffiné
    (féculents, farine à chiffre élevé, sucre,…)

    cependant, selon l ingrédient, et selon l habitude alimentaire/intestinale des personnes, parfois, pour ceux qui ne sont pas habitué, il convient de prendre du semi-complet.

    – le gaspillage :
    la pire chose, c est le gaspillage, les achats de trop :
    si c est pour jeter le tiers des produits achetés, car on fait des stocks pour des semaines, et qu’on laisse passer les dates, on a fait le pire choix…

    (en sachant qu’une DLUO n est pas une DLC :
    on peut TOUJOURS consommer un produit à DLUO plusieurs années après sa DLUO, s’il a été conservé dans un endroit sec ou avec un emballage hermétique. exemples de produits à Date (limite) d’Utilisation Optimale : pâtes/riz déshydraté(e)s (par opposition aux pâtes fraiches), gâteaux secs, chocolat,…)

    et, bien sûr, privilégier les produits les moins transformés, locaux, frais, achetés en circuits courts; aux plats préparés les plus élaborés achetés en supermarchés.

    ainsi, préferer 1kg de pommes (ou poires, ou …) bio locales, de saison, venant d’un panier d’une AMAP ou d’une épicerie bio indépendante

    à une compote de pomme industrielle dans une poche à boire, pleine d eau, de sucre, de colorants, conservateurs, et entourée de publicité et d’emballage plastique jetable, achetée dans une grande chaine de supermarchés industriels
    (un produit largement moins bon pour la santé :
    plein d eau et sucre = pic de glycémie +digession plus rapide + non bio (extrait sec moindre) => risque de diabète augmenté, risque d obésité augmenté, et produit qui rassasie moins lontemps)

    on trouve tjrs pire : partons de la pomme :
    pire que la compote industrielle en conserve métal de 800gr,
    on trouve la compote industrielle en portion plastique individuelle

    mais pire existe :
    le compote industrielle en portion plastique individuelle FRAICHE, à mettre au frigo (coup marketing…)
    rajoutant la chaine du froid dans les consos de ce produit

    et encore pire, la même, en emballage ultra-complexe, utilisant plus de matériaux : la poche à boire jetable…

    étape suivante ?
    la poche à boire jetable vendu dans un mini-frigo jetable/avec une capsule rafraichissante à presser/percer avant usage ?
    celà peut paraitre absurde,

    mais, il y a 10 ans, personne n aurait imaginé que des gens préfereraient payer 4 fois plus cher une dose individuelle de café dans une capsule d aluminium (un métal lourd neuro-toxique, cause avérée d’alzheimer… et dont la percution, la presssion et la chaleur favorisent fortement l extraction…) utilisable uniquement sur une machine donnée nous liant aux choix et prix du vendeur; à un simple paquet de 250gr (ou 1kg), utilisable par tous les percolateurs de qualité (ou cafetières filtre basiques).

  9. JAN

    Il n’y aurait donc pas de norme et donc de contrôle anti-pollution dans le Wiscontin ?

Les commentaires sont clos.