Un projet artistique mondial pour remplir les parkings

L’art contemporain est parfois surprenant. On connaissait les œuvres conceptuelles plus ou moins incompréhensibles ou les « performances artistiques » plus ou moins théâtrales, l’artiste international Marcel Robert semble franchir une nouvelle limite avec un vaste projet artistique mondial visant à remplir de voitures les parkings de supermarchés de la planète à l’aide des nouvelles technologies de géolocalisation et d’imagerie satellitaire.

Son idée est assez simple: les supermarchés et autres centres commerciaux bénéficient d’immenses parkings souvent à moitié vides. Pourquoi ne pas les remplir de voitures afin de réaliser de belles images aériennes et satellites que l’on pourrait ensuite visualiser sur Google Maps?

Marcel Robert déplore en effet le « sinistre effet visuel » de ces parkings où trop de places restent inoccupées. « Vu du ciel, cela m’a toujours gêné de voir des parkings de centres commerciaux presque pleins mais où il reste encore quelques places de libres; c’est un peu le chaînon manquant, la goutte d’eau qui ne fait pas déborder le vase, l’impression de rater la perfection picturale d’un immense parking parfaitement rempli de voitures« .

C’est pourquoi, l’artiste développe actuellement un système informatique « connecté » proposant par smartphone à tous les automobilistes de se rendre à des heures précises certains jours dans certains centres commerciaux « afin de les remplir de voitures« .

Marcel Robert planifie ces remplissages de parkings en fonction du programme de passage des satellites utilisés par Google Maps. Si un satellite doit passer par exemple un samedi matin au-dessus d’un centre commercial de la banlieue parisienne, Marcel Robert activera son programme informatique pour envoyer tous les automobilistes préalablement inscrits dans ce centre commercial afin de remplir le parking de voitures avant le passage du satellite. Ainsi, les images de Google Maps montreront ensuite de « magnifiques parkings remplis de voitures colorées« .

Selon Marcel Robert, il est préférable de se concentrer principalement sur les passages de satellites le samedi car « c’est le jour où il y a déjà le plus de voitures sur les parkings de centres commerciaux, qui seront donc plus faciles à engorger« .

C’est à n’en pas douter un projet original mêlant adroitement démarche artistique et vie quotidienne qui donnera l’occasion aux automobilistes de participer à un vaste projet mondial de décoration de la planète.

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

13 commentaires sur “Un projet artistique mondial pour remplir les parkings

  1. Pim

    Salut Marcel,

    sais tu que ton idée n’est pas si neuve? En effet, les supermarchés américains ainsi que les chaînes de fast food dépensent des fortunes en commandant de manière hebdomadaire des images satellite afin d’effectuer des comptages de voitures sur les parkings et ainsi évaluer les chiffres d’affaires et autres …

    Plus c’est rempli, plus c’est joli…. pour leur porte monnaie

     

  2. rétropédaleur

    çà ne m’étonne pas de l’imposture qu’est « l’art contempourien » .

    L’un de ces « artistes » avait exposé des animaux vivants soumis à je ne sais plus quelle torture.

  3. Alexandre

    Un petit rappel à la loi s’impose 🙂

    « L’usage illicite de l’une des substances ou plantes classées comme stupéfiants est puni d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende » (Article L.3421-1 du Code de la santé publique).

  4. Pédibuspédibus

    Nous sommes là au cœur des représentations : ce qui fabrique l’image de l’automobile. Et là encore plus d’un siècle de ciném

  5. Pédibuspédibus

    Nous sommes là au cœur des représentations : ce qui fabrique l’image de l’automobile. Et là encore plus d’un siècle de cinéma et de littérature nous devancent…

    Comment faire de la « contre culture » pour décrédibiliser l’objet qui nous mobilise sur ce site, où beaucoup a déjà été dit et où on pourrait largement piocher pour  fabriquer la « riposte »?

    La réponse est culturelle et nous devons mettre en évidence dans le système automobile ce qui ne semble pas « sauter aux yeux » en termes de laideur : en piste donc pour traquer artistes, créateurs, chercheurs, relais d’opinion… pour déconstruire et reconstruire l’image du monde, actuellement intacte sortie du moule idéologique fordiste nord américain du siècle dernier…

  6. Marcel RobertMarcel Robert

    En tant qu’artiste international, je vais dépenser une peu de mon temps précieux pour m’abaisser à répondre à quelques commentaires. Comme le disait Alain Delon, l’artiste, c’est-à-dire moi-même, a voulu signifier quelque chose. Ce quelque chose est en-deçà de l’étant tout en étant par-delà l’être.

    Le temps que vous compreniez ce que je viens de vous apprendre, je peux vous dire que je savais, bien sûr, que la technojolie des images satellites est utilisée par les supermarchés depuis longtemps, y compris en France.

  7. paladurpaladur

    C’est un canular… Ce que je considère comme un « sinistre effet visuel », ce sont ces parkings géants.

  8. antivoiture

    Haha magique ce billet, entre cet article canulartistique et cette parfaite imitation de blabla de tanguy bozardeux : »Ce quelque chose est en-deçà de l’étant tout en étant par-delà l’être. », je suis comblé !
    Ce projet de décoration pourrait s’accompagner de quelques illuminations ou lumineuses explosions digne d’un film d’action américain, sans vouloir faire l’apologie du terrorisme haha.

  9. manu ho

    Ce n’est pas de l’art mais du marketing au profit des grandes surfaces. C’est nul.

  10. Pim

    A propos de banlieue.
    A la lecture de cet article de Challenges sur les difficultés du groupe Auchan, doit on y voir la fin du règne des hyper aux parkings géants sur les ZAC ?

    Et surtout le retour dans les villes des épiceries, meme sous l’enseigne de ces groupes?

    http://www.challenges.fr/entreprise/20150129.CHA2631/la-verite-sur-les-difficultes-d-auchan-en-france.html

     

    «  » » » » »Extrait » » » » » » » » » » »

    Dépendant de son format de très grands hypermarchés – il [Auchan] en a 128 –, le groupe souffre de la désaffection des clients sur le non-alimentaire, secteur le plus concurrencé par les spécialistes et l’Internet. S’il multiplie les innovations comme le click and collect ou le paiement sans contact, la croissance reste ailleurs. Surtout dans les formats de proximité, qui cartonnent chez les concurrents

    «  » » » » » » » » » » » » » » »

Les commentaires sont clos.