Vélo à Rouen: Question de priorité

Les pires conducteurs filmés sur une période d’un an à Rouen. Et après on s’étonne qu’il y ait si peu de vélos, et autant d’embouteillages…

Attention, document choc! Un cycliste rouennais a installé une caméra sur son vélo et a filmé pendant toute une année les automobilistes au quotidien. Cela donne 11 minutes de priorités grillées, de queues de poisson, d’utilisation de bandes cyclables par les voitures et autres « désolé, mais je vous avais pas vu! »

Un peu stressant à regarder (quand on est cycliste), mais cela permet d’objectiver la pratique automobile en ville. Ce qui est remarquable, c’est qu’il y a apparemment pas mal d’aménagements cyclables à Rouen, enfin surtout des bandes cyclables (pas des pistes séparées de la circulation).

Et ce que montre la vidéo, c’est que les automobilistes ne savent pas en fait comment fonctionnent ces aménagements (ou ne veulent pas le savoir…). Exemple: quand la bande cyclable est suffisamment large, ils la considèrent comme une voie de dépassement! Ce qui prouve bien que ce n’est pas la quantité d’aménagements cyclables qui compte, mais leur qualité.

Autre constat: les automobilistes NE VOIENT PAS les cyclistes. Parfois, on a l’impression qu’on est tout simplement pas dans leur cadre. En fait, ils anticipent essentiellement la présence des voitures sur la chaussée, pas ou peu des vélos. Aussi, ne faites jamais confiance à un automobiliste!

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

36 commentaires sur “Vélo à Rouen: Question de priorité

  1. Delcros

    Oui, ok, mais c’est un peu exagéré tout de même. Quand un automobiliste lui coupe vraiment la priorité devant le nez, c’est ok. Mais quand il arrive de loin, et qu’il voit la voiture dans le carrefour et en train de manœuvrer, c’est quand même au vélo d’adapter sa vitesse et son attitude….Mais bon, d’accord sur le constat.

  2. jean-marc argirakis

    Excellente vidéo ! c’est tout à fait ça : la jungle  ! Et encore je trouve les automobilistes très polis à Rouen, la plupart du temps on est également insultés ! Vivement la fin du pétrole, que les gens redeviennent un peu civilisés, ça ressemble à tout sauf à une humanité .

  3. jean-marc argirakis

    Le nom respect des pistes cyclables par les automobilistes  prouve que dans la conscience collective la bagnole EST REINE , elle a tous les droits ! Nous n’avons pas d’existence sociale.

  4. Frederic P

    à 9:50, c’est lui qui est limite, le gars avait son cligno, il est sensé rester derriere lui pour le laisser circuler. Mais c’est vrai que circuler à vélo relève du suicide par moment….

  5. jean-marc argirakis

    Mais bien sûr Delcros c’est au cycliste de s’adapter et d’adapter son attitude ! Et c’est d’ailleurs ce qui est démontré dans la vidéo !

  6. RonuickRonuick

    A 9:50, c’est bien l’automobiliste qui est fautif. Il change de direction, il perd donc la priorité. Le cycliste devrait par contre rester sur sa bande. Lui va tout droit, donc garde sa priorité.

    C’est un réflexe que n’ont pas encore intégré certains automobilistes !

  7. Vincent

    Vélove > Ce qui prouve bien que ce n’est pas la quantité d’aménagements cyclables qui compte, mais leur qualité.

    Tout à fait. Mais si on veut vraiment développer massivement le vélo urbain, ça implique, au choix, de garder les infrastructures existantes en imposant le 30km/h, ou de garder le 50km/h mais de construire des pistes cyclables indépendantes du trafic motorisé… ce qui implique souvent, surtout dans les villes, de prendre de la place actuellement utilisée pour le trafic motorisé.

    Et c’est là que les élus bloquent…

    > Autre constat: les automobilistes NE VOIENT PAS les cyclistes.

    Tout à fait. Depuis je porte systématiquement un coupe-vent ou gilet fluo, la différence est très nette, que ce soit vis-à-vis des piétons ou des conducteurs d’engins motorisés. Un machin jaune fluo qui bouge, ça se remarque vite même du coin de l’œil.

    C’est moche, ça va avec rien, mais c’est très utile tant qu’on n’a pas d’infrastructures cyclables dignes de ce nom.

    Pour ce qui est de la vidéo, il faut bien reconnaître aussi que l’auteur est un peu de mauvaise foi et cherche les emmerdes. Déjà, quelqu’un qui poste autant de vidéos sur le même thème, c’est pas neutre:

    https://www.youtube.com/channel/UC8rE-HbmlCjj_xWwPm13grQ

  8. jean-marc argirakis

    hein ?   » par moment » ? J’hallucine ! C’est ton commentaire qui est  limite , j’appelle ça  de la mauvaise foi  . Cette vidéo  est on ne peut plus réaliste et je félicite celui qui l’a faite.

    C’est très représentatif de ce qui se passe dans  la conscience collective : la voiture a tous les droits et les cyclistes n’ont rien à faire sur la chaussée.

  9. alfred

    Je m’attendais à pire. Mais c’est ce que je vois tous les jours…

    On n’est pas aux Pays-Bas. Faut pas rêver…

     

  10. Anthony GrégoireAnthony

    Il y a quelques années quand j’habitais encore Rouen (je ne sais pas si c’est encore le cas), j’avais tous les jours sur mon trajet des auto-écoles garées sur la bande cyclable, on se demande après pourquoi les automobilistes se garent dessus sans se poser de question !

    Rouen est une ville très difficile à vélo, qui avait d’ailleurs reçu le clou rouillé.

    Pour être visible des voitures, plus que le gilet jaune, il faut s’imposer sur la route, ne pas rester collé au trottoir, on sort de leur champ de vision. On doit rouler au minimum dans l’alignement des roues droites des voitures. Et s’il y a peu de places pour doubler, mieux vaut zigzaguer un peu pour montrer aux automobilistes qui suivent le risque à doubler trop près (technique dite de l’homme bourré).

    D’où l’intérêt relatif des bandes cyclables, elles peuvent même rendre une route plus dangereuse pour les cyclistes que pas d’aménagement du tout.

  11. Olivier

    Totalement d’accord : les conducteurs de voiture ne voient pas les deux roues. J’ai eu 2 accidents en scooter, 2 fois par la faute d’une voiture qui ne m’avait pas vu !

    Perso, je pense qu’il faut plus de vélo et plus de scooter pour que les conducteurs pensent enfin qu’il peut y avoir autre chose qu’une voiture.

  12. Pédibuspédibus

    https://www.google.fr/maps/@44.822411,-0.56399,3a,75y,270h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1sVHNUHkfbIQV4zugLnuQvog!2e0

    https://www.google.fr/maps/@44.82168,-0.566291,3a,75y,270h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1so5WEDiCVZ_RB_0RoecXO9Q!2e0

    non et puis ça me fatigue à l’avance…

    je voulais juste montrer que Bordeaux est une ville fantastique pour l’automobile : un trottoir sur deux est dévolu à son stationnement

    La bagnole de Google street view a balayé la ville en juillet et août 2014 : ça me prive du plaisir de vous offrir une rangée d’une trentaine de véhicules à cheval sur piste cyclable et trottoir (rue St Genès)…

    Bref tout ça ne vaut pas la compilation rouennaise animée, dynamique, où voit si bien ce comportement « autocentré ». Mais si vous saviez comme on aime la bagnole de ce côté-ci de la Garonne, comme on en abuse, stationnée ou lancée à tombeau ouvert, zone 20, 30, 50, « partagée » (mon œil…) : zone de non droit dans toutes les rues bordelaises bordéliques…

    Oui l’individu postmoderne ne veut pas s’engager, ça l’emmerde, sauf en bagnole, et l’obstacle mode actif est vite jaugé comme négligeable… Nous sommes des esthètes. Votre compagnie m’est agréable. Continuons.

  13. Laurent

    Cette vidéo démontre que nous ne sommes pas vus par les automobilistes. Sans doute exagère-t-il à certains moment mais je comprend son exaspération puisque je subis aussi l’automobiliste dans ma ville et c’est vraiment gavant à la longue.

    Il est vrai que la conduite en ville exige une très grande attention, quel que soit le véhicule utilisé. La routine, l’habitacle chauffé, le kit mains libres dans l’oreille, les publicités en ville, la belle fille qui attend à l’arrêt de bus, l’autoradio, sont autant de facteurs qui distraient des automobilistes déjà coupés du monde extérieur.

    Mais une fois qu’on a intégré ce facteur, ce n’est plus vraiment une difficulté. Il faut simplement anticiper la bêtise potentielle de l’automobiliste et faire preuve de pragmatisme tant à l’égard des automobilistes qu’à propos du code de la route (qui est avant tout pensé pour la fluidité du trafic automobile) – la simple volonté de conserver son intégrité physique justifie largement les entorses aux règles.

    En tout cas, c’est une vidéo très pédagogique.

  14. SeptentrionalSeptentrional

    Ça me permet de me plaindre justement du comportement de nombreux automobilistes qui « forcent le passage». Quand ils n’ont pas la priorité ou qu’ils voient un transport actif approcher bien ils s’avancent pour vous bloquer la route. Et je suis piéton tous les jours à Montréal.

    Je sais, les lois et règlements ne sont pas les mêmes que dans votre État, mais les comportements des têtes de nœuds sont les mêmes au volant de leur engin de mort.

    Ce sont ces maudites « petites infractions» que les policiers ignorent sciemment, et c’est là une déduction que je peux voir tous les jours. Quand ils ne regardent que d’un côté, ces conducteurs, ils font exprès. Quand ils accélèrent et vous poussent. Quand ils foncent malgré que la loi leur interdit de traverser une intersection s’ils ne peuvent pas se placer sécuritairement de l’autre côté, etc. Ils en font fi sciemment.

    Parce que eux ils sont gros et peuvent vous intimider et vous contraindre à les laisser vous rouler dessus. Au diable les priorités.

    J’ai toujours refusé le permis de conduire, je fais des choix d’emplois et de logements en conséquence parce que je ne peux pas ignorer que je mettrais d’autres en danger pour un accroissement de mon pouvoir, pouvoir d’insensibilité dirais-je.

  15. Hubert

    Voila quelqu’un qui fait preuve de témérité et d’une certaine forme d’agressivité envers les automobilistes.

    Pour ma part, j’ai cessé d’être cycliste en ville. Je ne suis ni suicidaire, ni militant. De plus, la météo et la géographie rouennaise étant ce qu’elles sont, je suis plus à l’abri dans l’habitacle de mon automobile.

  16. DAVID

    C’est comme dans la vraie vie: en regardant la vidéo je revis mon quotidien de vélotafeur !! On se sent moins seul.

    Mais ce qui m’échappe un peu parfois dans la vraie vie et que l’on voit vraiment bien dans le travail de montage réalisé par la vidéo, c’est à quel point les automobilistes font figure d’infirmes, d’impotents, d’invalides, de gros mous du cul qui ont perdu tous leurs réflexes, qui n’ont plus aucune vivacité ni sensibilité au monde extérieur, espèces de zombies ramollis et décérébrés.

    Donc, même si face à la connerie de la bagnole on a parfois (souvent?) aussi un peu la rage… le vrai pouvoir, l’énergie, la fraîcheur, la vigueur, la vitesse, le peps, la liberté, tout ça, c’est le vélo! Et c’est comme ça qu’on va gagner !!!

  17. Zeed

    Et dire que les automobilistes pleurent leur race qu’il y a trop de répression,pffffff en plus ils sont comiques !

    Homo-Automobilus = Homo-Débilus !

     

  18. kw

    Réponse de la mairie quand aux voitures garées sur les trottoirs (à < 5 minutes à pied d’un vrai parking gratuit) : on va investir dans de nouveaux parkings.

  19. bikeman

    @ Hubert : « 
    une certaine forme d’agressivité envers les automobilistes »

    Réponse proportionnée à la violence routière dont le cycliste est la victime… Et encore il reste zen et plutôt pédagogue…

    Pour ma part je trouve cette vidéo très réaliste et bien faîte, on reconnait bien là les comportements omnipotents des automobilistes autosolistes…

    Merci pour cette vidéo.

  20. bikeman

    Bientôt 13 000 km parcourus à mon compteur de vélo, principalement en ville.
    Aucun accident à déplorer, qq petites frayeurs mais rien de grave.

    La clé pour être bien vu en ville : une frontale sur le casque en complément du phare avant (si possible puissant) de vélo. Le bagnolard nous voit bien.
    En cas de croisement dangereux, là on active le mode clignotant puissant de la frontale, le trafic se fige, c’est magique!!

  21. Zaph

    super vidéos, on a l’impression d’y être, de revivre des situations rencontrées.

    Je me souviens lors de ma seule collision à vélo, en 20 ans de pratique urbaine quotidienne, de la réflexion de l’automobiliste qui m’avait renversé en ouvrant sa portière « pardon je ne vous avez pas vu  » (étonnant…) comme  je lui faisait remarquer  » non , vous n’avez pas regardé c’est pas pareil » son silence gêné venait confirmer mon propos.

    Et c’est bien là le vrai problème. On aura beau avoir des lumières magiques, des sirènes stridentes, mettre gilet fluo, habits clairs , nez rouge clignotant etc etc … tant que le citoyen dans son char d’assaut ne sera pas attentif le problème ne sera pas résolu. Et comme conduire un véhicule rend autiste, et bien ce sera encore à nous cycliste d’anticiper leurs bêtises pour garder notre intégrité physique.

    C’est un constat  désabusé mais je ne vois pas comment « rééduquer »  quelqu’un qui est ainsi dans sa bulle climatisée, insonorisée avec ce sentiment de puissance et d’immortalité .

    Si seulement lors de l’apprentissage de la conduite automobile quelques heures de circulation à vélo était imposée, peut-être en serait-il autrement ?

    En attendant un monde meilleur, je préfère redoubler d’attention plutôt que de renoncer aux plaisirs de déplacements urbains à vélo .

  22. bikeman

    C’est vrai… Mais il existe un espoir tout de même, avec la généralisation des zones 30. A cette vitesse le danger est moindre tout de même.
    La piétonisation des centres villes également, la démocratisation des pistes cyclables (et non de bandes cyclables), la généralisation des tourne-à-droite etc..
    Sans volonté politique, dans notre monde pro-pétrole, il faut reconnaitre que c’est compliqué… Certaines villes sont beaucoup plus bike-friendly que d’autres. En espérant que les choses évoluent dans le bon sens…

  23. thibel147

    Depuis peu, j’utilise comme éclairage avant une lampe torche à LED 10 Watts (trouver sur un site chinois sur le net), qui éclaire presque comme un phare de voiture. La différente est flagrante, les automobilistes me grillent moins les priorités. Je pense que de loin ils ne savent pas quel engin arrive (motos, mob, voiture qui n’a qu’un phare fonctionnel…) mais ils ne pensent pas au vélo.

    La corne de brume à gaz ou rechargeable est aussi très efficace pour signaler au conducteur qu’il a eu un comportement dangereux.

    Sinon, remonter une file de voiture par la droite sur la bande cyclable ne me parait pas être un choix judicieux. Personnellement je remonte presque toujours par la gauche (comme les motos).

  24. CecilB

    Waouh ! finalement Nantes à vélo c’est zen! De mon coté je fais un peu plus de 100km par semaine pour aller au taf et je reconnais que les lumières fixes + clignotantes + gilet jaune + anticipation+furieuse envie de rester en vie sont les ingrédients indispensables du cycliste. Je suis aussi ponctuellement automobiliste. Du coup qd je passe du coté obscur je ne suis jamais garée sur le trottoir ou à l’arrache, je ne double pas un cycle 20m avant un feu, un stop, avant ou ds un rond point….. Bref les automobilistes devraient aussi être cyclistes pour voir. Pourquoi pas pdt quelques heures supplémentaires au permis de conduire? En tandem avec leur guide d’auto école? J’ajouterai que si les aménagements cyclables pouvaient tous être dessinés par des techniciens de confession cycliste urbain on y gagnerai bcp.

  25. Jean-Marc

    Tout à fait Anthony, septentrional et d’autres.

    @ kw, sur la « plus de parkings » de la mairie pour répondre aux voitures sur les pistes cyclables… c est malheureusement un réflexe classique… qui nécessite de la pédagogie et du temps, pour arriver à ce qu’elle agisse plus intelligemment, qu’elle adopte les solutions vraiment efficace.

     

    Pour thibel147,

    de ton point de vue personnel, pour te protéger directement, c est une solution de sortir un phare.

    Le pb, c est une solution individuelle contraignante et coûteuse = ce n est pas une solution globale :

    s’il faut que chaque piéton et cycliste mette un gyrophare, des chaussures à LED, des vestes à bandes réfléchissantes, pour qu’enfin, et seulement dans ces cas, les automobilistes qui roulent à 50 et plus en ville, puissent commencer -pour certains d entre eux seulement- à se rendre compte qu’ils existent, c est un énorme constat d échec :

    il faut que la vitesse réelle de voitures, que leur éclairage (adapté à la ville = moins fort, et n éclairant pas devant, mais lattéralement.. ou sinon, n éclairant pas/n éblouissant pas, mais rendant visible = veilleuses), et que les aménagements soient tel, qu’un piéton habillé normalement, comme 99,9% des humains en france, c est dire sans bandes réfléchissantes ni gyrophare, ne soit pas en danger de mort parce qu’à 30m, une voiture prend un virage et fonce sur lui.

     

    La protection individuelle, les Equipements de Protections Individuels, c est comme mettre un harnais relié par mousqueton à une ligne de vie :

    1 couvreur sur 10 va l utiliser; alors que, si on utilise un Equipement de Protection Collectif, comme une rembarde (temporaire) au bord du toit, TOUS les couvreurs sont protégés :

    notre EPC, c est des automobilistes qui, par la loi et la conformation des rues, soient contraint de rouler de façon NON-mortellement dangereuse, mais surtout, c est la préservation d espaces de vie = de rues piétonnes, où aucune voiture ne peut nous mettre en danger, aucun d entre nous : ni les piétons, ni les cyclistes, ni les autres personnes… comme les automobilistes allant  leur voiture => cela protége AUSSI la vie des automobilistes…

     

    Triste illustration, dans l actualité récente, de l inefficacité des EPI face aux EPC :

    Charlie : malgré un EPI, malgré un garde du corps (2?) présent(s), ils sont morts

    avec un EPC, avec les locaux de Charlie attenant à un commissariat OU avec une meilleure éducation sociale des Kouachi, et, dans la société, une plus grande égalité sociale et plus de dialogues et d écoutes, ils seraient encore en vie.

    c.f. http://carfree.fr/index.php/2015/01/08/jesuischarlie/

  26. Jean-Marc

    Pour thibel147, suite :

    En ville, utiliser un phare hyper puissant, parce que certains automobilistes irresponsables, ne devraient pas avoir le droit de conduire une voiture, n est pas une bonne solution.

    Par contre, dans un environnement moins favorable aux piétons et aux cyclistes qu’une ville, comme une départementale ou une nationale, où les automobilistes vont rouler à 90km/h, et s attendent bien moins à voir un piéton ou un cycliste, cela peut se justifier, actuellement, en france.

    Mais, là aussi, les EPC = des 10 aines d’autres cyclistes sur cette route chaque jour, entrainant leur prise en compte par les automobilistes, serait plus efficace :

    un EPI, en attendant que la protection collective se mette en place, est une phase de transition à utiliser dans les cas les plus extrêmes, où on est le plus exposé, mais pas au quotidien.

    (sinon, c est comme avoir un flingue : on croit se protéger, mais cela ne marche pas : les familles qui ont le plus de morts par balles.. sont celles dont un membre à une arme à feu : dans la majorité des cas, ce n est pas le cambrioleur qui meurt ou est blessé par la rme de la famille, mais un membre de la famille.

    de même, avec un phare, tu CROIS te protéger, mais tu exposes plus tous les autres cyclistes moins lumineux que toi = tu incites les autres cyclistes et les FUTURS cyclistes à ne pas rester cyclistes/à ne pas le devenir (s’il faut acheter un VAE à 1500€ + un gilet + un antivol + un ultra-phare + … pour monter la butte mont-martre, alors que je ne suis pas sûr de m en servir… je vais rester en auto : je n aurai pas gaspillé mon argent dans un truc qui ne me servira pas) …. hors si certains décident de ne pas/de moins se servir du vélo, au final, cela t expose plus TOI, car la PRINCIPALE protection, vraiment efficace, des cyclistes, c est la présence d autres cyclistes sur la même route et les routes attenantes, la veille, l avant-veille, la semaine et le mois d avant = faire du vélo doit rester qq chose de simple et accessible, pour que plus de monde puissent en faire)

  27. thibel147

    Pour Jean-Marc,

    D’accord sur le principe qu’une protection individuelle peut-être à effets pervers pour l’utilisateur, et qu’une meilleur éducation/comportement des automobilistes, protection collectif serait beaucoup mieux… mais EPI et EPC  peuvent aller de pair. Et tout dépend du contexte :

    A Nantes (ville ou j’ai habité) je suis resté en mode « normal » gilet, petite lampe avant et arrière, comme à peu près tous les cyclistes. Cela suffisait vu le comportement des automobilistes en générale.

    Maintenant dans une petite ville (Châlons-en-Champagne), où il y a trois cyclistes quotidiens donc la moitié roule sur les trottoirs et l’autre ne porte aucun gilet ni aucunes lumières la nuit… Le comportement des automobilistes est autrement plus dangereux et complètement irrespectueux, c’est une autre histoire. Je mise sur ma protection individuelle. (Choix qui est discutable, mais que je juge ici primordiale) Tout en prônant le port du gilet et l’utilisation de lumières auprès de mes connaissances cyclistes.

    Au-delà du contexte une autre question se pose ; pourquoi les cyclistes qui sont sensés rouler sur la chaussée avec les voitures (et non sur les trottoirs avec les piétons) n’utiliseraient-ils pas des phares de même puissance comme les autres deux-roues motorisés ? (Surtout que ses lampes ne coûtent presque rien, une dizaine d’euro).

    de même, avec un phare, tu CROIS te protéger, mais tu exposes plus tous les autres cyclistes moins lumineux que toi

    Pas vraiment d’accord avec le début de l’argument puisque tous les autres usagers de la route ont des phares puissants, donc les cyclistes sont déjà moins lumineux et peu visibles (si ce n’est invisibles) avec leurs lampes de faible puissance. (heureusement à mon avi le gilet est plus efficace). Pour tout le reste de ton message je suis d’accord avec toi.

     

  28. Jean-Marc

    Pour thibel :

    Je t ai deja répondu, mais je vais développer après :

     » tu incites les autres cyclistes et les FUTURS cyclistes à ne pas rester cyclistes/à ne pas le devenir <em>(s’il faut acheter un VAE à 1500€ + un gilet + un antivol + un ultra-phare + … pour monter la butte mont-martre, alors que je ne suis pas sûr de m en servir… je vais rester en auto : je n aurai pas gaspillé mon argent dans un truc qui ne me servira pas) »

    il y a 2 données : les futurs-souveaux, et les actuels autres cyclistes que toi :

    A- les futurs-nouveaux cyclistes potentiels :

    Nous ne sommes pas dans un pays, où la majorité des déplacements en ville (et je ne parle pas hors ville..) sont fait en vélo :

    il y a une marge de progression gigantesque, mais, il faut bien que les non-cyclistes se rendent comptent que la marche à surmonter, que la (supposée) difficulté à surmonter n est pas bien grande

    c.f. http://www.copenhagenize.com/2013/10/the-massive-potential-of-shifting-trips.html

    en particulier, 2 images : des NON-cyclistes ont testé temporairement le vélo :

    http://2.bp.blogspot.com/-bILxK0pWt9Q/Ulv7M5kNVqI/AAAAAAAAAEI/hlujFcvb_Xw/s640/Cyclelogistics_data+for+Mikael.010.jpg

    et

    http://1.bp.blogspot.com/-JMUwbcGFOpQ/Ulv7RAQWGGI/AAAAAAAAAEg/m3DI1xv5r2w/s640/Cyclelogistics_data+for+Mikael.014.jpg

     

    résultats :

    – Graphe 10 (ou 1, ici) :

    40% ont trouvé le vélo plus facile que ce qu’ils imaginaient

    50% l ont trouvé aussi facile

    (et 10% plus dur)

    et ce 40%, et le plus bas %age, par rapport aux différentes questions : en fait, de 40% (facilité d usage) à 67% (capacité de charge), ces cyclistes d’un test, ont trouvé le vélo MIEUX que ce qu’ils imaginaient.

    En rajoutant ceux qui l ont trouvé correspondant à leurs attentes, c est uniquement 88 à 95% qui ne l ont pas trouvé pire que prévu (mais bon…  ils n en faisaient quand même pas avant…)

    – Graphe 14 (ou 2 ici) :

    déclarations sur le futur :

    90% vont continuer à faire leur courses à vélo (les 10% restants ne savent pas encore)

    70% vont même l utiliser pour d autres déplacements (non prévu dans le test initial, d ailleurs, plusieurs ont deja commencé à s en servir en dehors des courses, pour des déplacmeents non prévus dans le test)

    et 70% d entre eux ont fait de la pub positive pour le vélo auprès d amis et de membres de la famille

    => très majoritairement, l essayer, c est l adopter et même, tenter de le faire adopter aux autres^^

    Mais alors, il ne faut pas mettre des freins à l essais, des equipements que les gens n ont pas, qui nécessiterait de passer plusieurs heures (et plusieurs euros), voire plusieurs jours, à s équiper, avant le 1er km.

    Après, une fois le pied mis à la pédale, qu’ils s équipent progressivement :

    ainsi, cas personnel, au début, je n avais pas de vetement de pluie ni de U : je n utilisais le vélo que quand il faisait beau, et que je pouvais le ranger dans un lieu sur… et après, quand j ai vu que c etait pas si dur que ce que je croyais, j ai commencé à m équiper, car je m en servais bcp plus souvent.

    Depuis, j ai acheté des saccoches, qq outils, dont un dérive-chaine, mais, l ensemble, pas toujours indispensable (une caguette et un tendeur fait en chambre à air fouttue pourrait remplacer la saccoche)  ne coûte même pas le prix d’un jeu de pneu de voiture

    B- les cyclistes actuels :

     

    le PREMIER danger du cycliste urbain c est… l automobiliste (et dérivés : 2RMiste, camionneur,..) qui « je ne vous ai pas vu« , et vous roule dessus (en particulier, quand il tourne à droite et nous coupe => se placer au (milieu)- 2/3 de la chaussée à une intersection, si on va tout droit, pour ne pas être pris dans l intérieur du virage)

    « Je ne vous ai pas vu« , parce qu’il ne pense pas qu’on existe, et qu’il ne fait pas attention à notre éventuelle présence.

    Outre la rue piétonne autorisée aux cyclistes, pour évoluer loin de ces automobilistes, la seule autre protection possible.. et une modification dans la tête de cet automobiliste.

    Hors, cette modification se fait progressivement,  au fur et à mesure qu’il croise des cyclistes.. dont certains qui vont le surprendre… et c est normal :

    comme 99% des automobilistes, il colle illégalement au véhicule qui le précéde, réduisant son champs de vision, faisant qu’il ne peut voir les gens venir de loin sur les cotés, ni parallèlement à lui, sur sa voieou une voie adjacente (un cycliste dans la caniveau qu’il double, une cycliste qui le double sur la gauche… ou -malheureusmeent- sur la droite, sir la bande cyclable est à droite,..)

    et plus, il a de plus en plus un éclairage soit illégal (feux allumés de jour), soit légal mais inadapté (feux de croisement allumés, de nuit, en ville éclairée = là où les vieilleuses (légales elles aussi) sont plus efficaces pour la sécurité (avec appel de phare aux carrefours sans visibilité, si besoin), les feux créent une zone de luminosité devant, et, par contrastre, du fait de l oeil humain s adaptant à la plus ofrte luminosité, créent des zones d oscurité partout ailleurs : on ne voit plus les voitures et les chauffeurs, mais juste les phares)

    Hors, comme tu le dis : tu n es plus un cycliste, pour eux, mais un 2RMiste, voire une voiture avec un phare éteins = ils ont vu, dans leur trajet, un cycliste de moins = ils vont encore moins penser que voir un cyliste est possible.

    Ainsi, au lieu d avoir vu 9+1 (1 = toi cycliste), pour tous les autres automobilistes, ils ont vu 9 cyclistes, et donc, chaque autre cycliste est plus en danger, car moins d automobilistes penseront qu’ils existent.

    Ces 9 risquent donc d avoir plus d accidents ou plus de frayeurs (voiture qui les frollent) = ils risquent plus d arrêter.. ce qui mettra plus en danger les 8 restants… mais toi aussi (sans qu’un seul arrête, le fait que les automobilistes pensent moins à l existance possible d’un cycliste, t expose quand même : malgré ton phare, tu te déplaces à la vitesse d un cycliste = tu peux surgir, devant le parebrise de la 2eme voiture qui colle, très vite, quand la 1ere te dépasse en se décalant : pas le temps de se décaler pour la 2eme, qui te renverse)

     

    Si tu veux mettre une loupiote pour te faire repérer, mets au moins une loupiote de cycliste, pour que TOUS les automobilistes SACHENT qu’il y a un cycliste, et que celà marque leur esprit, et ainsi pouisse modifier leurs comportements :

    une loupiote rouge clignottante à l arrière, et bleue clignottante à l avant, ou blanche fixe, pénétrante mais faiblarde (veilleuse) permet d être ultra repérable, sans éblouir, et sans utiliser des armes d éclairage massifs comme le font les automobilistes :

    tu réduis la course aux armements, qui sinon, t obligera, dans qq années, à tirer une fusée de détresse à l approche de chaque carrefour…

     

    (autre sécurité, dont tu as parlé : le bon positionnement sur la chaussée compte aussi, de façon à être visible, hors, comme l automobiliste regarde les autos, il faut prendre la place d’une auto, d’un passager auto = ne pas rouler dans le caniveau, mais tjrs à plus d’1 m du caniveau, ce qui permet de ne pas rouler dans la ligne de chaussée défoncée (qu’on laisse à sa droite), et de ne pas se prendre de portières ni de piétons descendant du trottoir sans prévenir)

  29. Jean-Marc

    « donc les cyclistes sont déjà moins lumineux et peu visibles »

    çà, c est un truc que j adore :

    j ai un vrai éclairage de cycliste = lampe faiblarde, ne servant que de veilleuse à l avant (je ne sors quasi jamais la nuit, de mon agglo éclairée),

    lampe faiblarde mais clignottante à l arrière :

    tous les 4-6 mois, un de mes collègue (pas tjrs le même), qui roule comme 99% des automobilistes = en collant illégalement au cul du véhicule le devançant, réduisant son champs de vision, et son temps d action avant le choc, me dit :

    « je t ai croisé hier-soir : tu n es pas visible« .

     

    c est assez étonnant : alors qu’il dit ne pas m avoir vu, il a reconnut un cycliste, et a même reconnut que c était moi… qq chose n’est pas logique…

    En fait, l explication est la suivante : « je n ai pas aussi bien vu tes loupiotes que les phares/feux des voitures : ton éclairage est moins visible que le phare d’une voiture ou que les spots du zénith lors d’un concert, par contre, on te repère de très loin, (toi et/ou ta lampe) avec ton corps qui se balance, qui se dandine, avec ta loupiote qui zigzague, qui danse bizarrement loin devant, alors que les autres feux/phares filent droits, et j ai donc fait attention à toi, quand je me suis rapproché, si bien que j ai pû te reconnaitre, malgré l absence de projecteur braqué sur ton visage« .

    En me reconnaissant, ils prouvent qu’en fait je suis assez visible…

    S’ils avaient réussit à entre-aperçevoir un « ninja », un cycliste en noir/sombre, sur vélo noir/sombre, sans éclairage la nuit (comme on en croise), ils auraient été bien incapables de dire si c était moi ou qq un d autre…

  30. Jean-Marc

    précision : pour UN collègue qui dit qu’il ne m a pas vu la veille au soir,

    j en ai 5 ou 6 fois plus, qui me disent qu ils m ont vu, et que je suis repérable de très loin, à me dandiner / à ne même pas savoir faire du vélo…

    (plus je suis dans une zone dangereuse/où les voiture vont vite, plus je roule « bourré », en pseudo-danseuse : en zigzague de danseuse, mais les fesses sur la selle; et comme je traverse une zone 70km/h pour venir travailler, où un automobiliste collant son prédécesseur pourrait me rentrer dedans par derrière, je roule, à cet endroit, d’une façon particulièrement peu rectiligne ^^)

  31. thibel147

    A l’origine je voulais juste signaler qu’il existe des lampes très puissantes qui coûtent moins de dix euros (moins chère que la plus part des lampes « normales » vélo) et qui peuvent être utiles dans certaine conditions. Ce n’est pas un équipement extraordinaire ni dissuasif. De plus les nouveaux cyclistes commencent rarement le vélo par une balade nocturne donc pas besoin de lumières pour essayer le vélo et y découvrir ses plaisirs.

    Cependant tes chiffres sont intéressants.

    Pour le reste, je parle de lumières avant et non arrière. Pour éviter le cas comme dans la vidéo ou les automobilistes grillent la priorité du cycliste. Le doute de ne pas savoir ce qui arrive les force à être plus prudents, après ils se rendent bien compte que c’est un cycliste.

    Comme nous le disons avant c’est bien aussi en fonction du contexte.

     

  32. bikeman

    Merci Jean Marc pur ton  analyse pertinente, comme d’habitude!

    Cela étant, et au final, va t’ on prendre le risque d’être peu éclairé pour être solidaire avec les autres cyclistes qui sont peu ou mal équipés ?

    Car malgré tout, dans cet jungle bagnolistique, chacun survit comme il peut, un phare puissant ne coute pas cher, et cela permet de véhiculer un message fort aux autres usagers de la route, à savoir : moi aussi j’existe sur la route, moi aussi j’ai le droit de circuler sur la route (à la vitesse que je le souhaite d’ailleurs), et ce n’est pas parce que je roule à vélo que je ne peux pas moi aussi être bien visible.

    Et les « je ne vous ai pas vu », certes souvent de mauvaise foi, ne sont plus de rigueur quand on nous voit effectivement bien.

    Oui il est clairement établi (d’après toutes les études que nous avons pu lire, notamment ici), que la sécurité des cyclistes augmente avec l’accroissement du nombre de cyclistes qui circulent.
    Oui en effet un bon positionnement sur la route est capital,
    Oui rien ne remplace une circulation apaisée, mais en attendant, en l’état actuel des choses, on fait comment, en complément, pour avoir une bonne visibilité ? Et bien on s’équipe.

    Car si les phares des voitures sont trop puissants, que pouvons nous y faire? A part nous aussi avoir des phares puissants et donc adaptés au flux de circulation, je ne vois pas pas trop.

    Pour ma part je suis davantage partisan du : tous les vélos bien équipés. Car tout le monde mal éclairés histoire de marquer notre différence sur la route, j’ai du mal à accrocher sur l’idée, trop dangereux à mon sens, enfin, surtout pour ceux qui vivent à la campagne où le nombre d’accidents graves est + important qu’en ville d’après ce que j’ai pu lire.

    Mais peut-être que mon raisonnement est un peu bancal, c’est possible, on essaie juste de trouver des solutions!

  33. Jean-Marc

    Bikeman : « Un phare puissant ne coute pas cher, [..] et ce n’est pas parce que je roule à vélo que je ne peux pas moi aussi être bien visible.

    [..]Et les « je ne vous ai pas vu », certes souvent de mauvaise foi, ne sont plus de rigueur quand on nous voit effectivement bien.

    [..]Car si les phares des voitures sont trop puissants, que pouvons nous y faire? A part nous aussi avoir des phares puissants et donc adaptés au flux de circulation, je ne vois pas pas trop. »

     

    moi : non, les « je ne vous avez pas vu » ne sont pas de mauvaise foi, ils ne mentent pas : ils ne nous ont VRAIMENT pas remarqué, parce qu’ils n ont vraiment pas fait attention à notre absence ou présence : leur cerveau reptilien, leur oeil nous ont vu, mais leur cerveau conscient, leurs lobes frontaux n ont pas intégré cette info, rejetée car faisant partie du décor, de l anecdotique.

     

    C est pour celà, d ailleurs, qu’un phare plus puissant ne sert pas forcément à grande chose :

    Une personne de 2m de haut, large de 80cm, sur un vélo XXL, en fluo, avec bandes réfléchissantes, et feux, venant d’une bande cyclable sur trottoir, sera TOUJOURS invisible pour l automobiliste qui ne regarde pas sur le trottoir, si qq un peut arriver, car il a l habitude de forcer le passage aux piétons, qui reculent quand il force le passage.

    Pour que les automobilistes soit CONSCIENTS de notre présence, il ne faut pas être visible, ce que nous sommes deja largement (sauf les ninjas, de nuit), cela ne suffit pas :

    il faut être repérable, remarquable (au sens littérale : qui se remarque), pour que l attention de l automobiliste soit captée par nous :

    « un cycliste ? qu’est-ce qu’il fait là, et comment il conduit ? putain, il zigzague = il va rayer ma voiture à moi = je dois m écarter » (ce qui, par l écart, va montrer aux voitures derrière qu’il y a qq chose de spécial)

     

    il FAUT qu’il ait peur de nous renverser et/ou de rayer sa voiture en nous frollant, pour qu’il consente -exceptionnellement- à, temporairement, un peu moins s occuper de ses mails, ses SMS, ses appels téléphonique, son enfant sur le siège-enfant à l arrière, sa radio, … pour s occuper… chose incroyable pour un automobiliste : de SA CONDUITE et de l environnement proche de sa voiture en mouvement, des gens qui sont autour de sa voiture en mouvement.

     

    Hors, pour être repérable, remarquable, ce n est pas la puissance du feu qui compte, loin de là, mais une attitude qui tranche, qui surprend, comme une lumière clignottante ou des zigzags, ou une couleur de lampe différente* : une donnée qui étonne, si bien qu’elle va attirer l attention, et s’extirper des infos jugées sans intérêt, rejetées par le cerveau

     

    *être en totale illégalité, en mettant le rouge à l avant et le blanc/ bleu à l arrière permettrait d améliorer encore sa remarquabilité. Mais ce serait totalement illégal = à n utiliser qu’en cas extrême, exceptionnel, si un jour on se sent vraiment trop exposé (brouillard avec idiots roulant comme par beau temps, par ex)

  34. bikeman

    C’est juste, mais je maintiens qu’un bon équipement déjà ça permet pas mal de belles choses. Pour ma part, j’utilise une frontale fixe que je passe en mode clignotant puissant sur les points chaud, en complément des phares fixes de vélo avant.
    A l’arrière un phare fixe + un clignotant, un sac avec réflecteurs fluo + un brassard fluo, ça le fait bien, suis assez visible. Même pas besoin du gilet en ville…

    Paradoxalement, c’est plutôt en journée où ça se corse je trouve.
    Il faut s’imposer sur la route et ne pas rester timidement collé sur le bas côté, et comme indiqué, bien se positionner sur la chaussé, c’est une des clef du succès. Même si la technique de l’homme bourré est excellente, en pratique, elle n’est pas forcément idéal à mettre en œuvre.

    Il existe une autre alternative simple qui consite à laisser pas mal d’écart entre son vélo et le côté de la route donc. Les conducteurs font davantage d’écart, c’est un fait. Tout un chacun peut effectuer l’expérience, résultat garanti!
    Par contre il faut accepter la pression du bagnolard pressé qui ne peut pas doubler et qui fait ronfler son moteur… S’il ne peut doubler, c’est qu’il est trop large, il n’a qu’à rouler à vélo lui aussi ou patienter un peu!

    Autre avantage, la voiture qui suit celle qui te double te voit mieux, car la voiture de devant à réaliser un écart significatif devant elle…

  35. Jean-Marc

    « Cette vidéo est privée » : il n est plus possible de la voir directement

    (peut-etre visible en s’inscrivant sur youtube, sur le site de vélove?)

Les commentaires sont clos.