Le tout-routier: on s’arrête et on réfléchit?

23 associations et collectifs présents en Haute-Savoie demandent, à l’unisson, un moratoire sur tous les projets d’extension des capacités routières dans le département, afin que leur impact sur la qualité de l’air et sur le climat soit évalué, ainsi que pour permettre l’étude des solutions de mobilité alternatives multimodales.

La qualité de l’air est mauvaise ou médiocre dans tous les bassins de vie de Haute-Savoie, avec des effets négatifs constatés sur la santé publique. De plus, le secteur des transports est le premier émetteur de CO2 en France, et pourtant, notre département continue de vouloir étendre sont réseau routier.

Voir le communiqué de presse

Source: http://www.pro-mont-blanc.org/

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

3 commentaires sur “Le tout-routier: on s’arrête et on réfléchit?

  1. Vincent

    > 23 associations et collectifs présents en Haute-Savoie demandent, à l’unisson, un moratoire sur tous les projets d’extension des capacités routières dans le département, afin que leur impact sur la qualité de l’air ***et sur le climat soit évalué***, ainsi que pour permettre l’étude des solutions de mobilité alternatives multimodales.

    Comme si on avait encore besoin de se demander si les énergies fossiles affectaient le climat… Un peu nunuche, non?

    La solution, c’est d’interdire les transports carbonés et privilégier 1) le vélo et 2) le train nucléaire.

  2. Frédo sur un Vélo

    leur suggérer de faire un moratoire sur tous les projets d’extension des sites de loisir en montagne !

  3. abil59

    Effectivement Frédo sur un vélo. La Haute-Savoie fait parti des départements les plus riches de France (que ce soit les habitants ou la richesse créée) et comme diverses études l’on montrer plus on est riche plus on pollue, car plus on a les moyens de le faire.

    En plus, comme on dit, on ne peut pas avoir le beurre (les touristes), l’argent du beurre (les retombées éco des stations) et la crémière (une qualité de l’air du Limousin).

    Et en plus les personnes qui recherchent le bon air de la montagne y vont dans 99% des cas en voiture donc « conduite » (sans jeu de mots) un peu paradoxale!

Les commentaires sont clos.