L’automobile en perte de vitesse à Lyon

La métropole lyonnaise a réalisé une grande enquête déplacements en 2015. Les premiers résultats commencent à arriver et montrent une diminution importante de la voiture au bénéfice des transports en commun et des modes actifs.

L’enquête « déplacements » pilotée par le Sytral porte sur 569 communes à cheval sur trois départements. La Métropole de Lyon représente 56% de la population de l’aire métropolitaine de Lyon.

Lors de la dernière enquête réalisée en 2006, l’automobile continuait à progresser dans l’ensemble par rapport à 1995, sauf à Lyon-Villeurbanne où elle stagnait. Cette année, c’est fini. Sur l’ensemble du périmètre, on est passé de 1,30 à 1,25 voiture par ménage en une décennie. Et pour la seule entité Lyon-Villeurbanne, on passe de 0,93 à 0,75. Soit une baisse de près de 20% en dix ans !

On compte aujourd’hui 390 véhicules pour 1.000 habitants à Lyon-Villeurbanne et 520 pour 1.000 habitants dans le reste de la Métropole de Lyon.

La conséquence logique de ces constats est que, dans la suite de 2006, la part de la voiture dans les modes de déplacement régresse. Elle représentait 58% il y a dix ans sur l’aire métropolitaine de Lyon. Ce chiffre est aujourd’hui tombé à 53%. Dans le même temps, les modes actifs passent de 29% à 31% et la part des transports collectifs de 11% à 13%.

La tendance touche tous les territoires de l’enquête. Reste qu’elle est encore plus impressionnante dans la Métropole de Lyon où la part de la voiture est passée de 48% en 2006 à 42% aujourd’hui sur le territoire du Grand Lyon.

Et pour la seule entité Lyon-Villeurbanne, la part de la voiture est passée de 35% en 2006 à 26% aujourd’hui. Dans le même temps, les modes actifs passaient de 43 à 47% et les transports en commun de 20 à 26%!

A Lyon-Villeurbanne, la voiture est donc devenue un mode de déplacement minoritaire, faisant jeu égal avec les transports en commun, mais loin derrière les modes actifs que sont la marche et le vélo.

Source: http://www.rue89lyon.fr/2016/01/11/si-lyon-bannissait-la-voiture-les-resultats-dune-enquete-sur-nos-deplacements/

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

7 commentaires sur “L’automobile en perte de vitesse à Lyon

  1. aurélien

    Mais les rues de Lyon sont bouchées par les voitures, les aménagements cyclables très peu nombreux et les piétons ne connaissent le vélo que de nom…

  2. Pédibuspedibus

    Il faut que les élus lyonnais saisissent l’opportunité de ces bons résultats pour requalifier l’espace viaire, qu’il redevienne espace social, en restreignant progressivement l’offre de stationnement et de circulation; pour les transports en commun un premier geste symbolique serait déjà de mettre en site propre les lignes de trollybus et celles de bus à fort trafic… Existe-t-il la priorité aux feux pour les TC? Leur métro est fantastique et comporte une réserve capacitaire sans allonger les quais contrairement aux minables VAL des autres agglos de province… Lyon est est en train de devenir parisienne dans ses pratiques de mobilité. Que les autres « métropoles » de province suive le chemin!

  3. Jean-Marc

    26% des déplamcements en autos,

    47% en modes actifs

    J’espère que les pouvoirs publics locaux tiennent compte de la réalité, des faits,

    et que, en conséquence, 13 à 26% des rues de Lyon-Villeurbanne sont donc devenues piétonnes.

    (merci aux lyonnais de nous faire un retour sur l explosion du nombre de rues piétonnes depuis la chute de son usage. Pour l’aire métropolitaine de Lyon : « Elle représentait 58% il y a dix ans sur l’aire métropolitaine de Lyon. Ce chiffre est aujourd’hui tombé à 53% » )

  4. Thierry

    Ça fait 10 ans et demie que je vis à Lyon.
    Pour ma part, c’est le vélo qui me déplace dans la ville depuis que je m’y suis installé, bien que je possède par ailleurs une voiture.

    Franchement, en 10 ans, je n’ai pas vraiment eu l’impression que le volume de voitures avait diminué. Toujours les mêmes embouteillages aux mêmes endroits et aux même heures. Et toujours les mêmes pics de pollution qui reviennent régulièrement.

    Par contre, j’ai l’impression que la mairie fait quelques efforts pour la place des vélos et piétons sur les quartiers qui sont intégralement refaits. Sur Confluence par exemple, dans le sud de Lyon.

    Pour l’existant, ça ne bouge pas vraiment et il y a de nombreux endroits où il ne fait pas bon être piéton ou cycliste.

  5. Cyril

    Très bonne nouvelle.

    Je loue souvent ma voiture sur Drivy et je peux dire que beaucoup de gens font le choix de se passer de voiture personnelle et en loue une de temps en temps pour un escapade le week-end

    L’avantage d’être en ville c’est d’avoir tout à proximité et diminuer ses voitures est juste du bon sens
    Moins de bruit, moins d’odeur….

     

     

  6. Patrice

    J’habite Lyon depuis 5 ans et ne possède plus de voiture depuis 3. Velotaf, vélov et transport en commun en ville, train pour aller à Paris ou Marseille, location de voiture assez souvent pour week end à la campagne. Je fais 3000 km de vélo par an en ville et je vois l’évolution : plus de vélo, la plupart des voitures plus respecteuses, mais malheureusement toujours une minorité de comportements ultra dangereux, voire criminels (car volontaires et parfois assumés).  Bref ça progresse mais il reste une sacrée marge de progression.

Les commentaires sont clos.