Calculateur de vitesse sociale: testons!

Le calculateur de vitesse sociale introduit l’année dernière est maintenant fonctionnel! Merci encore à ceux qui ont aidé pour le développement.

Maintenant vient l’étape du test. Nous vous invitons donc à essayer le calculateur en version anglaise ici:

Calculateur de vitesse sociale

Y-a-t’il des erreurs? Des éléments pas évidents à comprendre? Des points à mettre en valeur?

Par exemple le calculateur donne le nombre d’heures que l’on passe à travailler pour se payer le trajet mais il ne mentionne pas la somme que cela représente. Faut il rajouter une ligne qui dit: « Ce trajet coûte tant d’euros, ce qui représente tant d’heures de travail »? A vos commentaires!

Enfin, j’espère aussi qu’il y a des amateurs du code JavaScript qui pourraient aider à rendre ce calculateur plus beau et à  améliorer le code.

Pour aller plus loin sur ce concept: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2009-3-page-449.htm

A propos de Hdkw

Contributeur de Carfree France

10 commentaires sur “Calculateur de vitesse sociale: testons!

  1. Pédibuspedibus

    article de Frédéric Héran extrêmement précieux pour situer la recherche sur les mobilités et les effets socio-spatiaux de la vitesse – au coeur du système automobile-, ses « externalités négatives », qu’il faut combattre à tout prix : à lire, relire et digérer…

  2. Vincent

    Hdkw > Y-a-t’il des erreurs? Des éléments pas évidents à comprendre? Des points à mettre en valeur?

    Déjà, géolocaliser l’utilisateur pour ne pas se retrouver sur Chicago quand on habite Paris.

  3. JDB

    Ne pas prendre en compte la distance réelle, mais celle à vol d’oiseau entre le départ et l’arrivée sinon on a :

    -vélo : 11 minutes, 17km/h

    – voiture : 13 minutes, 19km/h

    l’itinéraire vélo coupe à travers des lotissements, la voitures fait le tour. Plus de km, plus de temps et une vitesse moyenne supérieure!

    Suggestion : intégrer une seconde vitesse généralisée prenant en compte le temps d’exercice physique conseillé par l’OMS (150 minutes/semaine). Ce qui donnerai dans le cas précédent (3km à vol d’oiseau) :

    – velo : 150 minutes (5 jours * 2 trajets * 11 minutes + exercice à faire en plus 40 minutes). vitesse moyenne : 12 km/h

    – voiture : 280 minutes (5 jours * 2 trajets * 13 minutes + exercice à faire en plus 150 minutes). vitesse moyenne : 6.4 km/h

  4. Hdkw Auteur

    Merci pour vos retours! N’hésitez pas a faire circuler l’article autour de vous afin de trouver des personnes compétentes en JavaScript qui pourraient aider..

    @Pim Super Maliki!

    @Raph, oui l’API de google map qu’on utilise n’a pas le trafic en temps réel.

    @Vincent, normalement un popup te demande si tu veux laisser la carte accéder a ton emplacement. Chicago apparaît si tu refuse. Peut être que tu as un addon pour la vie privée qui a refusé pour toi?

    @JDB le vol d’oiseau pour le vélo c’est quant exagéré! Le concept d’exercice physique est intéressant.

  5. Pédibuspedibus

    Calculateur de vitesse sociale

    […] Des points à mettre en valeur?

    En réponse à HDKW :

    si les compétences sont réunies pour tirer parti de l’informatique et si l’ergonomie du site le permet je serais partisan de mettre pas loin d’une dizaines d’infos, pour arroser un maximum de segments de population à préoccupations particulières; ainsi par exemple :

    – un calcul énergétique à mettre en regard des prescriptions de santé publique : publics divers visés = individus en sur-poids à pathologie aggravée par cet embompoint, individus préoccupés la « la ligne »…

    – un calcul « économique » pour trouver l’équivalent de la distance parcourue avec le coût d’un club de fitness…

    – pour les pédibus :  un calcul « économique » pour trouver l’équivalent des économies de sécu sociale pour ce qu’apporte une distance marchée en termes de sérendipité et de lien social suivant une évaluation approchée par Walkscore

    – d’autres idées en stock, mais il est l’H de passer à table; @+

  6. JDB

    L’idée de comparer les vitesses à vol d’oiseau n’est pas de dire le trajet vélo c’est à vol d’oiseau, mais de faire une comparaison des modes de transports sur une distance identique sinon on arrive comme dans mon exemple avec un temps de trajet plus long pour la voiture à une vitesse supérieure car elle fait un détour. Cette remarque vaut aussi pour les transports en communs où pour aller de banlieue à banlieue, le trajet trouvé passe par le centre ville (prennez Vincennes-Ivry sur Seine par exemple 5,5km à vol d’oiseau, 6km à pied, 7km à vélo, 8km en voiture et 9km en transport en commun). Ramener toutes les vitesses à la distance réelle effectuée (5,5km) est beaucoup plus pertinent.

  7. Hdkw Auteur

    @pedibus, j’ai contacte l’Ademe, si ils collaborent ça pourrait donner quelque chose de très complet comme tu l’imagines.

     

    @JDB Je comprends. Alors pour ca en fait tu peux modifier les champs « distance » et « duration » dans les cas ou le calcul ne te conviens pas.

    Pour ton trajet Vincennes-Ivry sur Seine par exemple j’ai pu imposer de prendre une distance de 5.5km et un temps de 18 minutes pour le trajet en voiture et de 22 minutes pour le trajet en velo et du coup on se retrouve avec des vitesses généralisées équivalentes..

  8. Pédibuspedibus

    merci à Pim pour les cages en métal : moyen puissant pour désincarcérer le coeur de nos « amis automobilistes », palpitant qui ne demande qu’à bien faire, prisonnier de routines, construits sociaux et autres prêts-à-penser…

    bon courage à Hdkw avec les gens de l’ADEME s’il arrive à ses fins ; j’avais été confronté en 2008 avec un problème d’ACV et de bilan carbone quand je suivais un stage en entreprise en lien avec les emballages et le droit de l’environnement :

    pas moyen de les faire « communiquer » à l’époque sur le bien-fondé de la bouteille en verre consignée… sans doute trop empêtrés avec le classique recyclage à la française, qui au pire aboutit à la noble case « valorisation énergétique »… c’est-à-dire l’alimentation de nos horribles incinérateurs d’ordures ménagères, avec leurs contrats tueurs du « geste écocitoyen » et surtout générateurs de poussières aussi emmerdantes que les déchets nucléaires, les REFIOM, à stocker dans des lieux du même acabit, because bourrés de dioxines et autres joyeusetés qu’un spectromètre de masse aurait du mal à recenser in extenso, avec effets garantis CMR…

Les commentaires sont clos.