Des tests de véhicules autonomes en France dès 2019

Selon l’AFP, la France va autoriser les tests de véhicules autonomes sans conducteur sur l’ensemble de son territoire dès 2019, a annoncé lundi le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, assurant vouloir placer le pays en pointe sur ces technologies. Grandiose, désormais les feuilles de choux pour chiens écrasés pourront donc écrire sans abus de langage aucun que « lundi dernier une voiture a renversé un passant / une personne âgée / un cycliste / un enfant / un obstacle humain… » (biffer la mention inutile) et donc dédouaner le caisseux sédentaire et irresponsable de toute faute. Déjà qu’il était à peine sanctionné quand il tuait quelqu’un.

« La loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, NDLR) prévoira que les expérimentations sur routes ouvertes seront possibles sur tout le territoire français jusqu’au niveau 5 d’autonomie, c’est à dire en l’absence de tout conducteur« , a déclaré M. Le Maire, dans un discours à Paris présentant la stratégie du gouvernement sur les véhicules autonomes. Rassurez-vous, bonnes gens, on œuvre pour la croissance ici, alors rien de précisé dans cette loi quant à un changement dans l’utilisation de l’espace public actuellement dévolu à 80 % à la bagnole, et la liberté de TOUS les usagers de TOUS les modes de circuler partout. Spécialement les modes autogènes dont l’ONU comme l’OMS notamment attestent qu’ils sont ceux permettant de lutter contre la pollution de l’air et la sédentarité.

Il a souhaité l’adoption de cette loi « avant la fin de l’année 2018 pour que toutes les dispositions soient opérationnelles dès 2019« . La fin du monde est donc pour demain.

« De nombreux tests de véhicules autonomes sont déjà menés sur les routes françaises, mais ils nécessitent des autorisations, sont limités à certains tronçons, et la législation impose pour l’instant la présence d’un opérateur à bord. »

« Rendant compte de travaux menés par Anne-Marie Idrac, Haute responsable pour la stratégie nationale du développement des véhicules autonomes, M. Le Maire a affirmé vouloir faire de la France le pays le plus attractif en Europe pour développer ces transformations technologiques » et a promis un « soutien à l’effort de recherche et développement« . Tu m’étonnes, la Frooooooonce est LE pays de bagnolards par excellence de ce côté-ci des pécos. 600 bagnoles pour 1000 personnes en moyenne…

« L’arrivée des voitures autonomes sur les routes constitue une révolution pour les services de mobilité. Elle promet des transports plus sûrs, plus accessibles aux personnes âgées ou handicapées, moins consommateurs d’espace, plus propres et même moins coûteux. » Plus sûrs, quand il s’agit de mettre la vie des autres (et tout spécialement des usagers vulnérables) entre les mains de machines qui apprennent en tuant ? Moins consommateurs d’espace, alors qu’il faudra toujours des routes pour faire rouler ces criminomobiles autonomes ? Moins consommateurs d’espace qu’un train voire qu’un vélo, vous y croyez vous ? Plus propres, quand le choix pour les faire rouler c’est soit avec un mix nucléaire / charbon / pétrole soit 100% pétrole ? Moins coûteux, alors que ça suppose qu’il faudra toujours entretenir l’infrastructure routière pour y faire circuler ces nouveaux étrons à 4 roues devant lesquels se pâment les technicistes ?

« Mais elle nécessite des modifications complexes des réglementations existantes, notamment pour redéfinir les responsabilités en cas d’accident ou pour assurer la sécurité des données privées des utilisateurs. Elle est aussi un défi pour les entreprises de la filière automobile qui se retrouvent confrontées à des investissements colossaux tout en devant faire face à de nouveaux concurrents venus des services des transports ou des hautes technologies. » Pas un seul mot sur la sobriété, la soutenabilité des transports, ni même le Peak All. Qu’on est bien dans sa petite bulle…

« La course à l’innovation est mondiale et la complexité des chantiers poussera à des coopérations européennes face à la Chine et aux Etats-Unis. »

« Pour les experts, ces deux pays sont en effet les mieux placés, grâce à leur immense marché et leurs nombreuses sociétés innovantes: Google, Apple, Tesla ou Uber côté américain, face à Baidu (intelligence artificielle), Huawei (télécoms), Didi (services de VTC), Tencent (internet) ou encore Lynk & Co (constructeur automobile) côté chinois. »

« Menace pour les constructeurs »

« Les véhicules autonomes sont « une opportunité (…) qui doit être saisie. C’est aussi une menace pour nos constructeurs si leurs produits accusent un retard technologique« , a d’ailleurs souligné lundi la ministre des Transports, Elisabeth Borne. N.B. : Je ne vois pas trop pourquoi on parle de NOS constructeurs, dans la simple mesure où ils ont déjà délocalisé 80 à 90 % de leur activité industrielle hors de notre beau pays de veaux motorisés.

« Nous constituons une +équipe de France de la mobilité autonome+ pour faire de la France un territoire pionnier » dans ce domaine. « Nous sommes prêts aujourd’hui à déployer un programme d’expérimentation à grande échelle« , a estimé Luc Chatel, président de la Plateforme automobile, qui représente la filière. Ah, un ancien ministre de Sarko le Bagnolo-Président en tant que représentant du milieu de la bagnole, qui appelle à expérimenter chez nous ce qui tue déjà de l’autre côté de l’Atlantique, voilà une reconversion réussie Messieurs-Mesdames. On l’applaudit !

« Du côté des constructeurs français, PSA (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) a commencé ses tests en juillet 2015. Il prévoit de commercialiser autour de 2021-2023 ses premiers modèles permettant au conducteur de quitter la route des yeux. » Soit au plus tôt un an après que Renault ait « remis à jour » 80% des logiciels truqués de leurs bagnoles diesel pour lesquelles ils se sont fait prendre en 2016. Juste un peu de mise en perspective des dates…

« La voiture totalement autonome en toutes conditions n’est certes pas pour demain, mais les constructeurs commencent à mettre sur le marché des aides à la conduite déjà suffisamment évoluées pour que l’ordinateur de bord prenne en partie les commandes dans certaines circonstances, par exemple pour garder ses distances ou doubler sur une autoroute. »

« Les progrès technologiques permettront d’ici deux à trois ans des systèmes semi-autonomes encore plus avancés, autorisant le conducteur à ne plus regarder la route, toujours dans des situations bien définies. » Comme sur l’Autopilot de Tesla. Déjà deux morts à son actif.

« Parallèlement aux voitures individuelles, des navettes électriques entièrement autonomes, exploitées par des entreprises sur des zones bien délimitées, feront leur apparition. Renault prévoit la commercialisation de 15 voitures semi-autonomes d’ici 2022. Il a également présenté au salon de Genève son concept EZ-GO de navette électrique, autonome et partagée, dont il promet une version commerciale pour cette même date. » T’as raison Carlos, des fois que ça ferait oublier que tu es empêtré dans le Dieselgate toi aussi.

« D’autres acteurs français, des start-up comme Navya, ou des équipementiers comme Valeo ou Faurecia, sont également fortement impliqués dans ces innovations. » Chacun sa part du gâteau. Persistons à bousiller la planète pour un billet au mépris des alertes répétées de tous les interlocuteurs scientifiques, environnementalistes, indépendants… Vive la Fronce, Et vive la croissance !

Adri1

A propos de Adri1

Contributeur de Carfree France

9 commentaires sur “Des tests de véhicules autonomes en France dès 2019

  1. zit

    Ce matin, j’ai encore failli me faire renverser par un abruti qui n’avait pas mis son clignotant pour tourner,mais j’avais bien vu qu’il ne savait pas où il allait… je déteste la bagnole et tout ce qui pétarade pour avancer, mais j’ai beaucoup d’espoir dans les véhicules sans chauffeur : déjà, le bagnolard de base trouve ça abject et ne veux pas entendre parler d’un truc dont il ne serait pas maîîîîître des accélérations et directions, et  en plus, ces merdres n’oublieraient pas de mettre un clignotant avant de tourner !

    Donc, oui, je suis totalement d’accord sur le fond, le pétrozaure doit disparaitre, nonobstant, l’automatisation de ce fléau est incontestablement un plus car c’est quand même le machin entre le volant et le siège qui est le plus dangereux dans un de ces véhicules : les blaireaux pourront écrire leurs SMS sans massacrer une famille sur un passage piéton.

  2. Vince

    Ce doit intellectuellement très stimulant d’attendre sans rien faire dans une voiture qui roule toute seule.

    Nos descendants s’ils existent vont nous en vouloir terriblement d’avoir sacrifié la nature pour des trucs aussi intéressants.

  3. Adrien L.

    Exact mon cher Vince, je pense même qu’ils se diront « Mais qu’ils étaient cons, tous… » en grattant dans les strates de déchets que nous leur aurons laissées pour tout héritage.

    Peut-être même qu’ils se demanderont ce que c’est que tous les bouts de papiers filigranés tous pareils qu’ils découvriront à poignées dans les coffres fort crevés et les bas de laine laissés à l’abandon des nantis du temps de la Croissance (mouvement amoral imbécile de crevards cupides refusant de comprendre que la planète est mortelle et que le pognon n’est pas comestible).

  4. Psychelau

    Avec ou sans chauffeur, une voiture restera à mes yeux quelque chose de non désirable en ville.

    Maintenant, il me paraît évident que malgré des accidents ponctuels, et les problèmes de responsabilités que cela posera aux compagnies d’assurance, la voiture autonome generera bien moins de morts sur les routes, et un plus grand respect du code la route, d’une manière générale.

    Il est juste dommage que l’on soit capable de mobiliser bcp d’argent pour ces projets, et qu’ilbsoi si difficile de trouver des sous pour un vrai plan vélo national…

  5. JMB

    En tant que piéton et cycliste en ville, j’attends les voitures autonomes et leur généralisation avec une certaine impatience et délectation. Je pense d’ailleurs déposer une marque de vêtements reproduisant les panneaux de signalisation routière. Ainsi, avec une veste « STOP », je pourrai traverser où bon me semble y compris les autoroutes. Adieu les coupures urbaines ! Je me déplace sur la chaussée à bicyclette : hop, je sors mon tee-shirt recto-verso ‘sens interdit’. J’attends le feu vert trop longtemps pour traverser : zou, j’enfile mon pull ‘feu rouge’!

    On va se marrer… 😀

  6. Prolo

    Je suis plutôt inquiet de l’arrivée de voitures autonomes en France.. certes, elles ne feront pas de choses que certains conducteurs font (rouler à 70 en ville, griller les stop ou les feux, coller la voiture de devant et lui faire des appels de phare..)

    Mais :

    – Est-ce qu’elle va comprendre le geste d’un cycliste qui tend le bras ?

    – Est-ce qu’elle va mettre les feux de croisement pour ne pas éblouir un piéton/un cycliste, voir couper les phares 1/4 de seconde pour laisser fuire un lapin tétanisé par la lumière ?

    – Est-ce qu’elle va changer de file pour faciliter l’insertion d’un véhicule sur l’autoroute ?

    – Est-ce qu’elle va mettre ses warnings en voyant une situation inhabituelle/dangereuse, pour prévenir les gens derrière ?

    – Est-ce qu’elle comprendra qu’on lui cède le passage par un signe du bras ou un appel de phare ?

    – Est-ce qu’elle sera capable de céder le passage en faisant un appel de phare ?

    -Est-ce qu’elle va ajuster son allure afin de croiser un véhicule large à un endroit de la route favorable ?

    J’ai l’impression qu’on cède à la médiocrité en acceptant que des machines fassent bêtement ce que certains humains choisissent de faire encore plus mal. Au lieu d’améliorer la convivialité sur les routes, on renonce à sanctionner la bêtise et on remplace les chauffards (et tout le monde) par des machines.

    On a déjà un avant-goût des voitures autonomes avec les voitures qui mettent les feux de croisement automatiquement quand une voiture arrive en face. Certes, elles n’oublient jamais de le faire. Mais elles ne font jamais d’appels de phare pour se signaler en plein virage, elles ignorent tout ce qui ne fait « pas assez » de lumière (vélo, piéton, animal).

    Et surtout, elles ne prennent pas en compte les appels de phare pour anticiper un croisement. J’ai plusieurs fois croisé de ces machines sur des routes de montagne : je vois des phares arriver de l’autre côté d’un virage, je fais des appels de phare, je passe en croisement… et le robot idiot en face reste en plein phares jusqu’au dernier moment.

    C’est angoissant, parce que ça donne l’impression que le conducteur en face ne regarde pas devant lui (et risque d’arriver en pleine gauche, en plein phare, totalement distrait).

     

    Essayez de vous imaginer en situation avec une de ces machines, à un passage piéton, à une intersection, à essayer de deviner en vain les intentions du conducteur qui s’avance, à chercher son regard alors qu’il dort..

  7. Pierre Virlogeux

    @Prolo, je rajouterais quelques questions à ta liste :

    – est ce que machins ne se gareront JAMAIS sur un trottoir une bande cyclable ….

    – est ce qu’ils regarderont lorsqu’il seront garés en épi avant de sortir pour éviter un cycliste qui arrive. Entendra t il la sonnette du vélo ou le coup de gueule du cycliste ou éventuellement le coup de sifflet (parce que je roule avec un sifflet autour du coup surtout en trike (vélo couché à 3 roues)) Je rencontre régulièrement ce genre de situation et le sifflet est très efficace ans ces cas.

    – que va t il se passer quand un british roulera sur le continent avec sa caisse autonome programmée pour rouler à gauche ? (et vice versa un bouton sur le tableau de bord devrait suffire mais encore faudra t il penser à commuter)

    Des situations complexes et imprévues il y en a énormément.

    Des navettes autonomes sur des voies réservées oui ça fonctionne très bien sur des lignes de métro mais c’est plutôt des navettes automatiques plutôt qu’autonomes. La différence entre autonome et automatique c’est qu’il y a un centre de contrôle qui pilote tous les véhicules de la ligne alors qu’un véhicule autonome se débrouille tout seul. A ma connaissance 0 accident sur les lignes de VAL. Ça pourrait être une solution très intéressante pour les petites lignes de train en milieu rural peu dense en assurant des fréquences élevées avec des véhicules de petite capacité (genre un mini autorail de 15 à 20 places toutes les heures) Avantages coût limité et service intéressant pour les usagers à cause de la fréquence élevée.

    Pierre.

  8. Vince

    En lisant vos commentaires je réalise que les concepteurs la voiture autonome ont oublié un élément important.

    La voiture autonome est conçue pour être parfaite mais pas les autres usagers humains.

    – La voiture autonome est sommée de s’arrêter si un piéton s’engage sur un passage, ce que ne font pas les automobilistes dans une petite ville de province. On attends que la voiture passe par habitude. Mais là on va pouvoir jouer avec son pied sur la chaussée. Hop ça s’arrête.

    – Là où il y a un flux continu de piétons les voitures seront bloquées. Un automobiliste humain force peu à peu le passage jusqu’à passer : impossible pour une voiture autonome.

    – Et si je reste un temps très long pour passer un coup de fil sur un passage piéton devant une voiture autonome qui attends il se passe quoi ?

    – Une voiture autonome qui doit s’engager dans une circulation dense ne passera jamais. Ou alors elle forcera le passage et risque de provoquer un accident : impossible.

    – Un automobiliste humain pourra griller une priorité : la voiture autonome est sommée de s’arrêter en cas de risque de collision en toute circonstances, n’est-ce pas ?

    – On pourra même rouler à vélo à contre-sens, une voiture autonome s’arrêtera. Obligé. Un automobiliste humain te klaxonne et fait mine de te rentrer dedans mais une machine parfaite ?

    Les livreurs parisiens à scooters vont s’amuser.

     

    On a intégré nous humains le comportement humain des autres usagers. Et on va intégrer facilement la perfection des voitures autonomes qui vont faire du sur place.

  9. Pierre Virlogeux

    A la suite de mon post d’hier j’ai pensé à une autre situation : est ce qu’une voiture autonome va pouvoir se garer dans un ferry avec les employés de la compagnie qui guident les chauffeurs. J’ai vécu ça à Marseille à Bastia entre la Corse et la Sardaigne et entre l’Espagne (Motril) et Tanger mais à vélo. Mais j’ai vu le manège des voitures qui se garaient.

    Dans les parkings privés, est ce que la voiture autonome va se garer à n’importe quelle place inoccupée ou faudra t il lui apprendre à lire les numéros de place pour se garer à la bonne place. Ça va mettre de l’ambiance dans les AG de copropriété !

Les commentaires sont clos.