Appel à rejoindre le Tour Alternatiba 2018

Accélérons le développement des alternatives pour relever le défi climatique !

Le constat

Alors que l’Accord de Paris a fixé l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C ou 2°C maximum d’ici la fin du siècle, la somme des engagements volontaires actuels des Etats du monde entier nous conduit en réalité à un réchauffement de 3,5°C et pouvant même aller jusqu’à 6°C ! Le dérèglement climatique, qui est déjà une tragédie pour des millions de personnes principalement dans les pays du Sud, est ainsi en passe de s’aggraver au point de menacer les conditions de vie civilisée à l’échelle planétaire, et même les conditions de survie de l’Humanité. L’aggravation est si rapide qu’elle concerne désormais non seulement les générations futures, mais aussi les enfants qui naissent aujourd’hui même. Que pouvons-nous faire ?

Les alternatives et le Tour Alternatiba

Du 9 juin au 6 octobre 2018, le Tour Alternatiba s’élancera sur des vélos multiplaces pour un périple de 5800 kilomètres parcourant 200 territoires en France et dans les pays frontaliers, afin de diffuser partout un message porteur d’espoir : oui, les alternatives existent, nous pouvons vivre autrement, nous pouvons vivre mieux, et nous pouvons empêcher l’aggravation du dérèglement climatique !

Car les alternatives existent sur tous nos territoires, et dans tous les domaines ! Le Tour Alternatiba fera étape dans chacun des territoires traversés pour réunir les porteurs de ces alternatives, les mettre en lumière, et les faire découvrir au plus de monde possible.

Loin des fausses solutions, injustes, dangereuses et inefficaces, telles que la géo-ingénierie, les OGM, les agro-carburants, le nucléaire, loin des dérives des marchés carbone, des grands projets d’infrastructures inutiles et imposées, des accords de libre-échange et d’investissement qui renforcent le pouvoir des multinationales, des milliers d’alternatives concrètes aux causes du dérèglement climatique sont déjà mises en pratique tous les jours par des millions de personnes, d’associations, de collectivités territoriales…

Agriculture biologique et paysanne, consommation responsable, circuits-courts, cuisine végétarienne et végétalienne, relocalisation de l’économie, partage du travail et des richesses, reconversion sociale et écologique de la production, emplois climatiques, finance éthique, défense des biens communs comme l’eau, la terre ou les forêts, pêche durable, souveraineté alimentaire, solidarité et partage, réparation et recyclage, réduction des déchets, transports doux et mobilité soutenable, éco-rénovation, lutte contre l’étalement urbain et contre l’artificialisation des sols, préservation du foncier agricole, défense de la biodiversité, sobriété et efficacité énergétique, énergies renouvelables, villes en transition, éducation à l’environnement, etc. : les alternatives sont déjà là, elles évoluent, se rencontrent, permettent de créer des emplois de qualité et ne demandent qu’à être renforcées, développées, multipliées !

Rejoignez-nous

Le Tour Alternatiba partira le 9 juin 2018 de Paris, ville où a été signé l’Accord de Paris pour le climat, et arrivera à Bayonne le 6 octobre, où se tiendra un grand Village des alternatives, quelques jours après la publication du prochain rapport spécial du GIEC.

N’attendons pas que la solution vienne d’en haut : nous avons une part déterminante d’actions à mener depuis la base pour réussir la transformation de nos modes de vie et changer le système. Nous pouvons changer concrètement les choses chacun-e à notre niveau sur nos territoires, tout en renforçant le rapport de force permettant d’obtenir les changements au niveau global.

C’est pourquoi nous serons présent·e·s sur les étapes du Tour Alternatiba cet été, et que nous appelons le plus grand nombre à nous y rejoindre !

La bataille pour la justice climatique se joue maintenant, c’est maintenant que nous agissons !

Vous souhaitez rejoindre ce grand mouvement ?

https://tour.alternatiba.eu/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

5 commentaires sur “Appel à rejoindre le Tour Alternatiba 2018

  1. Guyot

    Bonjour,

    Tour alternatif avec des publicités sur les GAFAM. Est-ce vraiment alternatif ? De manière générale, utiliser les GAFAM, c’est à mon avis comme utiliser une voiture, alors que des logiciels libres, comme des vélos, existent et il me paraît contradictoire de faire un tour alternatif sans utiliser des moyens informatiques alternatifs. Mais peut-être est-il aussi difficile de se passer de voiture que des GAFAM ?

  2. Anne-Lise

    Les pubs sur Youtube sont aisément escamotables, pas comme ce qu’on nous impose dans le métro, dans nos rues ou aux abords des grandes villes, Alternatiba a fait le choix du grand public, de ne pas rester dans la confidentialité et dans les supports pour initiés de l’informatique, je ne leur jetterai pas la pierre, même si je milite comme vous pour le libre. Alternatiba a aussi fait le choix de l’inefficacité en matière de cyclabilité, avec leur quadruplette dont la direction nécessite d’avoir les bras d’Arnold Schwarzenneger au temps de sa splendeur, de la com, là encore, mais ça marche !

    En tout cas, Alternatiba a participé à l’accueil des rencontres de l’Heureux Cyclage à Bayonne cette année, et question efficacité dans l’organisation, ce sont des champions.

  3. Letard

    Bonjour la vélorution.

    L’usage du vélo est l’avenir non polluant et non empoisonné réel de la vie en ville.

    Peut-être que c’est parce qu’il n’a pas les pieds sur terre assis à son volant, qu’un conducteur qui conduit ne s’aperçoit pas qu’un cycliste ou un groupe de cyclistes devant lui ne l’empoisonne pas dans son habitacle quand il est devant lui, ce n’est pas toujours le cas pour une voiture devant lui, surtout quand il s’en approche trop.

    Un cycliste retrouve toujours généralement au moins un pied sur terre quand il s’arrête, ce n’est pas souvent le cas avec un automobiliste assis à son volant.

    Le piéton garde souvent au moins un pied sur terre sauf quand il court ou saute.

    C’est ça le pied.

     

  4. Guyot

    « Alternatiba a fait le choix du grand public », n’est pas une réponse satisfaisante. Si Alternatiba pense ainsi, pourquoi ne pas considérer comme normal le mode déplacement du grand public : la voiture.

    Ma remarque n’est pas méchante. Il est amusant de constater que les efforts mis pour promouvoir ce qu’on aime (ici le vélo) justifient l’utilisation de moyens inadmissibles par ailleurs. C’est aussi le cas inversement : les promoteurs du logiciel libre sont souvent fâché quand on s’intéresse à leur mode de déplacement.

    Pourtant, pour moi, l’unique bonne réponse et « oui, le choix fait par Alternatiba quant aux réseaux sociaux est mauvais ». De ce point de vue, je ne les soutiens pas. Mais, oui leurs autres choix sont bons.

    Ensuite, on peut se demander dans quelle mesure les choix informatiques qu’ils font sont acceptables. On peut estimer que des personnes peu au fait de l’informatique ne soient pas conscientes des problèmes liés au Gafam et les excuser le temps qu’ils réagissent et changent leurs pratiques. Mais, il faut reconnaître que pour beaucoup l’identité des valeurs (vélo-informatique libre) n’existe pas.

    Il peut alors être difficile de soutenir de tels mouvements, dont certaines composantes sont aux antipodes de nos valeurs.

Les commentaires sont clos.