Pour que Nicolas Hulot respecte son propre pacte écologique

Cela fait maintenant plus d’un an que Nicolas Hulot est « aux affaires » comme on dit. A la tête d’un Ministère de la transition écologique et solidaire que certains appellent plutôt le « Ministère de la transition écologique et solitaire », il est aux premières loges pour appliquer son propre Pacte écologique de 2007 qu’il avait fait signer à l’époque à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle.

A vrai dire, même Nicolas Sarkozy, le gagnant de l’élection, avait signé le pacte écologique de Nicolas Hulot, c’est dire! Et le même Sarkozy avait même commencé par appliquer certaines des « propositions concrètes » du pacte, comme la création d’un poste de Vice-Premier ministre en charge du développement durable. Il avait ensuite lancé en grande pompe le Grenelle de l’Environnement qui, on en dira ce qu’on voudra, a malgré tout impacté un certain nombre de textes législatifs et réglementaires par la suite. Bon, tout ceci s’est bien vite terminé avec la phrase de Sarkozy devenue célèbre: « l’écologie, ça commence à bien faire. »

Aujourd’hui, Nicolas Hulot n’est pas président de la république, mais il est quand même ministre en charge de l’environnement. Ou plutôt, il a accepté de devenir ministre dans un gouvernement En Marche après avoir refusé plusieurs fois de devenir ministre dans des gouvernements de droite comme de gauche.

Dans une démarche très macronienne, Nicolas Hulot se présente donc en rupture avec l’Ancien Monde, celui de la droite et de la gauche ou celui des pollueurs, on ne sait pas trop bien, pour travailler à l’émergence d’un Nouveau Monde dans le gouvernement d’Edouard Philippe, de Gérard Collomb, de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin.

A ce stade, on se demande si le pacte écologique de Nicolas Hulot de 2007 fait partie de l’Ancien Monde ou s’il était déjà précurseur du Nouveau Monde. Dans la seconde hypothèse, Nicolas Hulot aurait du logiquement ressortir son pacte écologique au moment de l’élection présidentielle ou, tout au moins, au moment de son entrée au gouvernement en tant que ministre de l’environnement.

Rendez-vous compte, le même Nicolas Hulot qui faisait signer un pacte écologique aux candidats à l’élection présidentielle en 2007 devient 10 ans plus tard ministre de l’écologie! Quelle victoire pour l’écologie! Maintenant, on va voir ce qu’on va voir, l’écologie n’a qu’à bien se tenir, on va les régler les problèmes!

Au fait, c’était quoi le pacte écologique de 2007?

C’était cinq « propositions concrètes » et dix « objectifs » avancés par l’animateur écologiste, dans son livre « Pour un pacte écologique« . Dans son livre, Nicolas Hulot proposait en effet « un contrat entre les Français et leur nouveau président de la République pour changer de cap« .

« Cinq propositions concrètes » sur lesquelles les candidats étaient appelés à s’engager :

1. Un vice-premier ministre chargé du développement durable.
2. Instaurer une taxe-carbone en croissance régulière.
3. Réorienter les subventions agricoles vers une agriculture de qualité.
4. Systématiser les procédures de démocratie participative.
5. Mettre en place une grande politique d’éducation et de sensibilisation.

Le problème, c’est que dès la première proposition concrète, il y a comme un problème. Si on va sur la page Wikipédia du Vice-Premier ministre de la France, on découvre avec stupeur qu’il s’agit de… Gérard Collomb. Autrement dit, le Vice-premier ministre n’est pas vraiment chargé du développement durable, ou alors du développement durable des reconduites à la frontière…

Comment Nicolas Hulot a-t-il pu accepter de devenir ministre d’un gouvernement sans être vice-premier ministre chargé du développement durable? Il se trouve protocolairement au troisième rang, derrière Édouard Philippe (Premier ministre) et Gérard Collomb (ministre d’État, ministre de l’Intérieur). Dit autrement, il a accepté d’entrer dans un gouvernement en bafouant la première « proposition concrète » de son pacte écologique.

Pour la Taxe Carbone, elle existe déjà, instaurée sous la présidence de François Hollande et elle a servi pour l’instant principalement à alimenter le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), de l’argent donné aux entreprises sans aucune contrepartie!

Concernant la réorientation des subventions agricoles vers une agriculture de qualité, la seule actualité notable dans le domaine est la suppression des aides au maintien de l’agriculture bio en septembre dernier!

Pour les propositions « concrètes » 4 et 5, on attend toujours quelque chose de décisif en la matière…

Bref, on le voit, il faudrait dire de toute urgence à Nicolas Hulot qu’il serait bien qu’il applique le pacte écologique de Nicolas Hulot! A moins que cette histoire de pacte écologique ne soit qu’un poisson d’avril… Car, il faut quand même rappeler que le même Nicolas Hulot avait présenté son « Pacte écologique » en pleine campagne présidentielle… le 1er avril 2007!

Par ailleurs, le pacte écologique de Nicolas Hulot, c’était aussi « Dix objectifs » à atteindre. On ne va pas tout détailler ici, cela dépasserait largement le cadre de ce simple article. Mais, dans le domaine du « transport », il faut juste rappeler que l’objectif du pacte écologique était, en toute simplicité, de « sortir du tout routier, en développant les transports en commun et le vélo. »

Pour la sortie du tout routier, comment dire, on ne semble pas vraiment avoir trouvé la sortie… Quant au développement des transports en commun, on voit actuellement ce que cela donne avec la grève des cheminots à la SNCF! On a l’air bien parti pour développer massivement les trains… A moins que les bus Macron… mais oui le voilà le « transport en commun » à développer massivement, c’est le Nouveau Monde Coco!

Pour finir, un petit mot pour le vélo qu’on va développer massivement, mais alors vraiment un petit mot, en fait juste un mot: rien.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

3 commentaires sur “Pour que Nicolas Hulot respecte son propre pacte écologique

  1. Adrien L.

    Tous des épouvantails à moineaux, tous !

    Ils me débectent…

    Et pendant la brève de comptoir, notre « gouvernement » continue la même rengaine télé-béton-bagnole-nucléaire (s’y ajoute avec bonheur le crime environnemental hors des frontières et l’exportation d’armes) et persiste à faire gazer et matraquer les découvreurs d’un mode d’existence pacifié et sensé !

    Qu’ils s’en aillent, tous…

  2. abil59

    J’ai beaucoup aimé le ton de votre article. Heureusement qu’on a fait signé entre temps les accords de Paris et que les engagements sont tenus! J’ai p’tet dit une bêtise là… L’écologie dans ce gouvernement libéral et capitaliste est en marche et c’est pas très beau malheureusement.

    J’ai lu un article récemment que manger végétarien, ne pas avoir de voiture et ne pas prendre l’avion économise 4,8 tonnes par an de CO2 ce qui est supérieur au 2 tonnes des accords de Paris que chacun devrait économiser. Que Hulot soit l’exemple déjà ce serait un progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.