Dernier appel avant la fin du monde…

Il y a quelque chose de pathétique dans les différents « appels » qui se succèdent depuis maintenant plus de 30 ou 40 ans pour « sauver la planète » ou « sauver l’humanité ». Au début, il y avait l’appel des scientifiques pour le climat, puis l’appel des chanteurs pour la biodiversité, l’appel des acteurs pour la nature ou l’appel des gens concernés pour sauver la vie sur Terre…

En général, c’est un « appel » de 50 ou 100 personnalités, le plus souvent un compte rond, car cela sonne mieux… Soit il s’agit de scientifiques, soit il s’agit « d’artistes » au sens large, tendance chanteurs ou acteurs… Bizarrement, il n’y a jamais d’appel international des plombiers-chauffagistes ou des employés de bureaux pour sauver l’humanité…

Pourquoi? Les plombiers-chauffagistes ou les employés de bureaux sont-ils moins concernés par la survie de l’humanité? Probablement non. Par contre, ils sont en général moins connus que les acteurs ou les chanteurs. Comme le disait Jean Yanne, « tout le monde veut sauver la planète, mais personne veut descendre les poubelles… »

Suite à la démission de Nicolas Hulot, un nouvel appel du même genre a fait une apparition dans les colonnes du journal Le Monde: « l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète. » Comme d’habitude, on a un compte rond avec « 200 personnalités ». Nouveauté cette fois-ci: on a un mix de personnalités scientifiques et artistiques, mais avec quand même une bonne proportion d’acteurs.

Déjà, cela part plutôt mal, car on se propose de « sauver la planète », planète qui n’a pas vraiment besoin d’être sauvée car elle sera probablement encore là quand l’humanité aura disparue… Le propos est donc plutôt de « sauver la vie sur Terre » telle qu’elle est actuellement.

Le texte est plutôt court, mais même en peu de mots, on décèle quelques approximations. Si l’idée de départ semble être d’obtenir « une action politique ferme et immédiate face au changement climatique, » l’appel glisse en fait rapidement sur d’autres sujets comme la pollution profonde des sols, de l’eau et de l’air, la déforestation rapide ou la « diminution drastique des espaces de vie.

C’est sans doute plutôt louable, l’appel va bien au-delà du seul changement climatique pourtant déjà en lui-même massivement problématique. Or, si l’objet est de s’attaquer aux multiples pollutions, à la déforestation, à la diminution des espaces de vie, et bien entendu aux émissions de Gaz à Effet de Serre, il faut alors appeler un chat un chat: le propos est donc de s’attaquer au capitalisme dans sa version actuelle néo-libérale et mondialisée, avec sa société de sur-consommation portée par la société du spectacle dont les ouvriers principaux sont les acteurs et les chanteurs…

Nous avons donc ici 200 personnalités comme Alain Delon ou Catherine Deneuve par exemple dont le propos est de mettre à terre cette société capitaliste néo-libérale dirigée par une oligarchie de multinationales dont l’unique objectif est de gaver une poignée d’actionnaires sur le dos de l’environnement et de la santé des gens.

Alors, je vous le dis clairement, suivons Alain Delon et Catherine Deneuve dans ce noble combat consistant à détruire l’oligarchie néo-libérale! Ils ont raison de nous pousser à relever la tête pour combattre le capitalisme destructeur de la nature et du climat.

Merci Alain et merci Catherine d’éveiller nos consciences!

Au-delà de la blague, la récurrence de ces différents « appels » n’est pas sans poser question. Ils reviennent périodiquement et sont à chaque fois plus « urgents » et « désespérés » sous l’angle « dernier appel avant la fin du monde… »

En fait, il y aurait sans doute à écrire une Histoire des appels pour sauver l’humanité qui en dirait sans doute long sur… l’humanité (enfin, la partie « people » de l’humanité…).

De la même manière que la démission de Nicolas Hulot met fin au mythe de l’homme providentiel qui pouvait « sauver la planète », ces « appels » à sauver le monde signés par des « personnalités » autorisées ne mènent nulle part: il n’y a pas plus de personnalités providentielles que d’hommes providentiels.

Ce « petit » appel de « 200 personnalités » de la société du spectacle franco-française ne doit pas masquer non plus le fait que les appels en question sont de plus en plus fréquents et massifs. On pourrait citer un appel pour sauver la nature en 2005 signé par 500 personnalités et, en 2017, l’appel de 15.000 scientifiques pour sauver la planète.

Pour tout ce qui concerne le climat et l’environnement au sens large, si 15.000 scientifiques internationaux n’ont pas réussi à changer quoi que ce soit en 2017, il est peu probable que 200 chanteurs et acteurs français obtiennent mieux en 2018…

En fait, c’est une véritable mobilisation citoyenne qui serait nécessaire, pas quelques centaines de milliers ou de millions de personnes, mais l’ensemble des habitants de la planète. On se met ainsi à imaginer un ultime « appel » pour sauver l’humanité, signé vers 2100 par l’ensemble de la population de la planète moins les quelques millions de membres de l’oligarchie mondiale aux manettes du turbo-capitalisme…

Sauf que tout ceci n’aura alors plus beaucoup d’importance, les conditions de vie sur Terre seront déjà largement dégradées et les principaux membres de l’oligarchie vivront peut-être, comme dans le film Elysium, en orbite autour de la Terre dans une station spatiale, en train de cultiver des légumes bio dans une douce atmosphère purifiée et décontaminée…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

9 commentaires sur “Dernier appel avant la fin du monde…

  1. Zorzan Jean Luc

    Bonjour

    Je pense que vous devriez critiquer ceux qui ne font rien et encourager ceux qui essaiene de faire bouger les choses !!!

  2. WITTMANN CLEMENT

    Excellent texte de Marcel Robert . C’est clair pour la planète, c’est mort, archi mort. Même à Bombay  la construction d’un nouvel aéroport à commencé (le Monde du 12 mars ). Et n’oubliez pas de soutenir le Paris-Dakar 2019, transporter des engins à Lima coute très très cher…Infos sur le site clement-wittmann.fr

  3. emmp

    en réponse à zorzan : Mais qu’est-ce qu’ils essaient de faire bouger, ces gens ? Est-ce qu’ils présentent une analyse politique des causes de la situation actuelle ? Est-ce qu’ils s’en prennent aux responsables ? Est-ce qu’ils remettent en cause des décisions qui vont au-delà de l’échelle individuelle ? Est-ce qu’ils nomment le productivisme, l’existence du libre échange au niveau mondial, la fabrication de produits de mauvaise qualité à bas prix, la privatisation des terres ? En somme, est-ce qu’ils se font des ennemis, est-ce qu’ils choisissent leur camp ? Je ne vois pas comment on peut prétendre tout changer sans fâcher personne. Fermer le robinet quand on se brosse les dents, c’est sûrement une bonne idée, mais cela ne dérange nullement le système mondial de production et de spéculation. Il faut voir grand, politiquement, et ça, c’est loin d’être le cas car cela suppose que l’on revoie les intérêts de trop de monde.

  4. jol25

    Dans un contexte mondialisé, aucune action locale efficace n’est possible. Tout effet d’une initiative sur un périmètre restreint serait écrasé par l’environnement (c’est à dire ceux qui continueraient dans le système actuel, qui dévore les « faibles »). Il faudrait une action coordonnée globale (mondiale). Ce qui n’aura jamais lieu, car cela va à l’encontre de trop d’intérêts à court termes de personnes/entités (qui auraient – peut-être! – le pouvoir de pousser en ce sens). Donc il ne se passera rien d’efficace, et la conclusion viendra d’elle même, probablement dans la douleur (pour l’humanité). Après, les initiatives locales ou personnelles, cela fait plaisir à ceux qui le font. Je me déplace en vélo, je trie, etc… parce que c’est sensé. Je ne suis pas persuadé d’un effet sensible autre…

    Ne serait-ce qu’à propos du réchauffement climatique: http://www.pnas.org/content/early/2018/07/31/1810141115 (je n’ai pas retrouvé la référence, mais pour +5°C, il a été évalué que la planète ne pourrait subvenir qu’à 1 milliard d’humains environ, maximum)

    Au final, c’est peut-être dans la nature de l’humain de s’auto-détruire ?

  5. Pédibuspedibus

    cinq-cents milliards d’€ sur la table…!

     

     

    …et viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite…!

     

     

    …faites le siège du Muséum d’Histoire Naturelle, et beuglez de toutes vos forces…!!!

    rameutez du monde illico, faites descendre tous les spécialistes…

     

     

    … pour se concentrer dard dard…

     

     

    …et étudier au plus vite et au plus près la psychologie, la sexualité et l’éthologie du lemming :

     

    ça pourrait nous servir, nous autres ,à caisson de 1400 cm3 de matière de plus en plus spongieuse…

     

    siouplait, pas de

    http://www.casimages.com/i/180905042622564921.png.html%5D%5BIMG%5Dhttps://nsa39.casimages.com/img/2018/09/05/180905042622564921.png

    ce coup là…

     

  6. patrick

    j’ai fait 1 rêve. Si les peoples se déplace à vélo ou en train, bus, vivre dans des petites maison, mange local, 1 vie écolo exemplaire alors leurs fans vont les copier et ça va changer.

  7. Pédibuspedibus

    moaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa j’suis déjà pipôle…

     

    … et je suis sûr que rien que pour vouloir me contrarier ils vont tous vouloir rouler en chars leclerc – non… pas le caddie du distributeur… – pour rejoindre leur cambuse à dix pièces et garage cathédrale dessous, jusqu’à réclamer l’écrabouillerie générale des centres-villes, pour y faire un parking grand comme Charlot-de-Gaulle et son pote Heathrow réunis, because le commerce central on le snobe pas si ya de la place pour mazouter….

     

     

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

     

    Enfin plutôt non j’avais dit… Trop de bibine moaaaaaa, contre cette débine… Blurb… Hips… Snirf…

  8. bernard

    De tourte façon on ne sauvera pas l’humanité ET la planète, c’est contradictoire.

    Comme aucun d’entre nous ne vivra encore en 2150, concentrons les efforts sur la sauvegarde de la planète, afin qu’elle poursuive dare-dare et parvienne à son destin normal, qui est d’être grillée par le soleil en explosion dans quelques milliards d’années.

    D’ailleurs la planète se fiche de l’humanité comme de sa première chaussette et il est à peu près sûr qu’elle n’a fourni des conditions propices à la vie (de l’humanité) que pendant une toute petite proportion de son existence de planète.

    En attendant, on peut revenir au combat qui compte à la courte échelle de temps qui est la notre : chercher à diminuer le nombre de bagnoles autour de nous tout simplement parce que MOINS de bagnoles, c’est MIEUX, sacrébleu !

  9. jean-Pierre ROUGIER

    J’explique pourquoi l’économie dévore la planète et les humains.

    https://lejustenecessaire.wordpress.com/
    L’élection d’un SuperMan pour sauver la planète est utopique.
    Les gouvernements tous néo-libéraux sacrifient la planète et les humains pour le bien-être du 1% le plus riche (et eux compris).
    Un lien dans mon blog pointe sur une pétition, nous sommes des millions à mesurer notre impact négatif sur la planète, et nous pouvons obliger les gouvernements en place à mettre l’économie au service de la planète et des humains, et non l’inverse, 1789 n’est pas loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.