Monsieur 10%

Les dernières péripéties de l’affaire Khashoggi, du nom du journaliste saoudien sauvagement assassiné dans les locaux du consulat saoudien d’Istambul en Turquie, montrent une fois de plus le réel visage de la dictature sanguinaire et rétrograde d’Arabie Saoudite.

On savait que l’Arabie Saoudite n’était pas vraiment un modèle de vertu, mais cette affaire et tous ses détails sordides montrent clairement qu’on est face à un régime médiéval. Apparemment, le régime de terreur dirigé d’une main de fer par Mohammed ben Salmane Al Saoud (MBS pour les intimes, à droite sur la photo) a dépêché quinze hommes dont un bourreau sous la forme d’un médecin légiste pour aller découper vivant le journaliste dans les locaux du consulat.

On comprend mieux pourquoi l’Arabie Saoudite avait été promue au Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2015…

Sans parler des droits de la femme, dont l’Arabie Saoudite est connue pour être très en avance en la matière et qui a été récompensée pour cela en 2017 en étant élue membre de la Commission des droits de la femme des Nations unies.

L’Arabie Saoudite est également l’un des rares pays où les actes homosexuels ne sont pas seulement illégaux mais également passibles de la peine de mort.

De manière générale, l’Arabie Saoudite décapite à tour de bras dans les rues tout en laissant des corps pendus sur des grues, sans même parler des innombrables lapidations, tortures diverses et variées.

On ne parle pas non plus du financement du terrorisme islamiste international à base de pétrodollars saoudiens…

Plus récemment, le royaume personnel de la famille Saoud s’est illustré en bombardant régulièrement les populations civiles du Yémen grâce aux armes de haute technologie achetées aux pays occidentaux dont la France.

Et cela reste presque anecdotique au regard de la mise en place du blocus du Yémen qui a provoqué une famine affectant sévèrement plus de 11,3 millions de yéménites, dont au moins 400 000 enfants. Cette magnifique opération d’assassinat de tout un peuple porte le joli nom d’Opération Restaurer l’espoir. Cela mérite sans conteste un Prix Nobel de la Paix…

Aujourd’hui, on parle désormais de plus de 10.000 morts et de dizaines de milliers de blessés dans ce que l’on commence à appeler le « Vietnam de l’Arabie Saoudite. »

C’est pourquoi, on peut s’interroger sur le « scandale » actuel de l’affaire Khashoggi, qui n’est au bout du compte « que » le simple meurtre avec actes de torture d’un journaliste. Quand on voit le bilan global de l’Arabie Saoudite sur les dernières années, cela reste au bout du compte peu de chose…

D’ailleurs, on commence à percevoir la gène d’Emmanuel Macron à ce sujet qui a refusé de répondre aux journalistes au sujet de cette affaire. Au-delà de la « profonde indignation » habituelle dans ce genre d’affaires, on sent bien qu’on ne pourra pas traiter l’Arabie Saoudite comme n’importe quel état voyou et qu’on va surtout continuer à vendre des armes françaises à « notre ami » Mohammed ben Salmane Al Saoud…

Mais, est-on bien sûr que l’argument des ventes d’armes est bien le seul pour fermer les yeux sur les agissements sanguinaires de cette monarchie médiévale? Selon le JDD, en 2017, la France a par exemple livré pour 1,38 milliard d’euros d’armement à Riyad. Ce n’est certes pas rien, il faut bien vivre ma bonne dame, mais il ne faut pas oublier que l’Arabie Saoudite est aussi un très gros fournisseur de pétrole. C’est même un peu sa caractéristique principale, mis à part les lapidations, les tortures ou les crimes de guerre…

Au passage, l’assassinat sordide de Khashoggi n’a pas empêché notre multinationale nationale Total, au 19ème rang des plus grands pollueurs du monde, d’aller signer encore quelques nouveaux contrats juteux au « Davos du désert, » à peine une semaine après l’affaire… Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, qui s’exprimait depuis Ryad (pas du Consulat…), a annoncé mardi dernier que le groupe français déploierait un réseau de stations-service en partenariat avec l’entreprise publique pétrolière Saudi Aramco. Et dans le cadre de la deuxième phase de la raffinerie Satorp, coentreprise entre les deux groupes, un complexe pétrochimique intégré et un parc en aval devraient également être bâtis. Pendant les massacres, les affaires continuent…

Total a fait en effet ces dernières années d’importants investissements en Arabie saoudite, avec notamment la construction de la raffinerie géante de Jubail, au moment où l’entreprise fermait celle de Dunkerque en France…

Enfin, n’oublions pas que l’Arabie Saoudite est essentiellement l’un de nos principaux pourvoyeurs de pétrole. En 2017, elle a représenté près de 11% de nos importations totales de pétrole, en deuxième position derrière la Russie de notre autre ami Vladimir Poutine. Ces 11% représentent sur une année 6,2 millions de tonnes de pétrole saoudien, soit environ 45 millions de baril (1 baril faisant environ 158 litres).

Comme on le sait déjà, les automobilistes aiment beaucoup les dictateurs.

Dit autrement, chaque automobiliste français peut se dire que tous les 10 pleins, il remplit son réservoir de brut saoudien. Ou que Mohammed ben Salmane Al Saoud récupère sur son compte en banque personnel chaque année environ 10% de la facture pétrolière française.

En fait, c’est même encore plus. Car, si on fait une moyenne sur les années 2010-2017, le pétrole saoudien représente plutôt 15% de nos importations totales de pétrole. On devrait donc parler plutôt de Monsieur 15%.

Apparemment, cela ne semble pas trop gêner nos automobilistes français qui semblent surtout préoccupés actuellement par le prix de l’essence… Les automobilistes se fichent en effet pas mal de savoir que l’essence qu’ils utilisent à un petit arrière-goût de sang, ce qu’ils veulent, c’est de l’essence pas cher! Cela fait penser à des drogués qui vont manifester dans les rues en criant « on veut notre dose! » Au passage, même leurs manifestations sont ridicules, car on appelle cela en fait des embouteillages et il y en a tous les matins et tous les soirs dans les grandes villes…

C’est pourquoi, il vaut mieux continuer à faire des selfies avec Mohammed ben Salmane Al Saoud et lui vendre quelques missiles de temps en temps pour le remercier de faire rouler chaque jour 10% du parc automobile français…

Maintenant, Mohammed ben Salmane Al Saoud peut bien massacrer qui il veut, du moment qu’il nous refile notre dose quotidienne de pétrole, si possible avec une petite réduc de 10%?

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

Un commentaire sur “Monsieur 10%

  1. Pédibuspedibus

    jamais le terme « violence routière » n’aura été aussi approprié à cette belle époque, aux derniers espoirs vacillants, à la merci de la prochaine brutalité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.