Le casque vélo est-il dangereux?

La science confirme aujourd’hui que les automobilistes frôlent de plus près les cyclistes qui portent un casque vélo. Porter un casque vélo peut dès lors être un facteur aggravant de collision avec une voiture.

Dès 2014, nous en parlions dans un article devenu « célèbre » (plus de 50.000 vues!) intitulé « Pour en finir avec le casque vélo« : « le casque vélo envoie un mauvais signal aux automobilistes: il leur fait croire que le cycliste est protégé, ce qui relâche leur vigilance et peut les amener par exemple à moins respecter la distance minimale entre le cycliste et leur voiture ou à ne pas limiter assez leur vitesse à l’approche d’un cycliste. »

En effet, il semble bien que les automobilistes respectent moins les distances de sécurité avec les cyclistes portant un casque vélo, confirme un article publié aujourd’hui par le psychologue britannique Ian Walker et la statisticienne australienne Dorothy Robinson.

Dans son étude, le Dr Walker a utilisé un vélo équipé d’une caméra et d’un appareil de mesure de distance. Il a enregistré les données de 2 500 conducteurs qui l’ont croisé sur les routes à proximité de son lieu de travail, l’Université de Bath. La moitié du temps, il portait un casque vélo et l’autre moitié, non. Les résultats ont montré que les automobilistes avaient tendance à le dépasser de plus près lorsqu’il portait un casque. De tels dépassements dangereux peuvent conduire à des collisions, des collisions qui peuvent entraîner des blessures et la mort – et pas à ceux qui sont coupables de ces dépassements dangereux.

Walker a suggéré que les conducteurs croient que les cyclistes qui portent un casque sont plus sérieux, plus expérimentés et plus prévisibles que ceux qui n’en portent pas et que, par conséquent, les automobilistes les dépassent avec moins de prudence. Les conducteurs peuvent aussi supposer à tort que les casques vélo – habituellement faits de polystyrène expansé – sont des formes d’armure qui protègent les cyclistes en cas d’impact avec un véhicule automobile. Les casques de vélo ne sont pas conçus pour de telles collisions (ils ne protègent même pas contre les commotions cérébrales).

Walker estime que le port d’un « équipement de protection individuelle » (EPI) est l’option la moins efficace pour faire face aux dangers potentiels, l’EPI « ne doit être utilisé qu’une fois que les efforts pour neutraliser le danger par élimination, substitution, ingénierie et contrôles administratifs ont échoué« . Il préfère l’approche hollandaise: séparer les automobilistes et les cyclistes. Des pistes cyclables plutôt que des casques. (Les cyclistes néerlandais, dans l’ensemble, ne portent pas de casque lorsqu’ils font du vélo, et pourtant il n’y a pas d’épidémie de traumatismes crâniens aux Pays-Bas).

D’autres universitaires sont d’accord. Dans un article publié en 2012, le Dr Harry Rutter, épidémiologiste spécialisé dans l’activité physique, affirmait que « la plupart des risques de blessures graves à vélo ne sont pas intrinsèques à l’activité – les automobilistes les imposent aux cyclistes« .

Source: https://www.forbes.com/sites/carltonreid/2018/11/14/motorists-punish-helmet-wearing-cyclists-with-close-passes-confirms-data-recrunch/#4b0f3ca24859

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

13 commentaires sur “Le casque vélo est-il dangereux?

  1. JFP

    Je comprends tout à fait l’argumentaire développé ici.

    Je suis absolument contre l’obligation du port du casque.

    Néanmoins je porte un casque.

    Non pas pour me protéger des voitures (en milieu rural il y en a moins qu’en ville et étant donné la vitesse de déplacement de celles-ci, le casque ne changera pas grand chose en cas de collision).

    Mais en cas d’accident seul : chute, sortie de route, chevreuil, …

    Y a t-il le même type d’étude qui mettrait en évidence l’intérêt ou pas du casque en cas de chute seul ?

    Merci

  2. Pédibuspedibus

    …y en a marre des articles longs comme un jour sans pain :

    j’ai la tête comme une pastèque moaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa…

     

    BOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

     

    bon, plus sérieux, c’est pour quand la coopération entre 40 millions de gueulards maréchalistes et Carfree pour une coproduction-coconstruction pas du tout con-con :

    un article sur la nécessité préventive du port du casque chez les zob-tomo-bilistes, au vu de la typologie accidentologique crânienne majoritaire chez les dévots pratiquants de Ste -Gnognole au cours de leurs processions.. ?

     

    boaaa au format police 72 siouplait, caractère gras double…

  3. emmp

    Comme JFP, je pense qu’on pourrait étudier différemment les effets du casque selon les circonstances : un casque peut-il protéger lors d’un accident en solitaire, par exemple à grande vitesse hors la ville, a-t-il effet sur les conducteurs de véhicules rapides, encourage-t-il cellui qui le porte (quand on débute, on peut se sentir rassuré-e par le casque, même pour rouler à 15 km/h)… ? On connaît la réponse à la plupart de ces questions, et ce que le témoignage de JFP démontre, c’est qu’avoir le choix de le porter ou non permet de mieux évaluer l’utilité du casque, donc, paradoxalement, inciter à l’utiliser.

    Autre point : que sait-on des critères d’homologation des casques ? Celle-ci est-elle soumise à des tests précis ? Y a-t-il une graduation selon le niveau de protection ? Quand on voit certains produits, on est tenté de douter de leur efficacité et, surtout, les prix varient tant qu’on se demande ce qui différencie l’entrée de gamme du plus cher.

    J’aime beaucoup l’illustration, en tout cas…

  4. Pim

    Dans la même veine, j’ai lu récemment que le port du casque en compétition de boxe était abandonné. En effet, avec le casque, le nombre de traumatismes craniens avait paradoxalement augmenté. Les boxeurs avaient moins de retenue que sans casque semble t il….

    Plus proche des déplacements, si le casque apporte indéniablement une protection, il est clair que rendre le casque obligatoire est aussi stupide et inefficace que d’obliger des randonneurs à porter des gilets pare balle pour se protéger des chasseurs. Comme dit dans l’article, il y a lieu avant tout de supprimer les plus gros dangers, via des aménagements dignes de ce nom, des restrictions/interdictions aux véhicules non adaptés dans les centre ville, en obligeant les automobilistes (principales causes des dangers) à appliquer le code de la route existant via une verbalisation et beaucoup de pédagogie… etc.

    Rendre obligatoire le port du casque, c’est se donner bonne conscience législative, rien de plus.

  5. Adri1Adri1

    Pour celles et ceux qui seraient fans du look « Watermelon » (comme on dit chez le british et autres ricains), voilà pour vous.

    Souvenir de mes quelques années de compétitions rollers, aucune volonté de pub de ma part toutefois.

    Ou comment le port du casque -dont je suis totalement opposé à l’obligation légale pour les raisons citées dans l’article ci-dessus liées à la stupidité des automodébilistes- peut toutefois devenir un acte réfléchi et amusé :

  6. emmp

    Ah non, Adri1, tu prêches pour l’industrie, là… Sur la photo, on est plutôt dans l’artisanat avec des produits locaux (peut-être même bio) !

  7. Arno' - collectif Rillieux Vélo

    Le casque protège surtout pour les chutes de vélo autres que les chocs avec voiture : glissade, heurt d’obstacle…

    Si on passe sous une voiture il y a bien d’autres parties du corps qui sont exposées .

    Je pense donc que le casque reste essentiel pour la sécurité du cycliste.

  8. JMB

    Des deux contacts avec la tête que j’ai eus dont l’un avec évanouissement font que je m’interroge sur l’opportunité de porter un casque… à la maison. Ca fait un putain de mal au crâne une chute dans les escaliers !

  9. PIM

    Témoignage à chaud… Ma femme s’est faite renverser hier par un automodébiliste, qui a raté son dépassement, alors qu’elle circulait à vélo (à Toulouse). Elle ne portait pas de casque. Comme beaucoup d’accidents de ce genre en milieu urbain, le casque n’a rien d’indispensable, car la tete touche rarement sur ce genre de chocs. Elle n’a heureusement que quelques bleus, bras et jambes.

    A saluer quand meme la courtoisie du chauffard, qui l’a prise en charge et se sentait vraiment penaud. Il prétend être cycliste aussi régulièrement, c’est peut etre pour cela qu’il l’a vraiment aidée. Ou alors pour se racheter une conscience…

    Par peur, elle a décidé d’en porter un désormais. Je peux comprendre. Je l’ai surtout convaincue d’ajouter un écarteur de danger, accessoire plus pertinent en ville me semble t il. Perso, je reste convaincu que je cours (ou plutot pédale) plus de risques le long du Canal du midi, lancé à 25-30km/h (quand le vent est favorable) sans casque pour me rendre au de travail, plutot qu’en centre ville au milieu des gros tas de ferrailles puants, tous bloqués à 0km/h, voire le double ;-). Du coup je songe aussi à en porter un pour mon trajet domicile travail. Mais au final pas tellement en ville.

  10. Bertrand

    @JFP

    L’article met en évidence que le casque accroît un risque. Il ne parle absolument pas de l’intérêt réel ou supposé du casque vis à vis de l’ensemble des pratique cyclistes.

    Je pense que chacun est à même de déterminer s’il a besoin de porter un casque au vu de sa pratique, de son équilibre sur son vélo, de la gravité de ses chutes éventuelles. Pour ma part, si je prends mes deux dernières chutes de vélo :
    – renversé par une voiture alors que je m’étais arrêté pour laisser passer une piétonne sur un passage piéton – la tête n’a pas touché le sol ;
    –  tombé tout seul à cause d’une plaque de verglas – la tête n’a pas touché le sol.
    Inversement, piéton j’ai glissé sur une flaque de gazole sur le trottoir (probablement un véhicule garé peu avant à cet endroit) et là, je me suis fait une belle bosse.ppp

    Ce vécu ne fait pas une statistique ! Mais de ce coté là, on constate que les pays ou on ne porte pas le casque (Pays-bas, Danemark par exemple) s’en porte mieux que des pays ou il est très porté (USA, Australie par exemple).

    Je pense qu’à vélo, on est dans une activité physique, et plus à même de réagir et de bien tomber que quand on est piéton. Donc à quand le port du casque pour les piétons 🙂

    Le lobby pro casque devrait se lancer sur ce créneau, ce serait meilleur pour leur chiffre d’affaire.

  11. kervennic

    Le casque m’ a sauvé lors d’une collision avec un pieton qui traversait une piste cyclable le portable a la main. Il suffit d’une fois. J’ai par ailleurs connu un jeune qui avait un lourd handicap mental suite a une chute a velo lors d’une descente.

    Je suis un cycliste hardcore, je ne survis que parce que j’ai un velo (pas de bagnole, ferme isolée). Mais je porte un casque et je le recommande vivement. Le velo est un moyen de    transport rapide; moins dangereux que la voiture, mais beaucoup plus dangereux que la marche ou la course.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.