Évitez l’avion !

Voici une très belle campagne de publicité pour l’entreprise ferroviaire publique allemande Deutsche Bahn (DB). Avec une comparaison côte à côte, l’idée est de montrer d’une part les plus belles destinations dans le monde et d’autre part les destinations en Allemagne qui leur ressemblent. Le message est clair: Pourquoi dépenser beaucoup d’argent en avion alors que vous pouvez vivre exactement la même chose en train pour 19 euros?

La campagne part du constat que 72% des Allemands vont en vacances à l’étranger. Comment faire pour qu’ils passent leurs vacances en Allemagne avec la Deutsche Bahn?

L’agence de pub qui a réalisé la campagne (Ogilvy) a utilisé les données de Facebook et Getty Images, un algorithme a été développé pour rechercher des images de destinations de voyage attrayantes et trouver des images similaires en Allemagne.

A l’aide d’un géo-ciblage, un autre algorithme a déterminé l’aéroport de destination à l’étranger et le tarif aérien le moins cher actuel. Chaque personne peut ainsi voir combien coûte actuellement le vol le moins cher vers la destination long-courrier correspondante et comparer avec l’offre en train proposée par la Deutsche Bahn.



Tout ceci rappelle une vieille publicité de la SNCF qui dans le même genre faisait la promotion… de l’avion!

Les Allemands ont la Deutsche Bahn, nous on a la SNCF…

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

7 commentaires sur “Évitez l’avion !

  1. Massinon

    Au final, le voyage  plaisir  et purement contingent est à blâmer dans son ensemble dès lors qu’il fait appel à un moyen de déplacement motorisé.

    La bibliothèque me semble alors encore plus vertueuse.

    Se posera quand même au final le problème du renfermement sur soi même par méconnaissance de l’autre ; et à terme le retour de la méfiance envers tout étranger de faute d’avoir pu voyager.

    Triste époque au final.

     

     

     

     

  2. Débouillet

    Bonjour,

    Article très intéressant, je ne parviens pas à retrouver la campagne de pub originale de la DB. Pouvez-vous fournir un lien vers la page en question ?

    Merci

    Cordialement.

  3. TaupeDépart

    @Massinon : On peut aussi simplement comprendre que des alternatives aux voyages à l’autre bout du monde existent, et qu’on peut s’en mettre plein les mirettes à moindre distance, moindre frais et moindre émission de CO2. Finalement, le message est plutôt positif !

    En ce qui concerne votre affirmation selon laquelle les voyages à l’autre bout du monde permettent de s’ouvrir à l’autre, elle peut faire l’objet d’un débat je pense quand on considère la façon de voyager du commun des mortels (hébergements en complexes hôteliers fermés, voyages organisés au cordeau par des tours operators, etc.)

  4. philippe

    @massinon

    On peut connaitre l’autre sans forcément prendre l’avion 3 fois par an (et inversement, pas sûr que le touriste qui débarque de l’avion et qui reste dans son groupe en visitant au pas de course échange beaucoup avec les locaux).

    Par contre très important de garder des contacts et des échanges (au moins au niveau européen) avec ces voisins. Ca évite les guerres. Et pour ça le train c’est faisable en Europe, enfin si on remet des trains de nuit!

  5. Massinon

    @Taupedepart

    En utilisant une argumentation extrême qui consiste à pousser à bout la position de l’autre pour en manifester les conséquences insupportables (forcément le voyage organisé au pas de course) alors quid des ultramarins qui viennent en métropole qui s’y installent,  plus sont vent par nécessité et qui ont gardé leur famille dans un Dom ? Exception possible ?

    @philippe

    Merci pour votre plus  réponse nuancée

     

  6. vince

    Je ne crois pas que le tourisme de masse, avion, hôtel, commerces (qui sont partout les mêmes) et visites clinquantes ne permettent de rencontrer l’autre.

    Il y a une autre façon de voyager, au gré des rencontres, au gré des invitations, accompagner un collègue dans son village natal de Hongrie.

    Bien ressentir les distances en prenant le temps de voyager, je me souviens de quand on n’hésitait pas à attendre 2h30 une correspondance dans la gare de Vierzon, cela faisait partie du voyage.

    Sinon effectivement on trouve un dépaysement incomparable dans la lecture.

  7. Massinon

    Ma contribution précédente  est peu claire pour ne pas dire plus …

    @taupedepart

    j’ai voulu écrire.   plus souvent au lieu de plus sont vent

    @philippe

    merci pour votre réponse plus nuancée

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.