Les patrons des transports publics en campagne électorale contre la gratuité

L’UTP (Union des Transports Publics) est une organisation patronale membre du MEDEF par l’intermédiaire du GITL, le Groupement Interprofessionnel du Transport et de la Logistique. Elle vient de publier une note pour inciter les élus locaux à renoncer à des projets de gratuité des transports en commun (TC).

Il n’est pas étonnant qu’une organisation représentant des entreprises, dont le but premier est de dégager des bénéfices, soit a priori opposée au principe de la gratuité. Son immixtion dans la campagne des élections municipales montre que la gratuité des transports publics rencontre un écho grandissant dans la société française.

Pour l’UTP, la gratuité des TC ne serait qu’une « fausse bonne idée » comme il est souvent répété car le coût du transport ne serait pas déterminant dans le choix du mode de déplacement. La gratuité ne serait donc pas opérante pour inciter les automobilistes à faire le choix des TC et partant, le faible report modal a peu d’impact sur l’environnement. La tarification sociale serait le bon outil pour assurer un droit à la mobilité pour tous.

La note de l’UTP avec nos commentaires est disponible sur le site du Collectif pour la Gratuité des Transports Publics dans l’Agglomération Grenobloise (CGTPAG)

Collectif pour la gratuité des transports dans l’agglomération grenobloise

A propos de Collectif pour la gratuité des transports dans l’agglomération grenobloise

Le Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise est composé de syndicats, de partis politiques, d’associations et de citoyens.

3 commentaires sur “Les patrons des transports publics en campagne électorale contre la gratuité

  1. Lemaitre

    Je suis pour la gratuité des TC

    Il serait intéressant d’évaluer ce que coûte, par habitant, la gestion des tickets des TC non gratuits : équipement des machines à composter (fabrication et maintenance), fabrication des tickets, personnels de gestion de la vente des tickets et des abonnements, personnels pour le contrôle des tickets, gestion des recettes et des dépenses, rédaction des bilans comptables, part du travail des DRH pour la gestion des personnel liés à la non-gratuité…

    Indirectement la diminution du trafic automobile urbain diminue le travail de ceux qui sont chargés de l’entretien des chaussées, des garagistes et pompistes…

    Le passage à la gratuité entraîne des suppressions d’emplois, mais probablement en génère d’autres ?

  2. Loïc

    Oui, de plus les transports publics gratuits donneraient un coup de frein à l’avantage d’avoir sa « bagnol ».
    Et ça c’est pas bon pour ceux qui vendent des voitures ou du pétrole.

  3. vince

    L’organisation des patrons des transports publics est contre le projet c’est bon signe, il n’y a donc pas de loup, pas d’intérêts privés cachés, il n’y a de profit que celui de la collectivité tout entière.

    Par contre il n’y a pas de raison que l’emploi baisse, sauf à considérer que les bénéfices des grands groupes soit générateurs d’emploi, mais je crains que ce ne soit l’inverse.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.