Les enfants à vélo dans la ville

Voici une petite vidéo de 25 secondes réalisée à Nimègue aux Pays-Bas montrant tout le chemin qui nous reste à parcourir pour obtenir en France des villes réellement cyclables.

Nimègue (en néerlandais Nijmegen) est une ville de 172.000 habitants, située dans l’est des Pays-Bas, près de la frontière allemande. Nimègue a grosso modo la population d’une ville comme Toulon (176.000 habitants)… Dans cette vidéo, on peut voir une cinquantaine d’enfants rejoignant leurs activités para-scolaires en vélo-bus.

Si on ajoute les autres cyclistes, y compris ceux déplaçant leurs propres enfants, et les aménagements cyclables permettant cette circulation, on voit ce qui différencie encore les villes françaises et les villes néerlandaises de taille comparable…

Bien plus, la présence massive d’enfants sur des vélos (normaux, vélo-cargos ou vélo-bus) est peut-être le meilleur indicateur qui soit de la cyclabilité des villes…

2 commentaires sur “Les enfants à vélo dans la ville

  1. jean h.

    C’est très chouette ! Mais pour commencer, on pourrait arrêter de valider et d’applaudir les aménagements cyclables qui sont de fait impraticables en sécurité, et surtout par les enfants. A Strasbourg, les associations de riverains, approuvées par les représentants des cyclistes, ont demandé et obtenu que le principal axe est-ouest, qui relie l’Allemagne aux autoroutes françaises par le nord de la ville, soit réduit à une seule voie de circulation au bénéfice de bandes cyclables sur une longueur d’environ 1,5 km (avenue des Vosges). Il faudrait être inconscient pour laisser des enfants emprunter seuls cet itinéraire, les bandes cyclables étant cernées d’un côté par une circulation « énervée », et de l’autre par un stationnement en épis entre les arbres, dont les véhicules sortent sans aucune visibilité. Le réflexe quand on voit le feu de recul d’une voiture s’allumer juste devant soi, c’est de faire un écart sur la gauche !

    Voilà à quoi on aboutit quand on ne sait pas faire la différence entre une victoire et une prise de guerre…

  2. Pédibuspedibus

    @ jean h.

    tout à fait OK avec toi : Strasbourg ce n’est que le « moins mal » qu’on puisse faire en France, avec le vélo et les transports en commun… donc assez peu relativement aux meilleures situations en Europe…

    cet axe NO-SE des avenues Vosges/Forêt /Alsace est une véritable relique de Ste-Gnognole, digne des années Pompidou, où l’espace public est trusté par la bagnole…

    et situation complètement méconnue du grand public, abreuvé/abruti de com diverses sur le tram et les fameux 15% de part modale du vélo : décor de Potemkine en fait…

    https://www.google.com/maps/@48.5876705,7.7583392,3a,75y,294.84h,80.06t/data=!3m7!1e1!3m5!1sz6k6-e_jEvQ0vBL3PiRCmA!2e0!6s%2F%2Fgeo3.ggpht.com%2Fcbk%3Fpanoid%3Dz6k6-e_jEvQ0vBL3PiRCmA%26output%3Dthumbnail%26cb_client%3Dmaps_sv.tactile.gps%26thumb%3D2%26w%3D203%26h%3D100%26yaw%3D224.64005%26pitch%3D0%26thumbfov%3D100!7i16384!8i8192

    ici donc, largement de quoi élargir les trottoirs en supprimant le stationnement en épi, et occasion en or de supprimer le goulet d’étranglement du tram à la station « l’homme de fer », en construisant une nouvelle ligne de tram, véritable ligne de délestage entre l’E et la gare centrale en investissant les bds Wilson/Poincaré/Clémenceau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.