Quand l’automobile menace la biodiversité

roadkill

La mortalité animale sur les routes est la conséquence de collisions de la faune avec des véhicules et concerne de nombreuses espèces souvent, grands et petits mammifères, oiseaux, batraciens, insectes, etc. Ils sont souvent tués alors qu’ils étaient en train de manger, ou en cours de dispersion. C’est une des principales causes de disparition de certaines espèces. Lire la suite…

Michael Moore: Mon plan pour General Motors

moore_gm

Documentariste, Michael Moore a notamment reçu la Palme d’or à Cannes en 2004 pour son pamphlet anti-Bush : Fahrenheit 9/11. L’un de ses premiers films, Roger & moi (1989), montrait les dégâts causés par la suppression de 30.000 emplois par General Motors (GM) dans sa ville natale. Aujourd’hui, il publie une lettre ouverte au président Obama pour défendre l’idée d’une reconversion de General Motors. Lire la suite…

Autophobie

autophobia

Le comité des constructeurs français d’automobiles fait semblant de s’intéresser à l’autophobie (Le Monde du 19 juin). Mais les dégonfleurs de pneus de 4×4 sont toujours aussi rares. Peu importe les tares de l’automobile, anarchie urbaine, dérèglement climatique, individualisme forcené, elle est entrée dans les mœurs. Lire la suite…

Résistez! Les vraies raisons de lutter, les outils pour se faire entendre

« Souffre douleur de la ville, la campagne récupère toutes les nuisances dont la première cherche à se débarrasser: pollutions, dangers, bruits, mauvaises odeurs, industrialisation, circulation,etc. Alors, à quoi bon vivre à la campagne, si c’est pour voir détruire ce à quoi on tient ou ce qu’on y vient chercher ? Aujourd’hui, partout en France, des dizaines de milliers de personnes sont confrontées à des projets qui ne les prennent pas en compte, et se mobilisent pour y mettre un terme. Lire la suite…

Les pots catalytiques polluent les eaux de toute la planète…

pollution-pots-catalytiques

C’est la fable de l’arroseur arrosé, qui va combler d’aise les tenants radicaux de la décroissance, contempteurs du « développement durable » (des profits), et du green-washing comme nouvelle idéologie des sciences de l’ingénieur. Dans le courant des années 70 les premières alertes aux pluies acides, qui décimaient nos belles forêts, ont conduit à supprimer le plomb dans l’essence. Et vive « l’essence sans plomb », au plus grand profit du cartel pétrolier. Ensuite vinrent les « pots catalytiques », merveille des merveilles, qui allaient sauver l’environnement, et surtout le chiffre d’affaires des fabricants de bagnoles, désormais très soucieux de l’avenir de la planète. Patatras, encore raté, si l’on en croit une étude américaine de l’Université de Dartmouth, tout juste publiée par Nature, selon laquelle l’osmium, métal rare utilisé notamment dans les pots catalytiques et les piles à combustible, a été retrouvé à l’état de traces dans de nombreuses eaux sur toute la planète. Lire la suite>

Quand le lobby pétrolier mentait sur le réchauffement climatique

arme-de-destruction-massive

Un puissant lobby américain représentant les industries du pétrole, du charbon et de l’automobile, le Global Climate Coalition (GCC), dissous en 2002, a assuré pendant des années que le lien entre émissions de CO2 et réchauffement climatique étaient insuffisamment étayé pour justifier la ratification du protocole de Kyoto (1997). Pourtant, selon le New York Times et le Washington Post, un résumé de la question rédigé en 1995 par ses propres scientifiques concluait que « les bases scientifiques sur les gaz à effet de serre et l’impact potentiel des émissions d’origine humaine (…), comme le C02, sur le climat sont bien établies et ne peuvent pas être contestées ». Une affirmation qui ne figurait pas dans le document final publié par le GCC.

Source: Le Monde

Le transport : première source d’émissions de gaz à effet de serre

planete-terre

Les transports sont responsables d’un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre en 2004. Les émissions dues aux transports ont augmenté de 23% entre 1990 et 2004. Cet accroissement s’explique par l’augmentation des trafics et le transfert vers les moyens de transport les plus consommateurs de carburant (avions, poids lourds, voitures particulières). Les premières estimations d’émissions pour 2005 montrent un léger repli des émissions de gaz à effet de serre des transports, confirmant une tendance à la stabilisation depuis 2001. Les transports rejettent surtout du dioxyde de carbone (CO2), mais les émissions des autres gaz à effet de serre ne sont pas négligeables (CH4, N2O, HFC). Lire la suite…

Carte de France des Projets Grenello-Incompatibles

grenello-incompatible

L’année 2009 est décisive dans la course contre la montre pour enrayer le dérèglement climatique et stopper l’hécatombe de la biodiversité. Hélas, de trop nombreux projets s’inscrivent, au cœur de nos territoires, en contradiction totale avec l’esprit et les mesures du Grenelle de l’environnement, qui auraient pourtant dûs marquer une rupture décisive !

Pour en savoir plus : découvrez la carte de France de l’Alliance pour la Planète des projets « Grenello-incompatibles ».

Il existe un projet Grenello-incompatible près de chez vous ? Faites-le nous savoir et participez à la mise à jour de la carte de l’Alliance pour la Planète ! Faire connaitre un projet Grenello-incompatible

Télécharger le communiqué de presse concernant l’action Carte de France des Projets Grenello-Incompatibles [pdf]

Initiative mondiale pour sauvegarder la civilisation de l’automobile

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) lance une « Initiative mondiale pour les économies de carburant » à l’occasion du Salon de l’auto de Genève. Selon Adéquations, ce plan dont l’objectif affiché est de réduire de 50% la consommation des voitures d’ici 2050 (« 50 by 50 »), semble caractéristique des nouvelles conceptions et aussi des paradoxes liés au thème de la « croissance verte » : surmonter la crise économique tout en préservant la planète par une réorientation écologique des investissements et de la recherche. Mais il s’agit bel et bien en même temps de poursuivre dans la même voie qu’auparavant : « la quantité de carburant brûlée par les voitures à l’échelle mondiale est appelée à tripler d’ici 2050 », affirme le PNUE dans son communiqué, qui n’évoque pas la question de la raréfaction du pétrole ni les problèmes posés par les agrocarburants, et pas non plus l’idée d’une possible remise en cause de la civilisation de l’automobile… Parmi les partenaires de cette initiative, on note la présence de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de la Fédération Internationale du Sport Automobile (FIA). En matière de développement durable, là aussi cela incite à réfléchir sur la portée et les conséquences des partenariats entre institutions publiques et intérêts industriels. Lire la suite…

L’industrie automobile parmi les responsables de la crise de l’environnement

L’industrie automobile n’est pas seulement confrontée à une crise de débouchés rentables et à l’exacerbation de la concurrence entre firmes, elle est aussi directement impliquée par les menaces qui pèsent sur le climat et la fin programmée de la croissance de l’extraction du pétrole utilisé par les moteurs thermiques des automobiles. Lire la suite…

L’auto-pollution des voitures

L’habitacle des voitures concentre les polluants, c’est la principale conclusion de deux études récentes menées à Paris et Toulouse. L’automobiliste est la première victime de sa propre pollution, loin devant l’usager des transports en commun, le cycliste et le piéton. C’est ce que viennent de confirmer deux études récentes menées à Paris et en Midi-Pyrénées. Lire la suite…

Bilan Atmo 2007: L’ozone et les particules en augmentation

Élaboré par l’ADEME avec le concours des AASQA, le bilan 2007 de l’indice ATMO vient d’être publié. Il fait état des grandes tendances en matière de la qualité de l’air dans 59 agglomérations françaises de plus de 100.000 habitants. L’année 2007 est marquée par une augmentation des teneurs en particules en suspension. Cela est dû au changement de méthode de mesure des particules (meilleure prise en compte des composés volatils) et aux conditions météorologiques. Lire la suite…