Copenhague : Un Sommet d’incohérence?

copenhague-sommet-incoherences

A l’occasion d’un colloque intitulé « Climat et transport : Du global au local » qui s’est tenu à l’Assemblée nationale jeudi 05 novembre à l’invitation du député Yves Cochet et organisé par les associations Agir pour l’Environnement, le RAC-F et la FNAUT, un collectif de dix-sept ONG lance une campagne de mobilisation citoyenne « Copenhague : un Sommet d’incohérence ? ». Lire la suite…

Climat et transport : Du global au local!

colloque-climat-et-transport

A l’approche du sommet de Copenhague sur le climat, le Réseau Action Climat France (RAC-F), l’association Agir pour l’Environnement et la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT), sous l’égide du Groupe de travail parlementaire sur les pics pétrolier et gazier, organisent un colloque sur les enjeux de Copenhague, les fausses-bonnes solutions en matière de transport (voiture électrique, agrocarburant…) et les problèmes posés par la multiplication d’infrastructures climaticides actuellement à l’étude ou en cours de réalisation. Lire la suite…

Les transports face aux défis de l’énergie et du climat

pollution-transports-energie-climat

En janvier 2009, Les Cahiers de Global Chance consacraient leur numéro 26 à la question des transports, sous le titre : « Vers la sortie de route ? Les transports face aux défis de l’énergie et du climat ». Dans le cadre de ce numéro, Carfree France avait été sollicité pour écrire un article sur la crise de l’étalement urbain aux Etats-Unis, article intitulé « États-Unis : vers la fin d’un modèle basé sur l’étalement urbain ?« .

Pour donner une plus grande visibilité à cette réflexion collective, l’Agence Française de Développement (AFD) s’est proposé d’en publier dans sa collection Documents de Travail une version partiellement remaniée. Publiée par le Département de la Recherche de l’AFD, l’étude a été présentée le 30 septembre 2009 à l’AFD lors d’une conférence-débat animée par Benjamin Dessus, président de Global Chance. Lire la suite…

Le pedaltrain et autres zones d’abandon de l’automobile

Steven M. Johnson est probablement quelqu’un d’à part, une sorte de génie entre Robert Crumb, Jules Verne et Léonard de Vinci. En tant qu’inventeur, auteur, dessinateur et ancien urbaniste, il a passé sa vie à imaginer toutes sortes de choses, en particulier dans le domaine des transports. Lire la suite…

Stop à la voiture !

L’automobile est un enjeu majeur de la Décroissance tant elle est symbolise la société capitaliste et caractérise le mode de vie occidental qui est en passe de se généraliser à l’échelle mondiale. Moyen de transport individuel, elle symbolise l’individualisme forcené de notre société.

Ces deux textes au format pdf sont largement inspirés du travail de Carfree. Ils sont imparfaits. Toutes les remarques et suggestions sont les bienvenues

  1. Pollutions et nuisances, directes et indirectes
  2. Sortir de l’automobile, c’est revoir les fondements même de notre société

Source: www.partipourladecroissance.net

Graphique: http://www.dominique-bied-cap21.com/article-313724.html

Détruire les autoroutes permet d’améliorer le trafic et d’embellir votre ville

paradoxe-braess

Yonah Freemark et Jebediah Reed ont examiné quatre grandes autoroutes urbaines qui ont été démolies, en créant des rivières et des parcs à leur place. Il y a la Cheonggyecheon highway à Seoul (Corée du Sud), le Harbour Drive à Portland (USA), l’Embarcadero Freeway et la Central Freeway de San Francisco (USA). Dans tous les cas de destruction d’autoroutes, la ville est logiquement beaucoup plus jolie. Ce qui est étonnant, c’est que leur étude montre que la situation du trafic s’est améliorée depuis la destruction des autoroutes et leur remplacement par des parcs ou des rivières… Lire la suite…

Eco-autoroute A19: greenwashing à tous les étages

eco-autoroute-vinci

On a parlé ici même récemment de l’éco-autoroute, ce concept fumeux au service du lobby autoroutier. Mais avec l’inauguration de l’A19, cette auto-proclamée « éco-autoroute » par le groupe de BTP Vinci et avec la bienveillance du ministère de l’écologie et du développement durable (sic!), on atteint des sommets d’hypocrisie environnementale! Lire la suite…

Ce à quoi nous avons échappé… le Plan Voisin de Le Corbusier revisité par Alain Bublex

sentierrepublique

L’intérêt d’Alain Bublex pour l’architecture l’amène à réactiver l’une des propositions de Le Corbusier, le Plan Voisin (1925), dans laquelle le célèbre architecte se proposait de reconstruire entièrement le centre de Paris, en rasant le vieux Paris et les immeubles hausmanniens pour construire 18 gratte-ciel prévus pour abriter 500.000 à 700.000 personnes.  Lire la suite…

Bruxelles 1958-2008, 50 ans de déprédation automobile

Pour beaucoup, l’Expo 58 c’est l’Atomium et un événement phare qui a marqué la ville de son sceau. Marquée, Bruxelles l’a été sans aucun doute ! L’Expo 58 a tellement façonné l’image de la ville qu’elle en porte toujours les stigmates. En effet, l’exposition universelle a constitué un catalyseur déterminant de la politique du tout à la voiture. Elle a été le fer de lance d’infrastructures routières qui ont stimulé pour les décennies à venir l’usage de l’automobile et la cause probable de l’attachement virulent du Belge à son moteur.

C’était l’époque où, au nom du progrès et de l’accessibilité de l’exposition internationale, le centre-ville sera défiguré par la construction du viaduc de Koekelberg et où les lignes de trams qui dessinaient la ville à l’époque seront enfouies pour faire place à la reine automobile. C’est aussi l’époque où l’Etat et la Ville se montrent très ouverts à la promotion privée et publique d’immeubles de bureaux (un coup d’œil sur le Plan Manhattan à l’origine de l’expulsion de 14.000 personnes suffit pour s’en convaincre) et privilégient les relations entre le centre urbain et la périphérie de la ville grâce à une politique de transport fort axée sur le développement de l’automobile. Les tunnels, viaducs et autoroutes de pénétration se multiplient. L’élévation du niveau de vie, axé sur le modèle culturel américain, combinée au développement de moyens de transport intensifie l’attractivité de l’habitat périphérique. La ville se désarticule, des autoroutes urbaines sont créées pour les déplacements vers cette périphérie en expansion. Les entreprises connaissent le même mouvement centrifuge vers les zonings périphériques. Les premiers hypermarchés apparaissent (GB, en 1961). Mais tout le monde ne quitte pas le navire : seuls les habitants qui ont un capital suffisant pour s’autodéterminer abandonnent la ville sacrifiée.

Lire la suite: http://c4.agora.eu.org/spip.php?article1401