L’écologie, ça commence à bien faire

Incroyable forfanterie, une de plus, de toute la clique gouvernementale sarkozyste. Le désormais fameux « l’écologie, ça commence à bien faire » de notre présipotent climaticide a signé l’arrêt de mort du Grenelle de l’environnement et a permis à toute la droite productiviste, libérale-pollueuse et 4x4ophile de reprendre en main les questions écologiques…. A une autre époque, on aurait parlé de « normalisation »… Lire la suite…

Du big bang à mardi matin

Il y a de cela environ un an, l’ONF canadien (Office Nationale du Film) mettait en ligne plusieurs centaines de films que l’on peut visionner gratuitement sur internet. Parmi ceux-ci, il y en a qui parlent de la sacro sainte bagnole. « Du Big Bang à mardi matin » de Claude Cloutier est frappant à démontrer la non évolution que représente l’auto-immobile. Lire la suite…

Une bonne et une mauvaise (sur la bagnole)

Je ne vous demande pas si vous préférez la bonne nouvelle ou la mauvaise, car vous aurez les deux. Et comme je suis un vaurien, il apparaîtra vite que la bonne est finalement mauvaise. Quel métier ! Mais commençons par la bonne: les ventes de voitures neuves ont baissé de 9,3 % dans l’Union européenne en mai 2010. Dieu ! Tout cet acier, toute cette électronique, tous ces plastiques qui ne seront pas gâchés, quel bonheur pur ! Je crois utile de visualiser ces masses lourdes de matières premières qui ne seront pas arrachées à notre terre, et qui n’iront pas plus tard polluer les décharges à ciel ouvert de Manille, Accra ou Dacca. Je redoute d’être un jour accusé de menées antinationales, car je souhaite que toute l’industrie automobile s’effondre sur elle-même, et que plus jamais aucune bagnole de cette sorte ne soit construite de main d’homme. De main d’homme ! Y a-t-il plus beau qu’une main d’homme au travail ? Je renvoie pour confirmation à l’admirable travail du photographe Sebastião Salgado, La main de l’homme. Celle des cueilleuses de thé du Rwanda. Celle des mineurs de Serra Pelada. Celle des chaudronniers des chantiers navals de Gdansk. Lire la suite…

Velo’v : 5 ans de pub pour la bagnole

Le système Velo’v fête ses cinq ans. Bon anniversaire ! Mais le système Velo’v, c’est quoi ? C’est la signature d’un juteux contrat entre le Grand Lyon et l’afficheur JC Decaux. Lequel met à disposition des Lyonnais une flottille de vélos en libre service en échange de l’exploitation du mobilier urbain pendant 13 ans. Le tout financé par la publicité. Lire la suite…

Provo

1965, Amsterdam. Un petit groupe sans leader et sans structure secoue le royaume. Composé de jeunes révoltés, il s’attaque aux têtes couronnées, interpelle les bourgeois vautrés dans leur vie confortable, agite la rue, tague, diffuse des tracts, des textes et des dessins rentre-dedans, des revues interdites, défie l’autorité, se bastonne avec les flics, affronte procès et prison, repeint des statues, manifeste contre la guerre du Vietnam, s’oppose au décervelage médiatique, à la pub, à la consoumission de masse, au travail, à la patrie, obtient un siège au conseil municipal de la capitale, revendique le droit au logement en ouvrant des squats… Lire la suite…

Capitalisme et productivisme, ou l’incompatibilité avérée avec l’écologie!

capitalisme-et-productivisme

Lors du premier Grenelle de l’environnement nous fûmes un certain nombre à considérer cette initiative comme une mascarade, une sorte de cache misère n’abordant pas le fond du problème ; c’est-à-dire qu’il n’y aura pas d’écologie véritable sans une remise en cause politique et par conséquence une autre optique sociétale que le productivisme capitaliste. Lire la suite…

Les autos au musée – Les vélos dans la cité

titom_velo_auto

Illustrations, caricatures, affiches, logos et bande-dessinées politiques, l’art de Titom s’épanouit dans de multiples domaines, de la critique politique la plus aigüe à la poésie la plus sensible. Beaucoup de ses travaux portent sur l’écologie politique, le vélo, la décroissance, la mobilité et le réchauffement climatique, etc. Lire la suite…

Concours de la plus belle bouse 2010

concours-la-plus-belle-bouse

Une voiture garée sur un passage piéton, sur une bande cyclable ? Elle vous empêche de passer avec votre remorque à vélo ? Dégainez votre PV ! Vendredi 30 Avril entre 12h et 14h, l’ADTC (association pour le développement des transports en commun, voies cyclables et piétonnes de la région grenobloise) et le p’Tit véLo remettront à un malencontreux propriétaire de voiture mal garée le trophée de la plus belle bouse 2010. Et il est moche ce trophée !
Lire la suite…

Inauguration d’un cimetière vélo à Lyon

cimetiere_velo_24avril2010

Le collectif Pour une ville sans voiture a inauguré le 24 avril 2010 un cimetière de vélos sur les grilles du chantier du parking rue des Tables Claudiennes (Lyon 1er). Cette action dénonce la politique pro-voitures du maire de Lyon, Gérard Collomb, qui construit des parkings de plus belle, tout en prétendant développer l’usage du vélo. Or, politique pro-bagnoles et politique pro-vélos ne sont pas compatibles, Collomb le sait bien et a choisi son camp !
Lire la suite…

Importer la « Vélorution » d’Amsterdam à Metz !

velo_amsterdam

Mon silence de quelques jours s’explique par une petite escapade à Amsterdam.

[Mode justification ON]Je n’y suis pas allé en train, trop long et compliqué depuis Metz, et cher quand on est 4 Je n’y suis pas allé en avion, trop compliqué et encore plus cher, et d’abord ils étaient cloués au sol (un avant goût de l’après pétrole, très bon billet de la députée Martine Billard sur ce sujet  !). Amsterdam n’est qu’à 500 km de Metz, et j’ai donc fait le voyage en monospace à mazout. 1000 km, 58 litres de gasoil, soit 60 euros au tarif luxembourgeois. Cela doit représenter 150 kg de CO2, que je compenserai en plantant un baobab dans mon jardin en disant du mal des modes de transports polluants, dont une baisse infinitésimale de la fréquentation suffit à soulager l’atmosphère de quelques mégatonnes de CO2. Voilà, c’est dit ![Mode justification OFF] Lire la suite…

Lepeltier aime les autoroutes

lepeltier-aime-les-autoroutes

Serge Lepeltier était ministre du développement du râble de mars 2004 à juin 2005, viré après le non au Traité constitutionnel européen. L’écologie, il l’a découverte au milieu des années 90, en plongeant aux Maldives (1). Mince, des coraux morts, il faut faire quelque chose pour sauver la planète ! Et puis c’est tendance : le défenseur des poissons exotiques agit « par opportunisme politique d’abord » (2). C’est dire ses profondes convictions. Lire la suite…