Toujours plus d’automobiles à Montréal

François Gosselin
mardi 7 septembre 2004
Sur le Web: Le Devoir (2004/09/07)

Toujours plus d’automobiles à Montréal

Chaque année, le mois de septembre est synonyme de rentrée scolaire, de retour au travail, mais, inévitablement, on retourne au travail assis dans une voiture. Et chaque année nous apporte au bas mot 50 000 automobilistes supplémentaires dans la grande région de Montréal. Le royaume de l’automobile se porte très bien. Et pourtant, les rues ne sont pas plus larges et les ponts ne sont pas plus nombreux.

Ce qui doit se produire se produit donc. On assiste à un psychodrame toujours plus important. Des heures d’attente partout, on blâme Transport Québec, la Ville de Montréal, les entrepreneurs, le camionnage, la pluie, le soleil n’importe qui sauf soi-même, assis seul dans une voiture de 1000 kilos. La tendance est claire, cette situation ne va pas s’améliorer. Les Québécois achètent plus de 400 000 voitures neuves par année. En banlieue on compte parfois plus de voitures que d’habitants. Pire encore, la croissance du parc automobile est 25 % plus rapide que la croissance démographique !

Il faut dire que la publicité, omniprésente, fait un très bon travail de persuasion. L’automobile c’est le bonheur, le confort, la performance. En plus de procurer une image de gagnants, on vous assure que vous serez seuls sur les routes… Et à la première sortie, c’est le bordel de la circulation, les factures…

Le corollaire de cette situation c’est le déclin, en proportion, des transports en commun (TC). La part des déplacements effectués en transport collectif décline depuis 15 ans. Grand merci aux gouvernements fédéral et provincial qui se sont retirés du financement des TC. Comme si l’efficacité des transports dans une ville n’avait pas d’incidence sur la performance économique. Dans ce cercle vicieux, moins d’usagers, c’est moins de revenus et ça conduit à une réduction de service qui ne donne pas envie de prendre les transports en commun.

L’autre corollaire, plus agressant, c’est l’atteinte directe à la qualité de vie des citadins. Un arôme sublime se dégage des rues où nous marchons. Les embouteillages serrés empêchent même les cyclistes de circuler. Des dizaines de milliers d’automobilistes impatients, qui n’habitent pas la ville, l’envahissent en sauvage dans le but de la traverser au plus vite pour atteindre ce fabuleux bungalow du boulevard des Hirondelles où le cadre de vie est si bien rangé, où il y a tant de place pour circuler.

Pas de trottoirs par contre. Dès le premier enfant, les citadins moins déterminés vont prendre le chemin de cette minable banlieue et revenir rajouter au problème le lundi suivant assis dans leur voiture. Mais qui mettra fin à cette folie furieuse ? On a beau se réjouir de la flambée du prix de l’essence, ça ne semble pas ralentir la passion pour l’automobile. Où est le maire de Montréal ? Demain matin ils seront encore 300 000 à déferler dans les anciens quartiers de Montréal. Et, encore une fois, le chroniqueur circulation sera hors de lui devant cette situation injuste pour le pauvre automobiliste-contribuable.

Source: Le Devoir (2004/09/07)

Les voitures: le plus grave problème de la planète

Conférence d’Hubert Reeves sur le transport collectif
«Les voitures: le plus grave problème de la planète»
par Benoit Lemay

«L’accroissement du transport routier est un des plus graves problèmes de la planète.» C’est le message qu’est venu livrer l’astrophysicien passionné de l’environnement, Hubert Reeves, le samedi 1er mai dernier, lors d’une conférence organisée à Saint-Eustache par Transport collectif région Deux-Montagnes (TCRDM), un organisme voué à la promotion du transport en commun. Lire la suite…

L’industrie de la circulation

L’industrie de la circulation

Extrait de l’ouvrage « Energie et équité », d’Ivan Illich (1973)

La circulation totale est le résultat de deux différents modes d’utilisation de l’énergie. En elle se combinent la mobilité personnelle ou transit autogène et le transport mécanique des gens. Par transit je désigne tout mode de locomotion qui se fonde sur énergie métabolique de l’homme, et par transport, toute forme de déplacement qui recourt à d’autres sources d’énergie. Désormais ces sources d’ énergie seront surtout des moteurs, puisque les animaux, dans un monde surpeuplé et dans la mesure où ils ne sont pas, tels l’âne et le chameau, des mangeurs de chardons, disputent à l’homme avec acharnement leur nourriture. Enfin je borne mon examen aux déplacements des personnes à l’extérieur de leurs habitations. Lire la suite…

Le prix du temps

Le prix du temps
Si ces idiots prenaient le bus, je pourrais déjà être à la maison

Le prix du temps

Extrait de l’ouvrage « Energie et équité« , d’Ivan Illich (1973)

La vitesse incontrôlée est coûteuse et de moins en moins de gens peuvent se l’offrir. Tout surcroît de vitesse d’un véhicule augmente son coût de propulsion, le prix des voies de circulation nécessaires et, ce qui est plus grave, la largeur de l’espace que son mouvement dévore. Dès qu’un certain seuil de consommation d’énergie est dépassé par les voyageurs les plus rapides, il se crée à l’échelle du monde entier une structure de classe de capitalistes de la vitesse. La valeur d’échange du temps reprend la première place, comme le montre le langage : on parle du temps dépensé, économisé, investi, gaspillé, mis à profit. A chacun la société colle une étiquette de prix qui indique sa valeur horaire : plus on va vite, plus l’écart des prix se creuse. Entre l’égalité des chances et la vitesse, il y a corrélation inverse. Lire la suite…