Congestion automobile à La Réunion

À l’instar d’autres petits territoires insulaires (Tahiti, Martinique ou Maurice), la Réunion est en butte à des problèmes de congestion automobile. Le défi est d’aménager et d’équiper un petit territoire au relief contraignant et présentant une répartition spatiale déséquilibrée de sa population. Dans un contexte de mutations économiques et sociales profondes et rapides, les aménagements routiers récents (route des Tamarins) et futurs (nouvelle route du littoral) peuvent-ils suffire à résoudre les problèmes de congestion dans l’île? Ces chantiers routiers de grande ampleur ne seraient-ils pas que des pis-aller? Lire la suite…

Et si les jeux vidéo étaient en train d’achever l’industrie automobile?

Bon j’avoue, j’ai joué récemment à un jeu vidéo de bagnole de course, et j’ai aimé ça. Désolé. Le plus cool était sans doute la possibilité de casser le mobilier urbain, de foncer dans les autres bagnoles et, cerise sur le gâteau, de défoncer les voitures de flics. Plus sérieusement, et si le jeu vidéo était le coup de grâce porté à une industrie automobile moribonde? Lire la suite…

Lorsque l’enfer se mue (petit à petit) en purgatoire…

« Voir Naples et mourir », la formule est connue, et fait référence à la beauté du site. Il est vrai que la ville, nichée au fond de son Golfe encadré par les presqu’îles de Sorrente et du Posilippe, protégée du large par les joyaux de Capri, Ischia et Procida et surveillée par le Vésuve, a de quoi séduire. Mais aujourd’hui, on pourrait effectivement voir Naples et mourir… de stupeur, ou d’écrasement. Lire la suite…

Extension urgente… avant agrandissement!

La bande d’arrêt d’urgence pourra désormais être empruntée par les véhicules durant les heures de pointe et sur les autoroutes flamandes. La Région a donné son aval à l’expérience qui devrait permettre de  » fluidifier le trafic« [1], rendue d’autant plus facile que les blessés graves et autres morts par accident de la route resteront incarcérés dans leur automobile[2]. Lire la suite…

Détruire les autoroutes: un projet d’avenir?

Un chercheur australien suggère de détruire des autoroutes: « Détruisons des autoroutes pour construire des rails. » C’est en ces mots que le professeur en développement urbain durable de l’Université Curtin en Australie, Jeff Kenworthy, a partagé sa vision face aux problèmes de congestion urbaine. Présent au Sommet ÉcoCité2011 de Montréal le jeudi 25 août, ce dernier a fait valoir, études à la main, qu’en enlevant des voies automobiles, beaucoup de congestion disparaît. Lire la suite…

Théorie de l’emmerdement maximal

On débat ici souvent des méthodes les plus efficaces ou les plus pertinentes pour lutter contre l’aberration du système automobile. Faut-il d’abord promouvoir les modes alternatifs, taxer toujours plus les automobilistes ou prôner l’interdiction pure et simple de la voiture dans certaines zones ou même partout? Je voudrais soumettre aujourd’hui à votre analyse une autre approche, que l’on pourrait appeler la théorie de l’emmerdement maximal. Lire la suite…

Participez au premier embouteillage planifié!

« Vendredi 27 mai 2011, 19h, Rue de Flandre, Bruxelles. Le trafic automobile a atteint sa masse critique. L’ultime voiture s’étant ajoutée à la circulation, les routes s’immobilisent soudainement. L’engorgement déborde des grands axes et gagne rapidement la plus petite des impasses: l’embouteillage a cessé d’être un regrettable concours de circonstances. Il est devenu la nouvelle condition de l’espace public. Au sein de ce paysage d’apocalypse, les habitants de la ville entreprennent la construction d’une vie nouvelle, en symbiose avec le grand flux stagnant des véhicules désormais inutiles. » Lire la suite…

L’embouteillage mondial

«Le nombre de véhicules dans le monde, aujourd’hui de 800 millions, pourrait croître pour représenter entre deux et quatre milliards de voitures et camions en circulation d’ici le milieu de ce siècle. Où iront tous ces gens ? Où est-ce que toutes ces voitures vont aller ? (…) La réponse ne consistera pas à bâtir des routes, parce qu’il n’y aura pas assez de place. Comment va-t-on pouvoir permettre à la nourriture de circuler lorsque tout le trafic sera bloqué en permanence ? Comment les ambulances pourront-elles remplir leur mission?»
Bill Ford, Président de Ford et arrière petit-fils d’Henry Ford, Wall Street Journal’s ECO:Nomics conference le 03/03/2011