Detroit en ruine

Detroit en ruine

La crise continue de faire des ravages à « Motor City » alias Detroit, USA. Les « Big Three », fleurons de la ville (General Motors, Chrysler et Ford), sont au bord du dépôt de bilan. Le plan de sauvetage de l’industrie automobile américaine et ses 17,4 milliards de dollars ne devraient leur permettre de tenir que quelques mois avant une très probable faillite générale… En attendant, les licenciements se multiplient dans la ville fantôme. Lire la suite…

Brawn GP : 270 licenciements

Fraîchement auréolée d’un doublé victorieux sur le circuit australien de Melbourne, l’écurie de F1 Brown GP fait à nouveau parler d’elle. Le directeur général de l’écurie, Nick Fry, vient en effet d’annoncer que l’entreprise allait se séparer de 270 employés, soit le tiers de ses effectifs. Avec 430 salariés, l’écurie retrouvera ainsi les effectifs qu’elle possédait en 2004 lorsqu’elle évoluait sous le nom de BAR.

Source: Ouest-France

Le principe de Peter appliqué à l’automobile

Un nouveau plan de licenciement vient de commencer. Un de plus? Oui mais cette fois-ci, les licenciés n’iront pas pointer au chômage, ne connaîtront pas la précarité, l’obligation de vendre leur maison ou les regards fuyants des voisins et des amis. Car il s’agit de licenciés haut-de-gamme, la crème de la crème, ceux qui ne perdent jamais vraiment, les grands incompétents patrons de l’industrie automobile. Lire la suite…

Une hypothèse à étudier: laisser couler l’industrie automobile

Etre responsable, c’est caqueter à l’unisson du poulailler

L’industrie automobile américaine, japonaise et européenne connaît la plus grande crise de son siècle d’histoire. Dans l’atmosphère de désarroi actuel, médias, industriels et gouvernement nous appellent à l’union sacrée ; les syndicats mélangent défense des salariés et défense de leur outil de travail car ils se disent que les lignes de production attireront plus la considération que les hommes qui les font tourner. Quelques faits sans jugement de valeur pour alimenter le débat. Lire la suite…

Pétition contre le circuit de Formule 1 de Flins

Pétition contre le circuit de Formule 1 de Flins

Messieurs les Ministres,
Monsieur le Président du Conseil général des Yvelines,
Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,
Messieurs les Maires de Flins-sur-Seine et des Mureaux,

Je vous demande par la présente de renoncer à l’implantation d’un circuit de Formule 1 sur les communes des Mureaux et de Flins afin de respecter les engagements pris lors du Grenelle de l’Environnement. Lire la suite…

Aux chiottes ! la morale du travail (et la voiture avec)

cohn-bendit

Aux chiottes ! la morale du travail.

Hier, on vouait l’industrie automobile aux gémonies, aujourd’hui, on doit sauver le soldat Ryan! Toute notre compassion, toute notre empathie devraient se tourner vers les millions d’agents et de sous-traitants de l’industrie automobile qui ont perdu ou vont perdre leur emploi. Je ne suis pas d’accord avec cette présentation des choses qui est la conséquence du sur-investissement de la valeur travail dans notre société. Lire la suite…

Projet de circuit de F1 en Ile-de-France: vers un conflit politique

non-au-circuit-de-formule-1

Alors que nous vivons une crise économique, sociale et environnementale sans précédent, Pierre Bédier, président du Conseil général des Yvelines, a décidé de construire un nouveau circuit de Formule 1 à Flins et aux Mureaux. Pour arriver à ses fins, l’élu UMP n’a pas hésité a préempté un terrain promis à des agriculteurs biologiques et situé sur l’un des principaux points de captage d’eau potable d’Ile de France. Lire la suite…

La catastrophe climatique se profile à l’horizon

Le journal Le Monde du 14 mars 2009 nous annonce que le plus noir des scénarios climatiques se profile.

« Les conclusions du GIEC s’appuient sur des données datant au mieux de 2005. Compte tenu de la lourdeur de cette organisation, qui réunit 2 500 chercheurs de 130 pays et dont l’ensemble des publications est soumis au consensus, le prochain rapport ne paraîtra pas avant 2014. Or « les dernières observations confirment que le pire des scénarios du GIEC est en train de se réaliser. Les émissions ont continué d’augmenter fortement et le système climatique évolue d’ores et déjà en dehors des variations naturelles à l’intérieur desquelles nos sociétés et nos économies se sont construites », a affirmé le comité scientifique de la conférence. Les prévisions du GIEC anticipent une hausse des températures comprises entre 1,1 °C et 6,4 °C à la fin du siècle par rapport à la période préindustrielle. Lire la suite…

Les voitures seront-elles nos statues de l’île de Pâques ?

La question : « Comment des sociétés ont-elles disparu dans le passé ? » peut aussi se formuler : « Au rythme actuel de la croissance démographique, et particulièrement de l’augmentation des besoins économiques, de santé et en énergie, les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ? »

La réponse se formule à partir d’un tour du monde dans l’espace et dans le temps – depuis les sociétés disparues du passé (les îles de Pâques, de Pitcairn et d’Henderson ; les Indiens mimbres et anasazis du sud-ouest des États-Unis ; les sociétés moche et inca ; les colonies vikings du Groenland) aux sociétés fragilisées d’aujourd’hui (Rwanda, Haïti et Saint-Domingue, la Chine, le Montana et l’Australie) en passant par les sociétés qui surent, à un moment donné, enrayer leur effondrement (la Nouvelle-Guinée, Tipokia et le Japon de l’ère Tokugawa). Lire la suite…

La lente agonie de General Motors

Dans la crise actuelle du capitalisme, rien n’est plus symbolique que le naufrage des grandes firmes automobiles américaines. Elles ont tout inventé : le productivisme, la division du travail, la chaîne de montage, la consommation de masse… Alors que la faillite guette General Motors (GM), c’est toute l’histoire industrielle du XXe siècle qui défile… dans le rétroviseur. Et c’est l’hégémonie économique des États-Unis qui vacille. Impensable, il y a peu de temps encore ! Et pourtant c’est bien de « faillite » que s’entretiennent cette semaine à Detroit les dirigeants de GM, de Chrysler, les syndicalistes de la United Auto Workers, et les membres d’un groupe de travail constitué par Barack Obama. Lire la suite…

Scoop du Canard: le double discours de Sarkozy sur le plan de relance automobile

Carambolage monstre entre l’Elysée et Bercy. Alors que Sarkomobile se vante d’avoir imposé « des contreparties » aux constructeurs automobiles, en échange d’un gros chèque de près de 7 milliards d’euros, le duo Lagarde-Chatel explique le contraire dans une note secrète adressée à Bruxelles. Lire la suite…