Les pots catalytiques polluent les eaux de toute la planète…

pollution-pots-catalytiques

C’est la fable de l’arroseur arrosé, qui va combler d’aise les tenants radicaux de la décroissance, contempteurs du « développement durable » (des profits), et du green-washing comme nouvelle idéologie des sciences de l’ingénieur. Dans le courant des années 70 les premières alertes aux pluies acides, qui décimaient nos belles forêts, ont conduit à supprimer le plomb dans l’essence. Et vive « l’essence sans plomb », au plus grand profit du cartel pétrolier. Ensuite vinrent les « pots catalytiques », merveille des merveilles, qui allaient sauver l’environnement, et surtout le chiffre d’affaires des fabricants de bagnoles, désormais très soucieux de l’avenir de la planète. Patatras, encore raté, si l’on en croit une étude américaine de l’Université de Dartmouth, tout juste publiée par Nature, selon laquelle l’osmium, métal rare utilisé notamment dans les pots catalytiques et les piles à combustible, a été retrouvé à l’état de traces dans de nombreuses eaux sur toute la planète. Lire la suite>

Développement soutenable: un pays montre l’exemple

sustainable

Dans son “Living Planet Report” de 2006, le WWF dresse un état des lieux de la soutenabilité des pays. Un pays est considéré comme “soutenable” si son indice de développement humain est supérieur ou égal à la valeur considérée comme un “haut état de développement humain”, et si son empreinte écologique par habitant ne dépasse pas la capacité biologique moyenne mondiale par habitant. On peut critiquer l’approche qui consiste à chiffrer des notions difficilement quantifiables (bonheur, écosystèmes, …), mais je trouve que l’approche a le mérite de fournir une vision facilement compréhensible. Lire la suite…

Une hypothèse à étudier: laisser couler l’industrie automobile

Une hypothèse à étudier: laisser couler l'industrie automobile

Etre responsable, c’est caqueter à l’unisson du poulailler

L’industrie automobile américaine, japonaise et européenne connaît la plus grande crise de son siècle d’histoire. Dans l’atmosphère de désarroi actuel, médias, industriels et gouvernement nous appellent à l’union sacrée ; les syndicats mélangent défense des salariés et défense de leur outil de travail car ils se disent que les lignes de production attireront plus la considération que les hommes qui les font tourner. Quelques faits sans jugement de valeur pour alimenter le débat. Lire la suite…

« Bilanci di giustizia » : et les transports ?

En parcourant le site msn.fr, je suis tombé récemment  sur une initiative menée en Italie et dite « Bilanci di Giustizia ». La démarche vient d’une fédération de familles italienne, beati costruttori di pace, comme « heureux constructeurs de paix » aux idées sans doute proches de celles de l’Église. Le but est d’effectuer le « déplacement » (spostamento) d’une habitude de consommation de départ vers une habitude de consommation plus vertueuse, que ce soit du point de vue de l’environnement, de la protection des populations des pays du Sud, des droits des travailleurs. Lire la suite…

Vive la décroissance!

Tout fout le camp! On achète depuis des années une bagnole neuve tous les deux ou trois ans afin de correspondre à l’idéal bagnolo-publicitaire, on achète même deux ou trois bagnoles par foyer depuis qu’on a été obligé d’acheter un pavillon paumé aux fins fonds d’une banlieue, on accélère encore le mouvement quand le gouvernement en remet des louches à coup de bonus automobile ou autre prime à la casse, on place ses petites actions de boursicoteur chez les héros de l’industrie nationale que sont Renault ou Peugeot PSA, et patatras! Lire la suite…

Théorie de la classe de loisir

desir-capitalisme

Comment l’oligarchie exacerbe la crise écologique

Sans doute ne connaissez-vous pas Thorstein Veblen. C’est normal. Ce qui ne l’est pas, c’est que beaucoup d’économistes le méconnaissent également.

Raymond Aron, qui était un homme pondéré, comparait son œuvre à celles de Tocqueville et de Clausewitz. C’est que la réflexion de Veblen est une clé essentielle pour comprendre notre époque. Pourtant, la Théorie de la classe de loisir est devenue introuvable en français et Veblen reste absent des programmes universitaires de science économique. Lire la suite…

Voiture servicielle, consommation ostentatoire et distinction provocante

On parle de plus en plus aujourd’hui de la fin de la voiture individuelle, c’est-à-dire en fait de la fin de l’automobile en tant qu’objet de possession au profit d’une « voiture servicielle », qu’elle soit en autopartage ou en libre-service. Cette théorie est conduite par un ensemble d’acteurs (groupes de veille technologique, associations ou entreprises d’autopartage, etc.) qui souhaitent promouvoir un autre usage de l’automobile. Lire la suite…

Motocyclisme et écologie

Préambule: cet article nous a été envoyé par un motard mécontent de la publication de ceci.

Suite aux articles d’AutoMinus « Les motards sont des cons » et « Les motards sont des cons (ça se confirme)« , à la lecture desquels je me suis senti insulté ainsi que de nombreux autres motards, je viens ici exposer en quoi, selon moi, la moto est une pratique non pas écologique en soi mais dont l’impact l’est incidemment (je vais notamment reprendre une partie de l’argumentaire d’un commentaire que j’avais posté sous l’article sur la croisière blanche.) Lire la suite…

Manifeste pour une décroissance conviviale

À vous qui vous préoccupez de l’avenir des prochaines générations. Nous vivons dans un monde en crise. « Lucides » ou « Solidaires », tous s’entendent là-dessus. Mais les solutions proposées, qu’elles soient néolibérales ou progressistes, restent dans le paradigme du développement et de la croissance économique, alors même qu’il s’agit là d’une cause majeure de bien des problèmes. Lire la suite…

Futur: les voitures seront plus petites, plus rares, plus lentes et plus chères

Mardi dernier avait lieu un grand moment d’histoire télévisuelle, on y discutait en effet dans le poste de la fin du pétrole, entre personnes bien sous tous rapports… La présentation de l’émission était assurée par la femme du ministre chargé de l’environnement, ce qui lui confère un arrière-goût désagréable et des relents d’ORTF, de “la voix de son maître” etc… Parmi les invités, il y avait l’écolo-tartuffe préféré de “La Décroissance”, Nicolas Hulot et le spécialiste français des questions énergétiques et climatiques, Jean-Marc Jancovici. Lire la suite…

Pour des listes décroissance aux européennes de 2009

Nous ne sommes pas dupes : le “développement durable” ou “le capitalisme vert” promus, par exemple, lors du “Grenelle de l’environnement”, ne sont qu’une façon de relancer la fuite en avant dans la croissance infinie. Portée par la liste de Daniel Cohn-Bendit, la version ultra-light de la « décroissance » prônant de “scinder les flux entre la croissance économique et la croissance des flux de matière et énergétique” est une ultime escroquerie destinée à vider la décroissance de son sens politique et à récupérer l’avancée de ces thèses dans la société. Lire la suite…