Niquer les bagnoles

Libé nous l’apprend récemment, la situation est redevenue « normale » en banlieue avec environ une centaine de voitures brûlées par nuit… La police arrête désormais de communiquer sur le bilan journalier des voitures brûlées puisque la situation est « normale ». Cette normalité-là représente donc une moyenne de 36.000 véhicules brûlés par an, ce qui correspond aux chiffres que nous donnions ici même il y a quelques temps quant au bilan des violences urbaines. Lire la suite…

Violences urbaines

« Violences urbaines », « voitures brûlées », pour un peu, l’actualité pourrait faire croire que le « grand soir de l’automobile » est (enfin) arrivé. Dans cette perspective, TF1 serait maintenant le chroniqueur officiel de « la fin de la société de l’automobile« … en annonçant tous les jours à grands renforts d’images choc le nombre total de voitures brûlées chaque nuit… Lire la suite…

Pétrole contre nourriture

« Pétrole contre nourriture »

Décidément, le scandale du programme « pétrole contre nourriture », mis en place en Irak entre 1996 et 2003, n’en finit pas d’alimenter les médias. La mise en garde à vue d’un ambassadeur de France et son inculpation, la mise en cause de diverses personnalités impliquées dans des transactions illégales avec le gouvernement irakien, ont confirmé l’existence d’un petit lobby favorable à M. Saddam Hussein. Pourtant, une fois encore, les médias ont fait l’impasse sur l’essentiel. D’un côté le soutien total au régime irakien des partis de droite comme du parti socialiste, dans les années 1980, à l’époque où « notre ami Saddam » était le défenseur du monde libre contre la révolution islamique iranienne. D’autre part, le véritable scandale de « pétrole contre nourriture », fut l’embargo de plus de dix ans contre l’Irak, qui réduisit le pays à la misère et à la faim, qui détruisit ses structures sociales, qui affaiblit son Etat, qui devait s’effondrer sous les coups de l’intervention américaine du printemps 2003. L’Irak n’a pas fini de payer le prix de cet embargo inhumain, pour lequel personne n’a été jugé.

http://www.monde-diplomatique.fr/