En direct du Mondial de l’Autodestruction

Essais, révélations, nouveautés, avant-premières, dernières tendances, indiscrétions… Sans attendre le 29 septembre, date officielle d’ouverture au public du Mondial de l’autodestruction 2012, au Parc des expositions à la porte de Versailles, nous vous emmenons dans le secret des ateliers des constructeurs à la découverte de ces futures stars. Que ce soient les essais, les présentations, les tarifs révélés ou encore les stratégies des constructeurs, vous trouverez tout ici, et en particulier les analyses de nos journalistes spécialisés.
Lire la suite…

Leur monde de l’assurance

Certains métiers ont le mérite de nourrir l’avidité de l’homme en le flattant, par exemple, d’avoir acheté tel ou tel modèle de véhicule, puissant, inspirant la sécurité pour sa famille et lui même. Il s’agit là d’appuyer un « choix » (qui en fait n’en est pas un puisque intégré dans un système complètement délimité et cloisonné) en proposant un contrat, un service (peu en importe le nom) adapté au « besoin » (qui n’en est pas un non plus : le besoin étant le déplacement, pas le fait de rouler en voiture). Lire la suite…

Nazisme, communisme et automobilisme

Pourquoi les hommes mettent-ils en place des systèmes qui les détruisent? A l’origine de l’apparition de l’automobile, il y a une utopie et un idéal d’indépendance et de liberté… Alors comment ce rêve a-t-il pu engendrer l’un des pires systèmes industriels? Comment cette idéologie a-t-elle pu inspirer une machine à tuer, à blesser, à polluer, à détruire, et entraîner au bout du compte un génocide de masse? Lire la suite…

Faut-il réellement sauver PSA ?

Ce n’est pas bien drôle, car je m’apprête à parler de la bagnole, ennemie du genre humain et de la vie sur terre, bien au-delà de notre espèce. Je vais même parler de Peugeot et de la France de M.Hollande, mais avant cela, un mot pour détendre l’atmosphère. Je vois que certains continuent de voir des avantages à cette invention des Enfers. Je dois reconnaître que, bien que n’ayant pas d’automobile, je m’en sers à l’occasion. Et l’occasion n’est jamais si loin que cela. Aussi bien, je n’entends pas me complaire dans un exercice de culpabilisation, fût-il tourné contre moi-même. Au fond, la situation est si grave qu’elle mérite davantage que simple flagellation. Lire la suite…