Parler plutôt qu’agir: Toulouse, tellement de pistes de cyclables!

Quatrième ville de France, Toulouse a une longue histoire d’idolâtrie de la voiture (85% des trajets motorisés y font moins de 3 km!): en retard sur toutes les tendances nationales (piétonisation, zones partagées, tram), il faut se souvenir que les berges du fleuve Garonne (qui font office de plage l’été) ont failli être transformées en rocade dans les années 80! Lire la suite…

Surprise ! Les ateliers vélo répondent à l’appel d’offres pour le Vélo’V

Il y avait bien peu de chance que JC Decaux soit concurrencé pour ce marché du Vélo’v. Mais étant donné le coût de ce système vélo pour la collectivité, les associations ont voulu proposer une offre de Vélo Economique Social et Solidaire et ainsi montrer qu’il existe une alternative aux multinationales de la publicité… juste sous votre nez! Lire la suite…

Les services de location de vélos urbains doivent-ils viser l’indépendance financière?

Il n’est sans doute pas surprenant que les services de location de vélos soient nés dans l’un des pays les plus prolifiques en matière d’innovation dans les systèmes de transport. La France a donné au monde les élégantes voitures des années 1960, les TGV, les avions de ligne Airbus – et les vélos en libre-service. Lire la suite…

JCDetrop

Cette photo a été prise sur la place du Ralliement (la place centrale d’Angers), en haut de la rue Lenepveu. Jusqu’à il y a peu, les arceaux pour vélos étaient dans mes souvenirs au moins au nombre de 5. Désormais, il va falloir faire avec 3. Pourquoi ? Parce qu’à la place, il y a ce grand panneau d’affichage vidéo JCDecaux. Ce merdier me fout dans une colère noire. Que la pub arrive même à empiéter sur l’espace du vélo n’est qu’un détail, mais c’est symptomatique de ce qui se joue en permanence dans nos villes. Lire la suite…

Velo’v : 5 ans de pub pour la bagnole

Le système Velo’v fête ses cinq ans. Bon anniversaire ! Mais le système Velo’v, c’est quoi ? C’est la signature d’un juteux contrat entre le Grand Lyon et l’afficheur JC Decaux. Lequel met à disposition des Lyonnais une flottille de vélos en libre service en échange de l’exploitation du mobilier urbain pendant 13 ans. Le tout financé par la publicité. Lire la suite…

Le « Business Model » du vélo publicitaire: fric, exploitation et pollution mentale

velos-publicitaires

Au détour d’un article de Business Garden, on apprend que le Vélo en Libre Service (VLS) cherche son « Business Model ». En France, c’est principalement la société Cyclocity, filiale du groupe JC Decaux, qui occupe le terrain très convoité des parcs de vélos en libre service. En l’occurrence, le Business Model de Cyclocity est basé sur un contrat avec les communes desservies par les parcs de vélo et permettant à JC Decaux de vendre des espaces publicitaires. Le deal est donc le suivant: vélos contre publicité, exploitation des salariés et pollution mentale… Lire la suite…

Le vélib est-il vraiment à nous ??

Madame, Monsieur, Je vois depuis quelques temps votre nouvelle campagne d’affichage en ville, sur le thème : « Vélib’ est à vous, protégez-le » , et je souhaiterais faire quelques remarques sur le sujet.

Je pense que cette publicité est mensongère : les Vélib’ ne sont pas à nous, ils appartiennent à l’entreprise JC Decaux qui nous permet de les louer. Les associations cyclistes avaient proposé lors de la phase d’étude des solutions indépendantes, gratuites ou non. Celle de JC Decaux est l’une de celles qui permettaient le moins à l’utilisateur de se sentir responsable du vélo qu’il loue. J’insiste sur le fait que le client loue un vélo sous contrat, et non pas qu’il l’emprunte. Lire la suite…

Bientôt 3.000 vélos en libre-service à Paris

Ces vélos seront mis à la disposition des Parisiens en libre service à l’été 2007, dans 200 « stations vélos », le Conseil de Paris ayant voté à l’unanimité mardi en faveur de cette mesure. La mairie est ainsi autorisée à lancer un marché en ce sens, couplé à une « exploitation des mobiliers urbains ». Ce service sera financé par la publicité. Lire la suite…

Utilisez le vélo’v … si vous n’en avez pas besoin

Dimanche, huit heures du matin. Je sors de chez moi pour me rendre à la gare de Lyon Part- Dieu. Je dispose de 25 minutes avant le départ du train, soit à peu près du double du temps qu’il m’est nécessaire pour effectuer le trajet avec mon vélo en temps ordinaire. Je descends les pentes de la Croix Rousse en courant et arrive devant la station vélo’v située près de l’Opéra. Il me reste 20 minutes. Je passe mon badge devant le capteur, rien ne se passe. Je passe et repasse mon badge, toujours rien. Je m’apprête à abandonner lorsque, après le vingtième essai, « Retirer un vélo » m’est enfin proposé. J’ai le choix entre … zéro vélo parmi les trois qui se trouvent là. Lire la suite…