La voiture cède du terrain à Paris

Le Parisien , mercredi 07 décembre 2005

LA POLITIQUE de la municipalité porterait-elle déjà ses fruits ? Grâce à ses transports en commun, la capitale n’a jamais été le royaume de la « bagnole », mais la tendance semble s’accélérer ces dernières années. Un chiffre l’atteste : les immatriculations ont reculé de 8 % dans la capitale entre 2000 et 2004. Alors que, dans le même temps, le parc automobile augmentait de 3,5 % dans l’ensemble de la France. Lire la suite…

Utilisez le vélo’v … si vous n’en avez pas besoin

Dimanche, huit heures du matin. Je sors de chez moi pour me rendre à la gare de Lyon Part- Dieu. Je dispose de 25 minutes avant le départ du train, soit à peu près du double du temps qu’il m’est nécessaire pour effectuer le trajet avec mon vélo en temps ordinaire. Je descends les pentes de la Croix Rousse en courant et arrive devant la station vélo’v située près de l’Opéra. Il me reste 20 minutes. Je passe mon badge devant le capteur, rien ne se passe. Je passe et repasse mon badge, toujours rien. Je m’apprête à abandonner lorsque, après le vingtième essai, « Retirer un vélo » m’est enfin proposé. J’ai le choix entre … zéro vélo parmi les trois qui se trouvent là. Lire la suite…

Esclaves de la bagnole

Samedi 05 novembre 2005 à 14h – ESCLAVES de la BAGNOLE – Comment ferez-vous lorsque le pétrole sera trop cher? L’association « Pour une ville sans voiture » organise une manifestation à pied le Samedi 05 novembre 2005. Rendez-vous à 14 heures place de la comédie (devant l’opéra de Lyon). Le thème est : « ESCLAVES de la BAGNOLE, Comment ferez-vous lorsque le pétrole sera trop cher ? » Lire la suite…

La conjecture de Zahavi, un mécanisme régulateur

Cet article est extrait d’une recherche exploratoire de l’INRETS, commandée par la « Mission Transports » de la Direction de la Recherche et des Affaires Scientifiques et Techniques du Ministère de l’Equipement (DRAST), intitulée « Mobilité urbaine et déplacements non motorisés : situation actuelle, évolution, pratiques et choix modal« .

L’auteur de ce travail est Vincent Kaufmann, chercheur à l’Institut polytechnique fédéral de Lausanne. Lire la suite…

Remettre en cause l’automobile

Photo: Manifestants devant un salon automobile dans les années 70, de jeunes américains font un lien entre croissance démographique, augmentation du nombre de voitures et pollution.

Introduction

L’automobile existe depuis un siècle, mais sa démocratisation ne s’est fait qu’entre les deux guerres aux Etats Unis et après la deuxième guerre mondiale en Europe. Pourtant, cinquante ans après, elle tient déjà une place très importante dans les sociétés de type capitaliste ou « pays développés ». Remettre en cause l’automobile aujourd’hui, c’est remettre en cause un élément fondamental de notre environnement quotidien, de notre paysage et de notre environnement social. S’opposer à l’automobile apparaît tellement marginal en France que ceci est équivalent à s’opposer au droit de manger ou de dormir. Pourtant, on ne peut pas vivre sans manger ni dormir mais on peut vivre sans utiliser de voiture. Les solutions existent mais demandent un effort personnel et un changement de notre manière d’aborder les transports et même parfois une remise en cause du fonctionnement capitaliste de nos sociétés. Lire la suite…

Le vélo, transport public ou propriété privée?


Ramassage scolaire dans l’Etat du Rajhastan (Inde)

La LAURE (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) de 2000 oblige les villes de plus de 100.000 habitants à harmoniser les deux générations de plans de déplacements urbains (avant/après la LAURE) dans le but de « renforcer la compétitivité des différents modes de transports » par l’intermodalité notamment (horaires compatibles, etc.) et pour diminuer l’usage de la voiture en ville. Lire la suite…

Supprimons les seuils de pollution !

Que se passe-t-il lorsqu’un seuil de pollution atmosphérique est dépassé à Lyon? Rien. Quelles mesures concrètes et efficaces mettons-nous en place lorsque les personnes affectées de maladies respiratoires sont invitées à rester chez elles et que les personnes les plus sensibles sont priées de limiter leur activité physique? Nous invitons les automobilistes à réduire leur vitesse sur les voies rapides. Quels sont les effets de ces mesures? Ils sont minimes, voire inexistants. Le Grand Lyon a demandé l’assistance de 200 «nez» bénévoles pour humer l’air et noter chaque jour son odeur. À quoi cela sert-il? Strictement à rien. On pourra continuer à renifler l’air, mesurer chaque polluant, consigner les données dans des bases informatiques pendant des années, quel en est le but si cela n’est pas suivi d’effets? Lire la suite…