Avantage vélo !

C’est une évaluation (une de plus) qui vient de paraître en Ile-de-France. Selon cette étude de Corinne Praznoczy de l’Observatoire Régional de la Santé (ORS), la pratique du vélo procurerait 20 fois plus de bénéfices que de risques pour la santé. Lire la suite…

Les pompiers à vélo

« Si vous êtes contre la voiture alors vous êtes forcément contre les pompiers et les ambulances ». On entend souvent cet « argument » pour rejeter l’idée même d’un monde sans voitures. D’une part, on peut être « contre la voiture » tout en admettant certaines exceptions (services de secours, d’urgences, de police, etc.). D’autre part, il se trouve que ces mêmes services de secours et d’urgences n’ont pas attendu la voiture ou le camion pour éteindre les incendies ou sauver les gens! Lire la suite…

Le vélo sur ordonnance

« Une heure de vélo, trois fois par semaine. Durée du traitement: 1 mois. A renouveler ». Voici les ordonnances atypiques que pourront bientôt rédiger les médecins strasbourgeois. Une proposition du maire de Strasbourg, Roland Ries, d’offrir un abonnement au vélo en libre-service de la ville sur prescription médicale pourrait révolutionner l’exercice de la médecine. Lire la suite…

Trouble du déficit de l’attention/hyperactivité: la pollution automobile en cause?

On sait que la pollution automobile est responsable de troubles respiratoires et cardiovasculaires chez l’enfant. En revanche, peu d’études ont été consacrées à ses effets neuro-dégénératifs, en particulier dans les pays en développement. Des travaux ont toutefois rendu la pollution atmosphérique responsable de troubles de l’activité cérébrale et d’altérations de la fonction olfactive chez des résidents de Mexico. Des altérations des fonctions cognitives ont également été observées. Qu’en est-il du lien entre pollution et trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDA/H), l’un des troubles du comportement les plus fréquents de l’enfance? Lire la suite…

Le vélo en libre-service bénéfique pour la santé et l’environnement

C’était selon moi évident, mais une étude le confirme maintenant : les systèmes de vélo en libre-service permettent à leurs utilisateurs de rester en meilleure santé et diminuent la quantité de pollution envoyée dans l’air puisqu’une partie des utilisateurs des vélos utiliseraient une automobile pour leurs déplacements. Lire la suite…

Le retour du concombre masqué

L’escherichia coli est issue des matières fécales, ce qui permet de se poser la question de savoir comment, mis à part par l’épandage de lisier (ce dont personne ne semble se soucier, surtout en fRance, où c’est une pratique courante, comme en Bretagne), cette bactérie a pu se retrouver sur des légumes, quels qu’ils soient… Lire la suite…

La pollution de l’air nous coûte très cher

L’Europe devrait aujourd’hui annoncer des poursuites contre la France, mauvaise élève en matière de respect des réglementations de la qualité de l’air. Condamnée pour dépassements des valeurs limites de particules fines, la France devra donc payer une amende à l’Union Européenne. Pour l’Association Santé Environnement France, qui réunit près de 2500 médecins, il s’agit de l’ultime démonstration qu’il est urgent et indispensable d’assainir durablement l’air que nous respirons. Lire la suite…

La pollution automobile double le risque d’accouchement prématuré

On savait que le fait de vivre à proximité d’un axe routier très passager augmente le risque de développer l’autisme. On apprend récemment que la pollution automobile favorise le développement de la maladie d’Alzheimer et qu’elle augmente fortement le risque d’accouchement prématuré comme l’indique cette dernière étude. Lire la suite…

Voitures et autisme

Habiter près d’une autoroute semble augmenter le risque de développer l’autisme. «Les enfants nés de mères vivant dans les 300 mètres à proximité d’une autoroute semblent en effet être deux fois plus susceptibles d’avoir l’autisme», déclare Heather Volk, auteur principal d’une nouvelle étude américaine réalisée en 2010. Lire la suite…

Aphekom: une étude européenne qui montre que la pollution automobile tue

Le projet européen Aphekom coordonné par l’Institut de veille sanitaire a rendu ses résultats à l’issue de trois années de travaux. Il conclut notamment qu’une diminution des niveaux de particules fines dans l’air des villes européennes entraînerait un bénéfice non négligeable en termes d’augmentation de l’espérance de vie et de réduction des coûts pour la santé et que habiter à proximité du trafic routier augmente sensiblement la morbidité attribuable à la pollution atmosphérique. Lire la suite…