Réduire la dépendance à l’automobile pour une autre vision de l’aménagement du territoire

Depuis 50 ans, à l’instar de beaucoup de sociétés occidentales de l’hémisphère Nord, le développement des collectivités du Québec s’est articulé autour de l’automobile en tant que mode dominant de déplacement des personnes. Aujourd’hui, nos collectivités ont radicalement changé de visage et sont plus étalées que jamais. Les lieux de travail, de résidence, de loisir et d’approvisionnement en biens et services y sont séparés et les déplacements sont plus nombreux, plus fréquents et plus longs en distance et en temps. L’automobile règne en reine absolue. Lire la suite…

Un développement urbain pour réduire concrètement la dépendance à l’automobile

Par PASCAL LALIBERTÉ, M. Sc. Env,
Chargé de projets Accessibilité, mobilité et transports viables, Vivre en Ville
Le Regroupement québécois pour le développement urbain, rural et villageois viable

Depuis les 50 dernières années, le développement de presque toutes les grandes villes nord-américaines s’est effectué en fonction des grands axes autoroutiers qui apparaissaient ça et là à mesure que les zones à l’extérieur du centre se peuplaient (notez le lien entre le développement péri-urbain (la banlieue) et le développement des infrastructures (auto)routières). Le développement urbain axé sur l’automobile a entraîné avec lui tous les problèmes associés à son utilisation : pollution, congestion routière, bruit, étalement urbain, dépendance de plus en plus grande envers la voiture, iniquité liés à la mobilité et à l’accessibilité, accidents, décès. Lire la suite…

Les villes en ont assez de l’automobile

Pour enrayer le « cercle de la dépendance à l’automobile», le document qui sera adopté aujourd’hui propose de nombreuses solutions, comme les péages urbains, la réduction du stationnement et à l’établissement de zones piétonnes. Lire la suite…

Pour en finir avec les biocarburants

Qu’on les appelle biocarburants (qui sont tout sauf bio!), biocombustibles, agrocarburants, nécrocarburants, carburants verts, ou carburant végétal, il s’agit de la même escroquerie, à savoir faire croire à l’automobiliste de base qu’il pourra continuer à acheter des voitures et conduire quand bien même il n’y aura plus de pétrole, tout en réduisant son impact sur l’environnement (son empreinte écologique?), et en particulier en diminuant ses émissions de CO2 et donc la part de l’automobile dans le réchauffement climatique… Lire la suite…

Dictionnaire en ligne de l’automobile

Dictionnaire en ligne de l’automobile
Petit glossaire de l’altermobilité

Le dictionnaire critique de l’automobile est désormais accessible en ligne. Il s’agit à l’origine d’un ouvrage édité numériquement par CarFree France, qui constitue une référence pour l’ensemble du mouvement CarFree (sans voiture) ainsi que pour l’ensemble des personnes intéressées par les alternatives à l’usage de l’automobile individuelle. Le Dictionnaire critique de l’automobile a été réalisé par Gilles Chomel et Marcel Robert. Lire la suite…

La ville idéale des enfants est pauvre en voitures

Par Caroline Julien

Peu de voitures circulent dans la ville des enfants. Les jeunes ont décidé d’accorder la priorité aux transports en commun: autobus volant, train amphibie, bateau, avion, vaisseau spatial, mais aussi… cabines téléportatives.

Si l’on demandait à des enfants de bâtir une ville idéale, à quoi ressemblerait cette ville? D’après une maquette réalisée par les jeunes visiteurs du Centre canadien d’architecture de Montréal (CCA), la cité idéale des enfants serait hautement écologique. Lire la suite…

Organisation du contre-salon de l’auto de Montréal

Allô à toutes et tous les cyclo-convaincu(e)s !! En guise d’échauffement pour notre vélorution de janvier (le vendredi 25), nous nous donnons rendez-vous devant le Palais des Congrès de Montréal le dimanche 20 janvier 2008 entre 14h et 17h pour présenter fièrement nos fidèles véhicules éconologiques aux visiteurs aveuglément adeptes du tout-bagnole… Lire la suite…

Die-in contre l’automobile


Die-in Porte de Bagnolet, Porte de la Bagnole (Paris, France), organisé par la Vélorution le 7 mai 2005.

Par un après-midi blafard d’octobre 1976, à cinq heures du soir, le lendemain de la fête de l’Action de Grâces, le jour du premier anniversaire d’une hausse majeure des tarifs du métro, une centaine de personnes, cyclistes et piétons, s’étendaient sur l’asphalte, au coin des rues Sainte-Catherine et Université. Lire la suite…