Moins tu vas plus vite, plus tu vas lentement

echangeurs

Étrange société que la nôtre. Urbaine à souhait, elle se déploie dans tous les espaces naturels et les transforme, cadre et encadre. Nos villes sont couvertes à plus de 30% par des bitumes, gris et plats, composés de caillasses et surtout de polluants divers. Parcs, plaines, arbres, collines et champs n’existent plus, remplacés par des billards goudronnés, sans vie.
Lire la suite…

Pour la paix et la démocratie, lâchons la voiture

propagande-nazie

Au rythme de succion des moteurs à explosion, des chauffages au fuel et des industries, il devient de plus en plus évident que l’âge du pétrole ne fera plus long feu. C’est embêtant car notre dépendance est bien ancrée et les alternatives pires (nucléaires, biocarburants) et/ou irréalistes dans le cadre de nos modes de vie actuels. Lire la suite…

Éloge de la lenteur : ralentissons la ville !

Le mouvement « Cittaslow », Citta Lenta, Slow City – explication d’un concept de ville alternative. En 1986 est fondé en Italie par Carlo Petrini le mouvement « Slow Food », qui lutte contre l’uniformisation des goûts, la mauvaise qualité de la nourriture accélérée par la mondialisation et la « culture » Ma Do. À Paris, cette même année, est officiellement constitué le mouvement international Slow Food avec la rédaction d’un Manifeste signé par les délégués de 15 pays. Lire la suite…

Voiture contre nature, le jardin de la fin de l’automobile

voiture-contre-nature-vue-generale1

Louis Djalaï et l’équipe des Espaces Verts de Boulogne-sur-Mer ont installé en juin dernier devant la mairie de la ville un jardin éphémère sur le thème “Voiture contre nature”. Voici les premières photos de cette œuvre imposante de 1.100 m² qui propose jusqu’à la mi-novembre un questionnement sur notre rapport à la voiture et à la société de consommation. Lire la suite…

Le pedaltrain et autres zones d’abandon de l’automobile

Steven M. Johnson est probablement quelqu’un d’à part, une sorte de génie entre Robert Crumb, Jules Verne et Léonard de Vinci. En tant qu’inventeur, auteur, dessinateur et ancien urbaniste, il a passé sa vie à imaginer toutes sortes de choses, en particulier dans le domaine des transports. Lire la suite…

Le « Business Model » du vélo publicitaire: fric, exploitation et pollution mentale

velos-publicitaires

Au détour d’un article de Business Garden, on apprend que le Vélo en Libre Service (VLS) cherche son « Business Model ». En France, c’est principalement la société Cyclocity, filiale du groupe JC Decaux, qui occupe le terrain très convoité des parcs de vélos en libre service. En l’occurrence, le Business Model de Cyclocity est basé sur un contrat avec les communes desservies par les parcs de vélo et permettant à JC Decaux de vendre des espaces publicitaires. Le deal est donc le suivant: vélos contre publicité, exploitation des salariés et pollution mentale… Lire la suite…

Détruire les autoroutes permet d’améliorer le trafic et d’embellir votre ville

paradoxe-braess

Yonah Freemark et Jebediah Reed ont examiné quatre grandes autoroutes urbaines qui ont été démolies, en créant des rivières et des parcs à leur place. Il y a la Cheonggyecheon highway à Seoul (Corée du Sud), le Harbour Drive à Portland (USA), l’Embarcadero Freeway et la Central Freeway de San Francisco (USA). Dans tous les cas de destruction d’autoroutes, la ville est logiquement beaucoup plus jolie. Ce qui est étonnant, c’est que leur étude montre que la situation du trafic s’est améliorée depuis la destruction des autoroutes et leur remplacement par des parcs ou des rivières… Lire la suite…

La fin du Néandertal: à bas la dictature de l’automobile!

fin-du-neandertal

« La fin du Néandertal: un projet pour Montréal » est un documentaire, réalisé par Bruno Dubuc, qui se présente comme le « premier thriller scientifique de politique municipale depuis le Big-Bang ». Il décrit comment des citoyens s’organisent à l’échelle d’une ville de manière associative ou politique pour lutter contre  » la dictature du char ». Lire la suite…

La vie sans voiture… et en marchant

Un site internet américain classe les villes en fonction de leur accessibilité aux piétons. Le principe est simple, vous cherchez votre ville, ou mieux, carrément une adresse postale ou une rue, et le site vous retourne une carte google ainsi que le score de marchabilité de cette adresse. Par « marchabilité », on entend ici la possibilité d’accéder à pied facilement et rapidement à un panel de services (supermarchés, bibliothèques, écoles, bars, restaurants, clubs sportifs, théâtres, magasins, ou encore parcs). Lire la suite…

Autoroutes sans futurs

autoroutes-sans-futur

Le Congress for the New Urbanism identifie aux Etats-Unis dix projets de reconversion d’autoroute urbaine. Il s’agit de prendre acte non seulement de la fin de vie de ces voies (elles ont souvent une cinquantaine d’années), souvent d’erreurs de conception urbaine de l’époque, mais aussi de perspectives de rénovation urbaine en phase avec l’air du temps.

D’ailleurs, le slogan du programme parle de lui-même:  « Des autoroutes aux boulevards »… Car en fait, il s’agit bien de ré-urbaniser des infrastructures purement routières qui défigurent les paysages urbains, imposent des détours importants aux piétons et aux cyclistes, provoquent pollution atmosphérique et bruit, etc.

L’initiative n’est pas isolée. Nous mentionnions ici même il y a quelques temps une initiative populaire qui à Séoul (Corée du Sud) réclamait la fin d’une autoroute urbaine, traversant le centre-ville. La destruction de l’autoroute urbain s’est faite au profit de la mise en place d’une rivière au cœur même de Séoul!

Cela renvoie aussi les Parisiens à la question récurrente des voies sur berges, elles aussi approchant la cinquantaine, elles aussi produits d’une époque dominée par la voiture et elles aussi remises en cause dans une ville qui se veut “vivante” (liveable city).

Il est plus que jamais urgent d’en finir avec ces autoroutes urbaines. A l’heure où certaines agglomérations françaises continuent de construire des rocades ou autres périphériques (Rouen, Tours, etc.), nous attendons avec impatience un grand programme national de reconversion des autoroutes urbaines, avec si possible la mise en place de rivières ou de parcs urbains en lieu et place de ces infrastructures sans futurs.