Pour un meilleur usage du 1:50.000

« La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre », disait le livre d’Yves Lacoste. Oui, mais pas seulement. Cela sert aussi à donner les bonnes indications au quidam qui se meut. La géographie permet donc tous ces flux humains et ces flux de marchandises. Son objet est d’étudier l’espace pour en donner une connaissance à son lecteur. La cartographie, elle, est l’activité qui consiste à produire les cartes. Tout le monde a tenu une carte routière dans ses mains un jour ? Tout le monde a essayé de faire une randonnée pédestre cool et longue avec une carte au 1 : 250.000 (échelle assez classique pour les cartes routières) ? Pas facile, en effet. En cela, oui, la géographie sert peut-être encore à faire la guerre : la guerre à ce mobilo-prolétaire qu’est le piéton. Lire la suite…

Aller au travail à vélo

aller-au-travail-a-velo

Entre les embouteillages, le coût de l’essence, le stationnement, la pollution, le réchauffement climatique, l’image has been de l’automobile, etc., vous en avez assez de prendre tous les matins votre voiture pour aller au travail? Vous hésitez encore à prendre votre vélo? Voici les 10 raisons qui vous manquaient pour sauter définitivement le pas et aller au travail à vélo. Lire la suite…

Un mot sur ce train magnifique qui faillit bien exister

urbanisme-ferroviaire

J’assume sans état d’âme le mot de nostalgie. C’est une mélancolie, donc une tristesse. C’est un plaisir aussi, lié au souvenir de ce qui fut. C’est un regret enfin, celui d’une histoire qui s’arrêta, qu’on arrêta plutôt. Je comprends très bien ceux qui vantent l’automobile. Je comprends encore plus aisément ceux qui démontrent – en vérité, sans mal – que cet engin est désormais inévitable dans un grand nombre de situations. Mais moi, je déteste la bagnole et l’univers qu’elle a décidé pour nous. Car bien entendu, l’objet imaginé il y a un peu plus de cent années s’est emparé de nos destins jusqu’à les changer de fond en comble. Il est devenu une force matérielle. Il a fini par prendre toutes les décisions que nous n’osions assumer. Lire la suite…

Mille vélos valent ce qu’un 4×4 coûte

altertour-2009

L’AlterTour enchaîne ses relais solidaires au moyen d’«alterCyclettes». Une alterCyclette, ça ressemble beaucoup à un vélo du Tour-de-France, mais utilisée à contre-emploi. Les mêmes indispensables roulements à billes, venus améliorer l’invention de la roue, peuvent en effet servir des objectifs opposés. Celui de l’AlterTour est pédagogique. Lire la suite…

Territoires Occupés : une autre vision de la France

jeremielenoir

Jérémie Lenoir est un jeune photographe de 26 ans récemment diplômé de l’école des Beaux-Arts d’Orléans et fervent lecteur de Carfree France. Il vient de publier une première monographie « Territoires Occupés » chez LME, il s’agit d’une étude de 3 ans sur les mutations de nos paysages, sur les processus économiques et politiques qui régissent nos territoires. Un travail avec des préoccupations à la fois sociales et écologiques… Lire la suite…

Pic du pétrole : impasse des politiques d’aménagement du territoire

La proximité du pic de pétrole et la lutte contre le changement climatique nous imposent de repenser l’aménagement du territoire et singulièrement de revenir sur les bouleversements que l’automobile est parvenue à imposer en quelques décennies dans les relations entre les espaces ruraux et urbains. Lire la suite…

Les carottes Antarctiques sont formelles…

« Les activités humaines » ne sont pas responsables du « réchauffement climatique ». Une fois n’est pas coutume, de manière tout à fait inattendue, les scientifiques nous ont épargné « les conneries qui plaisent aux riches » (1). Oui il est bien écrit : « Le réchauffement climatique » n’est pas lié aux « activités humaines ». Les carottes Antarctiques ont été catégoriques. Lire la suite…

Pétition contre la nouvelle autoroute A10 bis

Le Comité contre l’A10 bis est un groupe rassemblant des associations, des citoyens et des partis politiques qui considèrent que la construction d’une telle autoroute sera dangereuse pour l’environnement et ruineuse, un tel projet est en contradiction avec le combat contre le réchauffement climatique ainsi que toutes les politiques de transports respectueuses de l’environnement. Lire la suite…

Nicolas Hulot et l’automobile

peagehulot1

« Attentif à l’intégration environnementale de ses autoroutes tout au long de leur concession, le groupe des Autoroutes du Sud de la France agit pour protéger le cadre de vie des riverains, préserver la diversité et la richesse naturelle et valoriser les paysages traversés. C’est donc naturellement qu’il a décidé de soutenir le programme de la Fondation Nicolas Hulot qui vise à enrayer la perte de la diversité biologique.»
Groupe ASF (Autoroutes du Sud de la France), avril 2005 Lire la suite…

Éloge de la lenteur : ralentissons la ville !

Le mouvement « Cittaslow », Citta Lenta, Slow City – explication d’un concept de ville alternative. En 1986 est fondé en Italie par Carlo Petrini le mouvement « Slow Food », qui lutte contre l’uniformisation des goûts, la mauvaise qualité de la nourriture accélérée par la mondialisation et la « culture » Ma Do. À Paris, cette même année, est officiellement constitué le mouvement international Slow Food avec la rédaction d’un Manifeste signé par les délégués de 15 pays. Lire la suite…

Un Jardin de la France en béton armé (4)

ginkgo-biloba

Résumé : Urbanisme et Totalitarisme

Cette série d’articles est partie d’une question simple : pourquoi, dans un contexte général de crise écologique on continue à abattre des arbres dans la ville de Tours? En janvier 2009 une allée de 65 platanes centenaires est abattue, puis on découvre qu’il ne s’agit pas d’un événement isolé mais d’un programme d’abattages systématisés.

La réflexion menée à partir de ce fait incompréhensible vise à montrer les mobiles cachés et les intérêts économiques soutenus par la politique municipale : création d’un bassin de chalandise, spoliation de la population, confirmation de l’emprise de la circulation automobile sur la ville, privatisation de l’espace public, fonctionnalisation économique des habitants comme « usagers » d’une « ville supermarché »…

Le texte est long, mais se présente sous forme de tableaux pouvant être lus de manière individuelle après l’introduction. Lire la suite…