Cortège sans moteur vers le Mondial de l’automobile

Samedi 2 octobre 14h Place du Châtelet
Action anti-bagnole (cyclique, rollers et piéton, ensemble contre la pollution !)
Manif à vélo samedi 2 octobre en direction du Mondial de l’automobile
Appel aux médias envahis par la publicité automobile Lire la suite…

Mondial de l’auto-destruction

Mondial de l’auto-destruction 2004, Paris Porte de Versailles 25 septembre – 10 octobre 2004

La pollution automobile tue. En France. 5000 personnes par an
La voiture est en grande partie responsable du dérèglement climatique

Je suis stupide, j’ai un 4×4

Dans son plan 2004 pour le climat, le gouvernement français a annoncé récemment son intention de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais, ajoute l’Agence France Presse (AFP), suite aux attaques virulentes des politiciens conservateurs et des constructeurs de voitures, le gouvernement a rejeté une proposition visant à taxer les grosses voitures super polluantes du style VUS (« Véhicules Utilitaires Sportifs »). Lire la suite…

Eradiquons le 4×4

Charb n’aime pas les gens (Charlie Hebdo n°628 du Mercredi 30 Juin 2004)

Avouons-le, l’idée du ministre de l’Ecologie de taxer les véhicules les plus polluants est une idée imbécile. Imbécile, mais tellement réjouissante. Rendre fous de rage les propriétaires de 4×4 jusqu’à les entendre hurler à la discrimination, perchés sur leur pauvre char d’assaut sans canon, est un plaisir qu’il ne faut pas bouder. Pour une fois qu’on peut stigmatiser sans complexe des propriétaires de bagnole, il faut en profiter. Lire la suite…

Pollution de l’air liée aux transports

Rapport de la Banque Mondiale sur la pollution de l’air liée aux transports

La Banque mondiale vient de sortir la version finale de son nouveau manuel sur les émissions de « sources mobiles » [véhicules – NdT] sous le titre « Pollution urbaine de l’air : Un cadre pour les sources mobiles« . Lire la suite…

Le coût de l’automobile

Selon le Compte national du transport de voyageurs 1998, 100 milliards de coûts externes générés par l’automobile partent en fumée, chaque année. Ne vaudrait-il pas mieux les investir au profit des transports collectifs ? Lire la suite…

Les voitures: le plus grave problème de la planète

Conférence d’Hubert Reeves sur le transport collectif
«Les voitures: le plus grave problème de la planète»
par Benoit Lemay

«L’accroissement du transport routier est un des plus graves problèmes de la planète.» C’est le message qu’est venu livrer l’astrophysicien passionné de l’environnement, Hubert Reeves, le samedi 1er mai dernier, lors d’une conférence organisée à Saint-Eustache par Transport collectif région Deux-Montagnes (TCRDM), un organisme voué à la promotion du transport en commun. Lire la suite…

Le poids du lobby automobile

Ils ont osé le faire: Dissimuler un document relatif à la santé publique

L’Humanité – 8 mai 2004

Parfois, cela va mieux en le disant. C’est le cas des chiffres alarmants concernant la pollution atmosphérique engendrée notamment par l’automobile. Elle serait responsable de 4 876 décès par an en France, selon un rapport de l’AFSSE (Agence française de sécurité sanitaire environnementale) dont a rendu compte jeudi l’hebdomadaire le Point. Lire la suite…

La fumée des autos tue aussi

Maintenant, on en est certain: la pollution par les gaz d’échappement automobile est un danger mortel (photo AFP)

La fumée des autos tue aussi

La pollution atmosphérique urbaine a tué entre 6.000 et 10.000 personnes en 2002. Les particules fines émises notamment par les voitures en porteraient la responsabilité… Lire la suite…

La crise de l’énergie

La crise de l’énergie

Extrait de l’ouvrage « Energie et équité », d’Ivan Illich (1973)

Aujourd’hui il est devenu inévitable de parler d’une crise de l’énergie qui nous menace. Cet euphémisme cache une contradiction et consacre une illusion. Il masque la contradiction inhérente au fait de vouloir atteindre à la fois un état social fondé sur l’équité et un niveau toujours plus élevé de croissance industrielle. Il consacre l’illusion que la machine peut absolument remplacer l’homme. Pour élucider cette contradiction et démasquer cette illusion, il faut reconsidérer la réalité que dissimulent les lamentations sur la crise : en fait, l’utilisation de hauts quanta d’énergie a des effets aussi destructeurs pour la structure sociale que pour le milieu physique. Un tel emploi de l’énergie viole la société et détruit la nature. Lire la suite…